24h Le Mans
Le 24/12/2017 14:00

Ce que Frédéric Makowiecki (Porsche) préfère aux 24 Heures du Mans

Frédéric Makowiecki est l'une des références en GT. Pilote officiel Porsche depuis 2014, il est monté à deux reprises sur le podium des 24 Heures du Mans, mais court toujours après une victoire en catégorie LMGTE Pro. Il sera de nouveau au sein de Porsche GT Team au Mans en 2018.

Ce que Frédéric Makowiecki (Porsche) préfère aux 24 Heures du Mans

Plutôt départ ou arrivée ? « Je dirais les deux. Le départ est toujours un moment très excitant avec cette montée d’adrénaline et de pression. C’est un moment électrique donc je choisirais plutôt le départ. J’ai eu la chance de faire les deux. L’arrivée avec tous ces commissaires qui agitent leurs drapeaux en bord de piste, c’est magique. C’est émouvant surtout quand on est sur un bon résultat, mais le départ, c’est le résultat de tout le travail entamé dès le pesage et c’est ça qui me plait. »

Plutôt 1er, 2e ou 3e relais ? « Sur ce sujet, je n’ai pas de réelles préférences. Il y a des pilotes qui se sentent plus à l’aise de nuit. Cela dépend donc de la volonté de mes équipiers. Il faut que chacun se sente bien, à l’aise et ait la possibilité de se mettre en valeur. »

Plutôt lever ou coucher de soleil ? « Lever de soleil ! Quand on voit le lever de soleil, ça signifie que l’on a fait une grosse partie de la course. A partir de ce moment là, suivant la position occupée, on peut commencer à attaquer un peu plus… »

Plutôt quelques heures de sommeil pendant la nuit des 24 Heures du Mans ou nuit blanche ? « Il faut dormir sinon à un moment donné on va le sentir, principalement en fin de course. Il ne faut pas oublier que ce ne sont pas que 24 heures. On se lève en moyenne au alentour de 7 heures le samedi matin car il faut accéder au circuit et le warm-up est assez tôt. Je dirais qu’on est plus sur 36 ou 38 heures. Il faut juste que tout soit bien organisé autour du sommeil. Si on est en stress parce qu'on a peur de ne pas se réveiller ou qu'on dort dans de mauvaises conditions, ca peut devenir vite compliqué.  

Plutôt Pesage ou Parade ? « Je préfère la Parade. Certes, le Pesage est un bon moment, mais lors de la Parade, on est plus proche des spectateurs. Au Pesage, on a plus affaire à des passionnés, des gens qui connaissent le sport auto. A la Parade, le public est plus large. » 

Plutôt massage ou repas juste après un relais ? « En premier, je préfère discuter avec mon ingénieur. Ensuite, je vais grignoter quelque chose car la digestion demande un peu de temps puis je passe au massage pour me décontracter et préparer ma nuit. »

Plutôt virage d’Indianapolis ou les virages Porsche ? « Les deux sont vraiment sympa. Les Virages Porsche sont magiques surtout lorsqu’on pilote une Porsche officielle (rires). Indianapolis, cet enchainement droit / gauche, est aussi un endroit spectaculaire du circuit. Donc trop difficile de me prononcer… »

24 Heures du Nürburgring ou 24 Heures du Mans ? « Etant français, je ne peux dire que Le Mans ! Ca reste pour moi la plus grande course d’endurance au monde. En LMGTE Pro, nous avons maintenant cinq constructeurs, il y a une vraie bagarre. En 2018, on sera six avec l’arrivée de BMW. Au Nürburgring, c’est à peu près la même chose avec cinq ou six constructeurs engagés officiellement. Il est aussi difficile de gagner l’un ou l’autre car les efforts des constructeurs sont à peu près identiques. Cependant, Le Mans reste Le Mans, c’est spécial pour moi ! »

Plutôt piste sèche ou piste mouillée ? « J’aime la pluie, mais il y a toujours cette incertitude d’avoir une rigole d’eau que l'on n'a pas vue, de se faire percuter par un concurrent. De plus, la visibilité en cas de pluie avec les LMP1 est compliquée. Cependant, je préfère le sec, rouler en slicks car ça symbolise mieux la course et les épreuves sont plus belles. »  

Plutôt course à pied ou vélo pour votre préparation en vue des 24 Heures du Mans ? « Je suis plutôt vélo, mais chez Porsche, ça ne fonctionne pas comme ça car ils sont plus course à pied (rires). Je suis donc obligé de courir… »

24 Heures du Mans 16/17 juin 2018 - billetterie

News history Dernières actualités