24h Le Mans
Le 16/12/2017 18:00

Flashback 2017 - Quatre belles histoires brésiliennes

L'année 2017 de l'endurance s'est avérée exceptionnelle pour les pilotes brésiliens, avec un titre pour Bruno Senna, de belles victoires pour Pipo Derani, Daniel Serra et André Negrao, et une belle révélation pour Pietro Fittipaldi au volant de la Porsche 919 Hybrid.

Flashback 2017 - Quatre belles histoires brésiliennes

Après avoir enchanté depuis plus de quatre décennies les pelotons de la Formule 1 et des 500 miles d'Indianapolis, les pilotes brésiliens auraient-ils trouvé leur nouvel Eldorado en endurance ? Outre la présence des amis vétérans Rubens Barrichello et Tony Kanaan aux 24 Heures du Mans, et les pilotes brésiliens distingués ci-dessous, il faut ajouter la pole position mancelle de Fernando Rees dans la catégorie LMGTE Am, au volant de la Corvette du team français Larbre Compétition

 

Bruno Senna, le champion - Après deux victoires en catégories LMGTE dès sa première saison en Championnat du Monde d'Endurance chez Aston Martin en 2013, Bruno Senna (34 ans) est devenu l'an passé l'un des grands animateurs de la catégorie LMP2 chez RGR Sport, avec deux victoires et la deuxième place au classement du Trophée Endurance FIA des pilotes. En 2017, il passe chez Vaillante Rebellion. Associé aux Français Nicolas Prost et Julien Canal, il remporte quatre victoires et le titre de la catégorie. Et devient ainsi l'une des références incontestables d'une catégorie LMP2 en pleine mutation, avec les nouveaux châssis et le nouveau moteur Gibson de 600 ch, avant d'accompagner en 2018 le retour de l'équipe anglo-suisse en LMP1.

Pipo Derani, la confirmation - Grande révélation de la saison d'endurance 2016, Pipo Derani (24 ans) s'est vu sollicité par Ford, en renfort du duo britannique Andy Priaulx-Harry Tincknell en LMGTE Pro sur la Ford GT n°67 pour les trois premières manches du Championnat du Monde d'Endurance 2017. Un recrutement judicieux, avec la victoire de la catégorie à Silverstone, une quatrième place à Spa-Francorchamps puis la deuxième de la catégorie au Mans. Une constance remarquable qui lui vaut la dixième place du classement final du Championnat du Monde d'Endurance FIA des Pilotes GT. Et donne furieusement envie de le revoir à plein temps pour la Super Saison 2018-2019.

Daniel Serra et André Negrao, les vainqueurs - Débutants dans la Sarthe, ils se sont taillés une place de choix dans le palmarès de la 85e édition des 24 Heures. Venu du stock car brésilien et pilote de développement du manufacturier de pneumatiques Dunlop, Daniel Serra (33 ans) s'impose en catégorie LMGTE Pro avec Aston Martin Racing. Repéré par Philippe Sinault, patron du team Signatech Alpine, André Negrao (25 ans) réalise le meilleur chrono LMP2 de la Journée Test et termine troisième de la catégorie. Puis, pour la partie extra-européenne du calendrier du Championnat du Monde d'Endurance, André Negrao rejoint Nicolas Lapierre et Gustavo Menezes sur l'Alpine A470 n°36... et le trio s'impose aux 6 Heures du Circuit des Amériques. S'il ne peut jouer le titre de la catégorie du fait de son changement de voiture, il termine tout de même cinquième du classement final du Trophée Endurance FIA de la catégorie LMP2.

Pietro Fittipaldi, le rookie - Petit-fils d'Emerson Fittipaldi, premier Brésilien Champion du Monde de Formule 1 (1972 et 1974), Pietro Fittipaldi (21 ans) est convié au Rookie Test du Championnat du Monde d'Endurance après avoir remporté le titre 2017 du championnat Formula V8 3.5 World Series. Au volant de la Porsche 919 Hybrid, il est le débutant le plus rapide du Rookie Test. S'il a indiqué que son objectif prioritaire est la Formule 1, ses performances et les éloges des responsables de Porsche LMP Team modifieront-ils ce plan de carrière, par exemple du côté d'une catégorie LMP2 en pleine effervescence de jeunes pilotes ? L'avenir le dira...

 

Photo : Après s'être imposé en LMGTE Pro et Am en 2013 chez Aston Martin (deux victoires) puis en LMP2 (six victoires sur les saisons 2016 et 2017), Bruno Senna deviendra-t-il le premier pilote victorieux dans les quatre catégories du Championnat du Monde d'Endurance, après l'annonce du retour de Rebellion Racing en LMP1 pour la Super Saison 2018-2019 ?