24h Le Mans
Le 01/09/2018 16:00

Les enchères s'envolent en Californie pour une Ford et une Aston Martin du Mans

Inutile d'avoir remporter les 24 Heures du Mans pour que les prix s'affolent lors des ventes aux enchères ! Ainsi, à Monterey, en Californie, l'Aston Martin DP215 qui a abandonné après deux heures au cours de l'édition de 1963 a trouvé preneur pour le double environ de la Ford GT40 Mk II qui a terminé troisième lors du triplé de la marque américaine en 1966.

Les enchères s'envolent en Californie pour une Ford et une Aston Martin du Mans

Contrairement à l'Aston Martin DP215, certes dernière création sortie des ateliers sous l'ère David Brown, créateur de la marque anglaise, la Ford GT40 de Holman & Moody arborant une livrée or rehaussée de rose vif caractéristique peut s'enorgueillir d'un palmarès en endurance. Après un abandon à mi-course aux 24 Heures de Daytona 1966 à cause d'une défaillance de la boîte de vitesses, le châssis P/1016 s'est classé 12e des 12 Heures de Sebring un mois plus tard avec A.J. Foyt, victorieux l'année suivante aux 24 Heures du Mans, et Ronnie Bucknum. Ce dernier, associé à Dick Hutcherson, venu de la NASCAR, est monté sur la troisième marche du podium dans la Sarthe le 19 juin 1966, complétant le triplé historique de la marque à l'ovale bleu pour le premier de ses quatre succès consécutifs.

Remisée quelques années dans les ateliers de Holman & Moody à Charlotte, en Caroline du Nord, la voiture passera ensuite de mains en mains non sans avoir été confondue avec le châssis P/1015, deuxième au Mans en 1966, avant, restaurée, de faire les beaux jours des manifestations de voitures anciennes comme Le Mans Classic, Pebble Beach ou Goodwood.

L'Aston Martin DP215, vendue en marge du concours d'élégance de Pebble Beach, a aussi participé au rassemblement de Goodwood, mais son palmarès en endurance se limite à deux abandons en deux courses, d'abord aux 24 Heures du Mans 1963, puis à Reims le mois suivant. Ces résultats ne sont pas étonnant dans la mesure où le projet est né deux mois avant le double tour d'horloge manceau. Une casse de la boîte de vitesses a contraint Lucien Bianchi, futur lauréat en 1968 avec une Ford GT40, et Phil Hill, triple vainqueur du Mans, à l'abandon deux heures après le début de la course.

Photos ci-dessus (D.R. ACO pour les deux premières et Laurent Cartalade / ACO pour la troisième ) : L'Aston Martin DP215 aux 24 Heures du Mans 1963 ; la Ford GT40 n°5 aux 24 Heures du Mans 1966 ; la Ford GT40 de 1966 au Mans Classic en 2014.

Vendue en 1974, l'Aston Martin DP215 a perdu plusieurs pièces d'origine, dont son moteur qu'elle ne retrouvera que récemment grâce à la ténacité de ses propriétaires Neil et Nigel Corner. Une ténacité qui a sans doute contribué aux sommets atteints par les enchères : plus de 21 millions de dollars (environ 18 millions d'euros) avec les frais, ce qui en fait la voiture anglaise la plus chère de tous les temps. Le propriétaire de la Ford GT40 de 1966 a dû se contenter d'un peu moins de 10 millions de dollars (environ 8,5 millions d'euros).

Outre la même société de vente au enchères, RM Sotheby's, le point commun entre ces deux voitures : John Wyer. L'ingénieur a quitté Aston Martin peu de temps après le développement de la DP215 pour aider Ford à remporter les 24 Heures du Mans. Après le retrait officiel de la marque de Dearborn, John Wyer crée sa propre écurie, John Wyer Automotive, qui engagera les deux Ford victorieuses au Mans en 1968 et 1969.

Photo (Laurent Cartalade / ACO) : La Ford GT40 de 1966 a participé au Mans Classic en 2014.

News history Dernières actualités