24h Le Mans
20/11/2019 - 18:00

Pascal Vasselon (Toyota) : « Nous n’étions pas en droit d’inverser le résultat »

Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing a assisté à l’avant-première du film officiel des 24 Heures du Mans 2019. Il s’est exprimé sur le résultat de cette 87e édition ainsi que sur le retour annoncé de Peugeot en Endurance.
Pascal Vasselon (Toyota) : « Nous n’étions pas en droit d’inverser le résultat »

Avez-vous apprécié le film officiel des 24 Heures du Mans 2019 ?

« Je l’ai particulièrement apprécié parce que c’est la première fois que je n’ai pas à expliquer pourquoi et comment nous avons perdu la course. Cette avant-première m’était donc très agréable. »

Comment s’est déroulé le debriefing d’après 24 Heures du Mans 2016 lorsque la Toyota #5 a été contrainte à l’abandon à quelques minutes de l’arrivée ?

« Ce jour-là, nous n’avons pas fait de debriefing. Nous avons attendu un petit peu et je crois que lorsqu’il se passe des choses comme ça, on ne débriefe pas, on les évite. »

À contrario, à quoi ressemble un debriefing d’après 24 Heures du Mans lorsqu’on remporte l’épreuve ?

« Cette année, on a réussi tout de même à se gâcher l’arrivée avec la crevaison qui a affecté la Toyota #7. C’était évident, sur le podium, personne n’était content. Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria Lopez étaient dévastés, on le comprend. Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Fernando Alonso avaient clairement le sentiment de ne pas avoir totalement mérité la victoire. Le soir-même nous n’avons pas vraiment profité de la fête comme ce fut le cas en 2018. Les pilotes de la #7 ont gardé ce malaise mais le reste du team s’est laissé gagner par le résultat dès les jours suivants. »

Nous savions qu’il y avait des décisions en attente chez Peugeot mais nous les attendions pour plus tard. C’est donc une très bonne surprise
Pascal Vasselon, Toyota Gazoo Racing

Pouvez-vous revenir sur cette crevaison qui a affecté la Toyota #7 en fin de course ?

« C’est un de ces événements qui fait basculer la course à un moment où on croit qu’elle est jouée. Il y a des choses importantes à savoir et à comprendre. Le problème que nous avons rencontré c’est une inversion de capteurs de pression de pneumatiques. Le capteur de l’avant droit était connecté sur l’arrière droit. Il s’agit d’une erreur et depuis nous avons mis en place des mesures pour que ça ne se reproduise plus. Il est important de réaliser que la réaction de l’ingénieur et du pilote de la #7, José Maria Lopez, a été remarquable compte tenu de ce problème. Ils ont fait preuve de professionnalisme, de présence d’esprit et de lucidité pour des gens qui étaient en train de voir s’échapper une victoire extraordinaire aux 24 Heures du Mans. »

Avez-vous songé à inverser les postions entre les deux voitures ?

« Il y a quelque chose de frappant pour ceux qui ont vu le film Le Mans 66. Il montre bien que dans une course comme Le Mans, il y a une phase où on se bat contre les compétiteurs et puis il arrive parfois qu’on domine et qu’on se retrouve devant avec deux ou trois voitures. C’est là que les vrais problèmes commencent. Quand on domine une course, il faut gérer la position d’une voiture par rapport à l’autre. Nous avons vu dans Le Mans 66 que ça a été une grande partie de l’histoire et bien pour nous la dernière heure de course cette année a été extrêmement difficile parce que dans notre team, nous mettons beaucoup d’énergie et de détermination à faire en sorte que la meilleure voiture gagne. Quand nous avons rencontré cette crevaison sur la #7, nous nous sommes vraiment posé la question d’inverser les positions des deux voitures parce que, comme tout le monde, nous avions la perception que la #7 devait gagner. Heureusement nous avons été lucides et nous avons analysé le problème. Nous sommes arrivés à cette conclusion : aussi malheureux que cet événement a été, il était entièrement lié à la voiture #7 et les règles du sport devaient s’appliquer. Nous n’étions pas en droit d’inverser le résultat. Même si ça nous a fait de la peine, nous avons eu la lucidité, après de nombreux palabres, de ne pas changer le cours des choses. »

Parlez-nous de la satisfaction de voir Toyota remporter les 24 Heures du Mans et la Super Saison du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC.

« La saison a été parfaite à l’exception de Silverstone où nous avons été disqualifiés. Nous avons gagné les 24 Heures du Mans deux fois dans la même saison. C’était notre objectif parce que nous avons échoué tellement de fois si près du but que chaque édition des 24 Heures du Mans est pour nous un nouveau challenge. »

Peugeot a récemment annoncé son entrée dans la futur catégorie Hypercar du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC. Comment accueillez-vous cette annonce ?

« C’est une grande nouvelle. Nous savions qu’il y avait des décisions en attente chez Peugeot mais nous les attendions pour plus tard. C’est donc une très bonne surprise. Dès l’année prochaine normalement nous devrions nous retrouver avec Aston Martin puis des teams comme Glickenhaus et ByKolles. C’est une dynamique extraordinaire pour le championnat et les 24 Heures du Mans. Ça montre que la série est en train de décoller. Nous espérons que cela va créer un mouvement et que d’autres constructeurs vont se dire, pourquoi pas. »

PHOTO : Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing lors de l'avant-première du film officiel des 24 Heures du Mans 2019.