Le Mans
08/11/2019 - 17:00

Anthony Beltoise : « Plus il y a de puissance, plus je me régale »

Anthony Beltoise a récemment participé au tournage d’une émission spéciale d’Automoto dédiée au Mans 66 et délocalisée au Bugatti (diffusion le 17 novembre). Celui qui compte 3 participations aux 24 Heures du Mans présente son rôle de pilote essayeur pour Automoto et revient sur les conseils promulgués par son père, Jean-Pierre Beltoise, lors de sa première participation aux 24 Heures du Mans en 2000.
Anthony Beltoise : « Plus il y a de puissance, plus je me régale »

Votre dernière participation aux 24 Heures du Mans remonte à 2011. Quelles sont vos activités désormais ?

« Je suis toujours engagé en compétition puisque je participe au Championnat de France GT4 au volant d’une Audi R8 de Sainteloc Racing. Je pense que pour ne pas perdre la main, il faut rester concentré en permanence. A côté de ça, je participe à l’enregistrement de nombreuses émissions avec Automoto. Depuis que mon papa est décédé en janvier 2015, je me suis impliqué dans l’école de formation et de prévention des risques routiers qu’il avait créée. »

Qu’est-ce qui vous passionne dans ce rôle de pilote essayeur pour Automoto ?

« Ce qui est excitant c’est de pouvoir conduire une grande diversité de voitures absolument incroyables. Je peux piloter une McLaren Senna comme une Ford Focus RS. Plus il y a de puissance, plus je me régale. Nous avons notre base d’essais sur le circuit de Mortefontaine et cela permet de débriefer en plateau, de procéder à des analyses techniques etc. Je me régale ! »

Le film Le Mans 66 retraçant le duel Ford-Ferrari aux 24 Heures du Mans 1966 sort en France le 13 novembre prochain. Que vous évoque cette période du sport automobile ?

« Mon papa a participé aux 24 Heures du Mans pour la première fois en 1963. Il était présent en 1966 avec une Matra M620. Il fut contraint à l’abandon. Je n’ai jamais trop discuté avec lui de ses participations au Mans. Ça n’avait rien à voir contre le circuit mais il trouvait qu’à cette époque, les 24 Heures du Mans étaient la course la plus dangereuse. Il estimait qu’aucun pilote ne pouvait rattraper sa voiture lorsqu’un pneu déchapait à plus de 300 km/h dans la ligne droite des Hunaudières. La première fois que j’ai participé aux 24 Heures, il est venu assister à la course et il me disait de faire attention aux traces d’huile qui ne se voient pas la nuit par exemple. Il avait un véritable discours de sécurité et d’anticipation d’un éventuel problème technique. Je suis né en 1971 mais j’ai été baigné dans le sport automobile. Pour moi les années 60 riment avec les débuts de Matra en Endurance ainsi qu’en Formule 1. »

Trois participations aux 24 Heures du Mans

Le saviez-vous ? Anthony Beltoise (fils de Jean-Pierre Beltoise, 86 Grand Prix de Formule 1 et 14 participations aux 24 Heures du Mans) a pris part aux 24 Heures du Mans à trois reprises. D’abord en 2000 au volant d’une Chrysler Viper GTS R de Viper Team Oreca (9e du classement général et 2e en catégorie GTS). Ensuite en 2001 sur Courage C60-Judd de l’équipe SMG (abandon). Sa dernière participation à la classique mancelle c’était en 2011 avec une Ferrari 458 Italia GT2 de Luxury Racing (abandon).