24h Le Mans
Le 21/12/2017 18:00

Flashback 2017 - Hugo de Sadeleer : "je suis fan des 24 Heures depuis mon plus jeune âge"

Parmi les jeunes pilotes vainqueurs en 2017, Hugo de Sadeleer est très vite devenu la figure de proue d'une nouvelle génération suisse, avec un très beau bilan pour sa première saison en endurance : un top 5 aux 24 Heures du Mans et deux victoires en European Le Mans Series (ELMS).

Flashback 2017 - Hugo de Sadeleer : "je suis fan des 24 Heures depuis mon plus jeune âge"

On le sait, la Suisse est de longue date une terre privilégiée de l'histoire de l'endurance. Au volant de la Toyota TS050 HYBRID, Sébastien Buemi s'est imposé cette année dans cinq des neuf manches du Championnat du Monde d'Endurance, où le gentleman-driver helvétique Thomas Flohr a également signé une victoire en catégorie LMGTE Am.

Mais c'est en ELMS qu'il faut aller chercher la révélation suisse 2017. Issu d'une famille où la passion automobile se vit au quotidien (du côté des courses et événements historiques et aussi de la Radical SR1 Cup, où son frère Jérôme a été titré en 2017), Hugo de Sadeleer a accompagné les débuts de l'écurie américaine United Autosports en catégorie LMP2. Venu de la filière monoplace (une victoire en Formule Renault 2.0 Eurocup en 2016), il revient sur une année 2017 enthousiasmante... et même sur un début de saison 2018 en très prestigieuse compagnie.
 

Quel bilan dressez-vous de cette première - et très réussie - saison en endurance ?
"Je suis vraiment très heureux du début de ma carrière en sport automobile. Dans le monde de la course automobile, il faut évidemment travailler dur, mais la chance joue aussi un rôle important. Avoir pu rejoindre United Autosports lorsqu'ils lançaient leur programme LMP2 était justement une véritable chance ! Si vous regardez la façon dont ils ont construit l'équipe, les ingénieurs qu'ils ont embauchés et leur relation avec Oanroak Automotive (constructeur du châssis Ligier JS P217 aligné par l'équipe américaine, ndlr), vous savez qu'ils sont sur le point de devenir une référence mondiale dans le domaine. United Autosports a vraiment investi du temps et des ressources dans l'élaboration d'un programme extraordinaire qui s'est traduit par une victoire lors de notre première course à Silverstone. Nous avons également terminé deuxièmes au championnat, ce qui est un résultat étonnant compte tenu du fait que Will Owen et moi étions dans notre première année de course automobile tandis que nos concurrents de G-Drive Racing courent en LMP2 depuis 2012."


Comment se passait la relation avec Filipe Albuquerque, très expérimenté, et Will Owen, qui découvrait lui aussi l'endurance ?

"Filipe est tout d'abord un pilote extrêmement rapide qui fait preuve d'une incroyable constance, mais ce n'est pas ce qui le rend spécial. Dans un monde de testostérone, d'adrénaline et d’ego surdimensionné, Filipe est le pilote le plus terre-à-terre, accessible, et le moins égoïste que je connaisse. Il a mis l'accent sur le développement de notre programme LMP2, ce qui impliquait également le développement de Will Owen et moi en tant que pilotes automobiles. Filipe m'a beaucoup appris et c’est vraiment l’une des raisons pour lesquelles j'ai pu recevoir le prix de Rookie of the Year cette année. Filipe et moi avons également passé pas mal de temps ensemble en dehors du circuit et je peux vous dire que la routine d'entraînement qu'il m'a fait suivre était très difficile. Will Owen est sur le même chemin que moi, il a été très impressionnant et dévoué tout au long de la saison. Je ne peux que le remercier d'avoir été un élément clé de notre succès en 2017."
 

Comment avez-vous vécu vos premières 24 Heures du Mans, terminées en cinquième position, avec l'une des vitesses de pointe les plus élevées du plateau ?

"Mes premières 24 Heures du Mans ont été une expérience extraordinaire. Je suis fan du Mans depuis mon plus jeune âge et je pense que, que ce soit en F1, WRC ou toute autre catégorie, chaque pilote espère y participer un jour. C'était donc un rêve devenu réalité ! La vitesse des LMP2 cette année a été impressionnante. Je peux vous dire que rouler à près de 340 km/h sur la plus belle piste du monde est une sensation incroyable et très addictive. Il est vrai que notre Ligier était désavantagée par rapport à d'autres LMP2, et il nous aurait été difficile de gagner la course. Cela dit, la préparation de l'équipe était superbe et c’est notre voiture qui a passé le moins de temps dans les stands. Cela nous a permis de terminer 4e de la catégorie et 5e au classement général. Pour mettre cela en perspective, je parlais avec Filipe de notre résultat et il s'est moqué du fait que même lorsqu'il était pilote en LMP1 avec Audi, il n'avait pas terminé dans une si bonne position. Quand j’y repense, c'est un rêve devenu réalité. Et lorsque je me projette dans l’avenir, je voudrais monter sur le podium du Mans. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour y parvenir."


Vous allez attaquer 2018 à Daytona avec Bruno Senna et aussi Fernando Alonso...

"Premièrement, il y a un peu de pression quand vous voyez le succès qu'a connu United Autosports dans l’élaboration du programme Daytona pour 2018. Paul di Resta, Bruno Senna et Fernando Alonso sont tous des pilotes exceptionnels et je m'assurerai d'en apprendre le plus possible. Cela dit, je pense que j'ai mérité ma place dans la voiture et j'ai bien l'intention de travailler dur pour être plus rapide que tous les autres. Mais pour être honnête, ce ne sera pas une tâche facile. J'étais avec l'équipe quand Fernando a essayé la LMP2 pour la première fois à Motorland Aragon et laissez-moi vous dire... il va être extrêmement rapide à Daytona. C'est un pilote incroyable dans toutes les voitures dans lesquelles il s’assoit ! Quant à Bruno, le fait qu'il ait remporté le titre LMP2 du Championnat du Monde d'Endurance cette année en dit long. C'est un pilote incroyable et une personne formidable et je suis excité de conduire à ses côtés à Daytona."

Photo : Cinquièmes de la 85e édition des 24 Heures du Mans, Hugo de Sadeleer (à droite) et ses deux coéquipiers Will Owen (à gauche) et Filipe Albuquerque (au centre) ont également joué jusqu'à la dernière course le titre LMP2 de la saison European Le Mans Series 2017.