24h Le Mans
Le 04/05/2017 17:01

Pipo Derani (Ford) : "Qui peut mieux comprendre 24 Heures du Mans que Ford ?"

Luís Felipe "Pipo" Derani, désormais pilote officiel Ford en catégorie LMGTE Pro, s'apprête à disputer ses premières 24 Heures du Mans avec le constructeur américain. Afin de se préparer au mieux au double tour d’horloge sarthois, il participe aux deux premières manches du Championnat du Monde d'Endurance au volant de la Ford GT n°67 avec Harry Tincknell et Andy Priaulx.

Pipo Derani (Ford) : "Qui peut mieux comprendre 24 Heures du Mans que Ford ?"

Vous avez passé plusieurs saisons en LMP2. Pourquoi avez-vous décidé de vous engager cette année en LMGTE Pro ?

« J’ai eu la possibilité de rejoindre un constructeur et, en tant que pilote professionnel, ça ne se refuse pas ! J’ai toujours dit que mon objectif était de courir en LMP1 en Championnat du Monde d’Endurance (FIA WEC). Cependant, avec le retrait d’Audi, la situation est devenue plus compliquée pour certains pilotes qui avaient envie de changer de catégorie : peu de baquets libres et beaucoup de pilotes sur les rangs. C’est à ce moment-là que j’ai pensé qu’il serait mieux pour moi d’être avec Ford en LMGTE et d'avoir la possibilité de devenir champion du monde. Courir pour un constructeur avec une si grande histoire, non seulement au Mans, mais à travers le monde, est quelque chose de spécial. »

Quelles sont vos premières impressions avec la Ford GT ?

« C’est vraiment une superbe voiture, qui a été très bien pensée au moment de sa création. Elle donne confiance dès les premiers tours, ça ne demande pas trop de temps aux pilotes de s’y habituer, vous vous sentez bien tout de suite. Je suis très impressionné par cette GT, même si c’est un gros changement pour moi par rapport à ce que j’ai connu au volant de prototypes. Il ne faut pas oublier qu'il  y a beaucoup de choses nouvelles pour moi. J’ai disputé les 24 Heures de Spa l’an dernier avec une McLaren (650S GT3 engagée par Garage 59 avec Duncan Tappy et Bruno Senna, 40e au général, ndlr), et cela reste à ce jour ma seule réelle expérience. De plus, je suis impliqué dans un programme avec un constructeur pour la première fois. L’équipe m’aide beaucoup, ce qui a rendu cette transition plus facile : j’ai appris assez rapidement. De plus, ça me motive encore plus de savoir que tout le monde est derrière moi.  »   

Courir pour un constructeur avec une si grande histoire, non seulement au Mans, mais à travers le monde, est quelque chose de spécial !

Pipo Derani

Quel est votre regard sur les 24 Heures du Mans cette année ?

« Chaque année, la catégorie LMGTE Pro devient de plus en plus compétitive. Il y a beaucoup d’équipes et de pilotes d’usine, c’est très dur. Avec l’arrivée de la nouvelle Porsche, cela va être encore plus serré. Ils ont déjà roulé et emmagasiné des milliers de kilomètres à Daytona et Sebring. On ne peut plus dire qu'il s'agit d'une nouvelle auto ! En GTE, nous avons différents types de voitures, avec une approche différente, mais au bout du compte, nous sommes regroupés en quelques millièmes parfois. Comme je l’ai précisé, les pilotes sont très forts et expérimentés. Chaque seconde, chaque dixième compte, mais je pense que nous avons un bon ensemble avec notre Ford GT. Elle est fiable, ce qui est très important dans ce genre de courses, et a continué d’évoluer afin de revenir au Mans et de gagner à nouveau. Je suis impatient de me battre contre Ferrari, Porsche, Aston Martin et Corvette. »

Qu'est-ce que cela représente pour vous de courir pour Ford qui a un tel palmarès au Mans ? 

« Ford a gagné les 24 Heures du Mans pour la première fois il y a maintenant 51 ans, en 1966. Je suis vraiment fier de faire partie de l’histoire de ce constructeur maintenant. J’espère pouvoir inscrire mon nom au palmarès du Mans. J’ai gagné les 24 Heures de Daytona, les 12 Heures de Sebring et je voudrais gagner les 24 Heures du Mans. C’est mon prochain objectif, et ce serait génial de le faire avec Ford. Cependant, le fait que Ford ait gagné l’an dernier et compte quatre victoires au classement général (de 1966 à 1969, ndlr) ne me met pas de pression particulière, mais me donne plutôt une motivation supplémentaire. La pression ne vient pas de l’extérieur, s’il y en a une, je me la mets moi-même car je veux être le meilleur tout le temps, être performant dès que je suis dans la voiture. C’est vrai que lorsque l’on va au Mans, il y a toute la famille Ford autour de vous, évidemment vous y pensez un peu, mais je l’utilise positivement. Tout le monde au sein de l’équipe a un objectif : gagner les 24 Heures du Mans, mais personne ne vous met une quelconque pression. L'équipe sait à quel point Le Mans est difficile, les membres vous font confiance, c’est très important ! De toute façon, qui peut mieux comprendre Le Mans que Ford ? » 

J’ai gagné les 24 Heures Rolex de Daytona, les 12 Heures de Sebring et je voudrais gagner les 24 Heures du Mans.

Pipo Derani

De plus, cette année, il y a aura une particularité dans votre catégorie...

« Oui, un autre Brésilien a rejoint les rangs de la catégorie LMGTE Pro, en la personne de Lucas di Grassi, chez AF Corse (Ferrari). Je pense que c’est fantastique d’avoir non seulement une bataille mythique entre Ford et Ferrari comme c’est le cas depuis les années 60, mais aussi entre Lucas et moi. Je suis heureux de partager ce bout d’histoire avec mon compatriote dans sa voiture rouge (rires). Cela va être excitant, j’espère que l'une de nous pourra amener le drapeau brésilien sur la plus haute marche du podium et j’espère que ce sera moi (rires) ! D’ailleurs, ça commence déjà à intéresser certains médias brésiliens. »

Vous avez gagné les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring en 2016 (avec une Ligier JS P2 engagée par Extreme Speed Motorsports). En quoi ces deux victoires vous ont fait progressé en tant que pilote ?  

« Une fois que vous avez gagné ce type de courses, cela vous enlève un poids de vos épaules. Vous vous prouvez non seulement à vous-même, mais aussi aux autres, que le travail a été bien fait ! Je pense que ces deux victoires m’ont ouvert les portes de Ford. Vous pouvez être rapide, mais ce que recherche un constructeur, c’est un pilote qui peut finir une course, qui peut se battre jusqu’à la 24e heure. Ce fut une bonne chose pour ma carrière d'avoir gagné ces deux grandes courses. Maintenant, j’avoue que je suis plus relax et je sais que je suis capable de faire du bon travail. Je n’ai plus besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Je peux désormais me concentrer uniquement sur mon pilotage, et quand c’est le cas, vos performances s'améliorent. »

Photo (VSA) : Pipo Derani (à gauche) a bien démarré sa collaboration avec Ford en remportant les 6 Heures de Silverstone dans la catégorie LMGTE Pro. 

24 Heures du Mans 16/17 juin 2018 - billetterie

News history Dernières actualités