24h Le Mans
Le 05/06/2016 20:00

Présentation des engagés - LM P2 : Pegasus Racing (Morgan-Nissan) n°28

La petite écurie française est l'une des deux équipes à avoir engagé une pilote féminine pour prendre le départ des 24 Heures du Mans cette année et elle aligne une voiture qui a montré qu'elle était capable de s'imposer en LM P2 dans la Sarthe en 2013.

Présentation des engagés - LM P2 : Pegasus Racing (Morgan-Nissan) n°28

PEGASUS RACING (FRA)

Propriétaires : Julien Schell et Claude Schell
Team Manager : Julien Schell
Base : Geispolsheim (FRA)
www.pegasus-racing.com

Résultats ELMS 2016 :
4 Heures de Silverstone : Abd Roussel/Taittinger/Striebig (FRA/FRA/FRA), Morgan - Nissan n°29
4 heures d’Imola : 12e Roussel/Taittinger/Striebig (FRA/FRA/FRA), Morgan - Nissan n°29.

 

     Créée en 1998 par Claude et Julien Schell, l’écurie Pegasus Racing exploite et développe des voitures de course et des véhicules historiques. Après de nombreux titres dans des catégories sprint, l’équipe s'est spécialisée dans les épreuves d'endurance et plus particulièrement les prototypes. L’histoire sportive de Pegasus Racing débute en 2000. A cette époque, la structure est impliquée en monoplace, notamment en Formule Ford ainsi qu’en Formule Renault, remportant plusieurs courses et championnats.

     Quelques années plus tard, l’équipe décide de s’orienter vers l’endurance avec l’objectif de participer aux 24 Heures du Mans. Afin de se familiariser avec la discipline, la formation commence tout d’abord par participer au championnat VdeV Endurance Series dans lequel elle acquiert une solide expérience avec de nombreuses victoires. Pegasus Racing devient une des écuries majeures du championnat en décrochant deux titres en 2006 et 2009, ainsi que deux titres honorifiques de vice-champion.

     En 2009, l’équipe passe la vitesse supérieure et intègre la catégorie LM P2 du championnat Le Mans Series avec une Courage-Oreca LC75 pour Philippe Thirion, Jean Christophe Metz et Julien Schell lui-même. L’année suivante, l’entité alsacienne continue à disputer l’European Le Mans Series avec la même voiture. Julien Schell est désormais accompagné par Fréderic Da Rocha et Pegasus Racing atteint son but initial : une première participation aux 24 Heures du Mans ! Pour l’occasion, la structure change de monture et engage une Norma M200P avec Julien Schell/Frédéric Da Rocha/David Zollinger au volant. Une aventure fort bien débutée en LM P2, mais qui se termine dans les virages Porsche en raison d’un fait de course.     

     En 2011, Pegasus Racing décide de s’engager dans la catégorie Formula Le Mans, toujours en European Le Mans Series. L’équipe remporte le titre de la catégorie avec quatre victoires en cinq courses pour Julien Schell, Mirco Schultis et Patrick Simon. Malheureusement, elle ne peut honorer l’invitation liée à ce titre lors des 24 Heures du Mans 2012.
Pegasus Racing se tourne alors vers le championnat Speed EuroSeries, idée qui est née de l’association entre Julien Schell et Nicolas Leutwiler. Les deux compères sont sacrés champions avec une Ligier JS 53, marque désormais associée à Onroak Automotive. Le soutien du constructeur va d’ailleurs être l’un des facteurs clés qui va inciter Claude et Julien Schell à revenir sur la scène de l’endurance.

     L'équipe fait son retour en championnat ELMS 2014 en LM P2 avec une Morgan Nissan arborant le numéro 29. A son volant, on retrouve Julien Schell, Niki Leutwiler et Jonathan Coleman. Pour les 24 Heures du Mans, d'abord sur la liste des suppléants, l'équipe est repêchée. Pour sa deuxième participation au plus haut niveau de l’endurance mondiale, la Morgan - Nissan de Léo Roussel, Julien Schell et Niki Leutwiler termine à la 18e place au classement général ,10e en LM P2. L’écurie reprend le chemin de l’European Le Mans Series et termine 10e du Championnat des Equipes LM P2.

     Sur sa belle lancée, Pegasus Racing poursuit l’aventure en European Le Mans Series en 2015, toujours avec une Morgan - Nissan en LM P2. Léo Roussel, véritable espoir du sport automobile français, intègre l’équipage à plein temps en compagnie de Julien Schell et David Cheng, qui devient le premier pilote chinois à disputer cette série. Terminant presque toutes les courses dans les dix premiers, Pegasus Racing termine à la 11e place finale en LM P2. Aux 24 Heures du Mans, Pegasus Racing devient Pegasus Racing Team Total avec le soutien de Total Lubrifiants Chine et la présence, au côté de Léo Roussel, de deux pilotes chinois, Ho-Pin Tung et David Cheng, qui roulaient en 2014 pour le compte d’OAK Racing Team Asia. L’équipage termine 19e au classement général, 9e en LM P2. En fin de saison, la structure alsacienne effectue une pige en FIA WEC lors des 6 Heures de Shanghai. A cette occasion, Alex Brundle renforce l’équipage et le pilote britannique se permet le luxe de devancer toutes les meilleures équipes mondiales lors des deux premières heures de course ! Au final, la Morgan Nissan se classe 5e en LM P2.

     En 2016, Pegasus Racing fait de nouveau confiance à la même voiture éprouvée. A son volant se relaient Léo Roussel, Rémy Striebig et Inès Taittinger. A Silverstone, sur piste humide, Léo Roussel percute le mur des stands dès le départ, puis casse la suspension de la voiture en fin de course. C’est l’abandon. A Imola, dans des conditions météorologiques difficiles qui ont conduit la Direction de Course à faire intervenir la voiture de sécurité en fin de course, le trio termine 12e. A noter qu’Inès Taittinger sera l’une des deux femmes à prendre le départ des 24 Heures du Mans cette année.

#LEMANS24


 

News history Dernières actualités