24h Camions
Le 30/09/2018 13:48

24 Heures Camions: Jennifer Janiec, une femme à l'aise dans sa cabine

Dans la famille Janiec, il y a Anthony, champion de France en titre mais aussi Jennifer. Tous deux étaient engagés au Mans pour les 24 Heures Camions, avec leurs parents comme spectateurs attentifs.

24 Heures Camions: Jennifer Janiec, une femme à l'aise dans sa cabine

Au Mans, Jennifer Janiec faisait son retour à la compétition. Devenue maman et bien occupée professionnellement, elle avait marqué une pause dans la compétition camions, quittant sa cabine en 2012, sur une 7e place au classement général du Championnat de France (Coupe de France). Ces 24 Heures Camions 2018, elle les envisageait comme une "séance d'essais plus qu'une recherche de chronos" car elle n'avait pu tester son camion avant l'épreuve. Forte de son expérience de cinq saisons déjà, de 2008 à 2012, elle ne semblait pourtant pas perdue au Mans d'autant qu'elle reprenait la piste en famille: son frère est Anthony Janiec, champion de France Camions en titre, qui dans la Sarthe, avait bien l'intention de défendre son statut.

"Je ne ressens pas de pression par rapport à mon frère. Nous n'avons pas le même niveau, et puis au contraire, il est le meilleur conseiller que je puisse avoir pour le pilotage. J'essaie de faire de mon mieux afin qu'il soit fier de moi. Samedi, en course, il m'a pris un tour. Je ne lui ai pas compliqué la manoeuvre, c'est logique" affirme Jennifer qui, comme son frère, a toujours évolué dans les sports mécaniques depuis son plus jeune âge, en suivant papa Janiec, compétiteur tout terrain lui aussi.  

Ce dimanche, chez les Janiec, toute la famille avait donc fait le déplacement au Mans. "C'est un rendez-vous que l'on ne manque jamais." Les deux enfants, Anthony et Jennifer courent, pendant que les parents encouragent en bord de piste. Après Le Mans, ce sera destination Albi, et cet hiver, "nous avons prévu des tests pour développer le camion et notamment le moteur pour la saison prochaine. Les gens ne se l'imaginent pas, mais ces camions sont de vraies machines de course que toute une équipe prépare."

"J'ai couru en monoplace plus jeune, en Formule Renault, mais dès que j'ai testé un camion en 2007, un camion de mon frère, je me suis toute de suite sentie à l'aise dans la cabine (Ces machines pèsent plus de 5 tonnes et affichent 1000 chevaux). C'est chaud l'ambiance, quand on voit deux camions de front, on a des frissons à l'extérieur mais je peux vous garantir que l'on en a aussi à l'intérieur de la cabine. C'est un réel plaisir." 

News history Dernières actualités