24h Le Mans
Le 12/07/2018 12:30

Jacques Nicolet : Le Mans et Le Mans Classic, des sensations différentes, un même plaisir

Trois semaines après que l'une de ses Ligier JS P217 a terminé à la 3e place de la catégorie LMP2 à l'issue de la 86e édition des 24 Heures du Mans, Jacques Nicolet participe au Mans Classic ce week-end avec un prototype Duckhams Ford de 1972. A priori, aucun point commun entre les deux voitures. Pourtant il y en a un : le plaisir !

Jacques Nicolet : Le Mans et Le Mans Classic, des sensations différentes, un même plaisir

On pourrait penser que l'on sort frais comme un gardon ou presque, d'une séance de qualifications dans un prototype ouvert affichant un poids plume de 670 kilos sur la balance même si la température ambiante frôle les 30°C. Ce serait à la fois oublier plusieurs facteurs et mal connaître Jacques Nicolet, la passion du sport automobile chevillée au corps.

"Le pilotage de ces voitures est très physique par rapport aux voitures modernes, commence Jacques Nicolet. Il faut d'abord passer les vitesses manuellement avec un levier alors que les prototypes modernes ont les vitesses au volant. Ces voitures anciennes ont ensuite beaucoup moins d'appui et sont équipées de pneus rainurés, ce qui implique beaucoup moins d'adhérence : la voiture glisse beaucoup. Les sensations sont très différentes. Enfin, il faut composer avec la tête ! Se lancer à 300 km/h dans les Hunaudières en se disant 'pourvu que ça tienne', ce n'est plus de mon âge !"

Une conclusion accompagnée d'un grand éclat de rire ! Car ce qui compte avant tout pour ce gentleman driver de 62 printemps qui totalise huit participations aux 24 Heures du Mans, dont un podium dans la catégorie LMP2 en 2009 face aux très véloces Porsche RS Spyder, c'est le plaisir. Enfin presque… "Certains éléments de la boîte de vitesses de la Duckhams sont neufs, poursuit Jacques Nicolet. On m'a donc demandé de la roder, mais après deux ou trois tours, j'ai pensé que c'était suffisant et j'ai commencé à appuyer. En fait, on se dit qu'on est là juste pour se faire plaisir, mais la passion reprend vite le dessus et on se met à attaquer !"

Le sourire arboré par le patron d'Onroak Automotive, qui conçoit les Ligier LMP2 modernes, en dit plus qu'un long discours sur les sensations ressenties au volant, d'autant qu'il a réalisé le 4e temps derrière des Lola bien plus rapides. S'amuser en pilotant c'est bien, mais s'amuser en affolant le chronomètre, c'est encore mieux ! On ne reçoit pas le Trophée Spirit of Le Mans par hasard…

Photo (Michel Jamin / ACO) : Jacques Nicolet dans la Duckhams Ford de 1972 au Mans Classic 2018.

News history Dernières actualités