24h Le Mans
06/10/2019 - 20:00

Le Mans 66 : Peter Miles raconte son père Ken Miles

Le 13 novembre sortira en France, le film de James Mangold, Le Mans 66, consacré à l'édition des 24 Heures du Mans 1966 et au duel Ford contre Ferrari, avec notamment le pilote Ken Miles, engagé au volant d'une des Ford GT40, conçues et préparées avec Carroll Shelby (interprété par Matt Damon). Aujourd'hui, Peter Miles, son fils, raconte son père, ce héros, incarné par Christian Bale, à l'écran.
Le Mans 66 : Peter Miles raconte son père Ken Miles

"Peter Miles, avez-vous vu Le Mans 66 ?
"Oui j'ai assisté à une projection privée du film avec Christian Bale."

Avez-vous collaboré à la réalisation de ce film
"J'ai donné à Christian Bale des informations sur mon père, elles pouvaient provenir de coupures de presse, d'articles dans des magazines, j'ai montré aussi des photographies personnelles ou partagé des enregistrements audios. M. Bale voulait essayer d'être le plus fidèle possible au portrait de mon père. J'ai également rencontré Caitriona Balfe, je lui ai donné des clichés de ma mère, je la lui ai décrite comme je m'en rappelais."

Qu'attendez vous de ce film ?
"J''espère qu'il pourra montrer aux gens que des relations personnelles, des efforts communs, du dévouement, de l'engagement et un bon comportement peuvent engendrer des résultats très positifs."

Que connaissez-vous du Mans ?
"Les 24 Heures du Mans sont une course intéressante qui me semble devenir de plus en plus compétitive,de plus en plus disputée jusqu'à la dernière minute, année après année. Les voitures sont aujourd'hui assez fiables pour résister finalement à ce qui s'apparente maintenant à un sprint de 24 Heures. Malheureusement la couverture TV aux Etats Unis n'est pas idéale et j'ai quelques difficultés pour suivre l'événement."

Etes-vous déjà venu au Mans
"La dernière fois que je suis venu au Mans c'était en 1965, avec mon père. Ce fut une expérience extraordinaire malgré l'abandon sur problème mécanique de sa voiture. Après cette année-là, je ne suis jamais revenu au Mans." 

Que représentent pour vous les 24 Heures du Mans ?  
"J'aime l'aspect ingénierie, le développement technologique, les recherches pour rendre une voiture aussi fiable que rapide, pendant 24 Heures. J'ai beaucoup de respect pour les gens qui s'y consacrent, qui travaillent à ce défi."

Les sports mécaniques vous intéressent-ils
"Oui j'adore le sport automobile, avec un penchant, je l'avoue, pour les courses historiques."
  
Endurance, F1, indycar, Nascar...que suivez -vous plus particulièrement ?
"Ma discipline favorite est la F1 mais je dois avouer que quelques règles aujourd'hui me paraissent déraisonnables, comme se retrouver en fond de grille parce que l'on a changé une boîte de vitesses. Toutes ces pénalités sont incompréhensibles. J'aime aussi la NASCAR, mais je dois reconnaître que je trouve moins excitantes les courses sur ovales." 
 
Quels souvenirs gardez-vous des 24 Heures du Mans 1966 ?
"Ce sont des sentiments mitigés car bien sûr, je voulais que mon père gagne et je pense qu'il aurait pu le faire. Mais quand trop de personnes sont impliquées dans une décision, très souvent les choses ne se passent pas très bien. Mon père savait que la voiture aurait pu finir la course, franchir la ligne d'arrivée sans problème, malgré le rythme, la cadence qu'il suivait. Le moteur affichait 15 chevaux de plus à l'arrivée qu'au départ ! Je comprends que les Néo Zélandais (McLaren et Amon)  avaient un point de vue différent, qu'ils  pensaient qu'ils méritaient de gagner parce qu'ils avaient suivi les consignes d'équipe beaucoup plus précisément. Malgré tout, si il est vrai que McLaren a dit : "je ne sais pas qui était supposé gagner mais moi je ne voulais pas perdre'' alors il perd de mon estime parce qu'il a ainsi tiré parti de la situation. Mais finalement, chacun voulait gagner aussi je ne peux pas lui garder grief de cela." 

Aviez-vous vu la course à la TV? 
"Non."

 Quel genre de pilote, quel genre de père était Ken Miles
"Il était souvent absent après avoir rejoint Shelby. Je ne le voyais pas très souvent car il travaillait beaucoup. Il était aussi assez gentil pour m'associer à nombre de ses activités hors de la maison, en fait il m'emmenait avec lui sur des séances d'essais, il jouait avec moi aussi quand je pilotais ma voiture de course téléguidée. Il était aussi très pris par le travail dans la maison ou à faire le jardin, et il attendait mon aide. Il restait parfois assis dans son fauteuil le soir à lire." 

Christian Bale qui incarne votre père ? que ressentez vous
"Je pense que c'est merveilleux qu'un acteur d'un tel calibre accepte de jouer le rôle de mon père. Il s'est appliqué à ressembler à mon père, mais c'est un exercice difficile quand vous ne pouvez pas rencontrer la personne."

Votre voiture préférée aux 24 Heures du Mans ?
"Bien évidemment la Ford GT40 de 1966."

INFORMATION : LES 24 HEURES DU MANS REPORTÉES AUX 19 ET 20 SEPTEMBRE 2020