Le Mans
22/07/2021 - 15:00

L'ACO salue la mémoire de Jean-Pierre Jaussaud

C’est avec émotion que l’Automobile Club de l’Ouest a appris la disparition de Jean-Pierre Jaussaud. Le pilote français avait signé deux victoires aux 24 Heures du Mans, en 1978 et 1980.
L'ACO salue la mémoire de Jean-Pierre Jaussaud

Né à Caen le 3 juin 1937, Jean-Pierre Jaussaud a fait partie de la grande filière du renouveau du sport automobile français pendant les années 1960, aux côtés de Jean-Pierre Beltoise, Gérard Larrousse, Henri Pescarolo, Johnny Servoz-Gavin, Jean-Pierre Jabouille ou encore François Cevert.
 
Premier lauréat du volant Shell en 1963, il rejoint l’équipe Matra en 1965 et dispute l’année suivante ses premières 24 Heures avec le constructeur français, qui découvre lui aussi Le Mans. Après deux abandons en 1966 puis 1967, il ne revient dans la Sarthe qu’en 1973, toujours avec Matra. Cette année-là, il signe son premier podium, avec une troisième place partagée avec Jean-Pierre Jabouille. Une performance qu’il réédite en 1975, associé à l’Australien Vern Schuppan sur Gulf Mirage. En 1976, dix ans après Matra, Jean-Pierre Jaussaud accompagne les débuts d’un autre constructeur français aux 24 Heures, le Manceau Jean Rondeau et ses prototypes Inaltéra, avant de rejoindre Renault-Alpine en 1977.
 
En 1978, il remporte ses premières 24 Heures sur la Renault-Alpine A442B n°2, associé à Didier Pironi. Le duo français est toujours régulier dans les quatre premiers, avant de s’installer définitivement en tête le dimanche peu après dix heures. Deux ans plus tard, Jean-Pierre Jaussaud retrouve Jean Rondeau, dont il est le coéquipier sur la M379 B n°16. Dans des conditions météo difficiles, le duo français sort vainqueur d’un long duel avec la Porsche de Jacky Ickx/Reinhold Joest. Jean-Pierre Jaussaud signe sa deuxième victoire mancelle, non sans une ultime frayeur à 45 minutes du drapeau à damier : alors qu’il est en tête, son moteur cale à la suite d’un tête-à-queue sur piste mouillée, et ne repart qu’au troisième coup de démarreur.
 
Parallèlement à ces aventures mancelles, Jean-Pierre Jaussaud brille en monoplace. Il remporte le Grand Prix de Monaco de Formule 3 en 1968, le championnat de France de la discipline en 1970, et termine vice-champion d’Europe de Formule 2 en 1972.
 
En treize participations sarthoises de 1966 à 1983, il a défendu à onze reprises les couleurs d’un constructeur français chez Matra, Renault-Alpine et Rondeau. Les 24 Heures du Mans auront ainsi marqué l’apogée méritée de son parcours singulier.

Pierre Fillon, Président de l'Automobile Club de l'Ouest : "Avec la disparition de Jean-Pierre Jaussaud, c'est une légende des 24 Heures du Mans qui s'éteint. Jean-Pierre était non seulement un pilote d'un grand talent, mais également une personne particulièrement appréciée dans le paddock. Papy Jaussaud nous a quittés, mais les souvenirs resteront intacts. Son émotion lors du podium en 1978 a marqué une génération de passionnés. Sa victoire en 1980 avec son coéquipier et ami Jean Rondeau restera à jamais comme l'un des plus grands exploits du sport automobile. Au nom de l'ensemble de l'ACO, je tiens à présenter mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches.