La légende

La « petite sœur » des 24 Heures du Mans a, depuis cette date, généré exploits, drames et records... En voici quelques-uns.

 

1986 : Deux ans après les dernières 24 Heures de Brignoles, l’ASK ACO relance l’idée d’un double tour d’horloge pour karts de compétition. Les trente engagés regroupent cinq catégories, dont la « Nationale 3 » et ses moteurs 125 cm3 à boite de vitesses. Mais c’est un « Inter » 100 cm3 qui s’impose avec les trois frères Colin associés à Lesage. Au volant de leur Mach1-KZH, matériel allemand doté d’une originale transmission à pignons, ils bouclent 1434 tours de circuit.

1987 : Lionel Robert, Volant ACO 1983 et vainqueur de la catégorie GTP sur March-Porsche aux 24 Heures du Mans 1986, fait partie de l’équipage victorieux.

1988 : Ancien pilote Pescarolo Team aux 24 Heures du Mans, Christophe Tinseau remporte la troisième édition avec l’équipe de l’ASK Salbris.

1989 : Un team étranger s’impose pour la première fois et pulvérise le record de la distance, grâce aux Suisses Carigiet-Schwab-Stoll associés au pilote-journaliste français François Hurel. Celui-ci est toujours co-recordman du nombre de participations aux 24 Heures avec 24 participations, tout comme Jacky Foulatier, le directeur de la publication Kart Mag.
 

1990 : Cyclistes professionnels, navigateurs… des noms célèbres ont pris le départ des 24 Heures Karting. Parmi eux, Gérard Holtz, le célèbre présentateur du sport à la télévision, dont la deuxième participation se solde par une grosse sortie de piste.

1992 : Le team Stoc-Comod place ses deux équipages sur la première et la troisième marche du podium. Parmi ses pilotes, Isabelle Fleury signe le meilleur temps des essais de nuit, le 2ème chrono des qualifications, le meilleur en tour en course et en terminant 3ème elle reste la seule féminine titulaire d’un podium aux 24 Heures Karting.

1994 : L'épreuve connaît son unique accident mortel quand Patrick Bouazis sort de la piste en panne de frein. L’épreuve est arrêtée et le classement entériné à la fin de la 21èmeheure. Stoc-Comod assure le doublé, avec un certain Alban Martinet, double vice-champion d’Europe.

1995 : Le plus petit écart entre la première et la deuxième place est relevé, avec seulement 6 secondes 943 entre PKS et La Manche Kart mag à l’arrivée.

1996 : Alors âgé de 17 ans, Sébastien Bourdais est un des lauréats de la 11ème édition. Respectivement vainqueurs des 24 Heures du Mans quatorze et quinze ans plus tard avec Audi, Romain Dumas et Benoît Tréluyer connaissent moins de réussite et se classent 16ème et 28ème.

1999 : Premier succès pour Wilfrid Lecarpentier, surnommé « le Kristensen du kart ». Tout comme le célèbre Danois aux 24 Heures du Mans, le pilote du Calvados en est aujourd’hui à huit victoires en 15 tentatives !

2001 : Première victoire d’un 100 cm3 refroidi par eau, avec Lainé, Faure, Chapron… et Lecarpentier bien sûr !

2003 : Les 24 Heures Karting comptent maintenant pour un championnat, l’Euro Endurance Série. Du coup, l’effectif au départ grimpe brutalement, de 24 à 34 entre 2002 et 2003 ! Des points sont attribués après 12 et 24 heures, un système toujours en vigueur actuellement.

2004 : Troisième victoire consécutive des mêmes quatre pilotes, Lecarpentier, Gautier, Susanna et Guilvert. Un équipage 100% féminin est au départ et se classe 13ème.

2005 : Actuel pilote Alpine en endurance, Pierre Ragues gagne avec l’équipe normande Cotentin Intermarché, qui inaugure la mode des freins avant.

2006 : En bouclant 1670 tours soit 2004 kilomètres, Lecarpentier, Foulatier, Johais, Iglesias et le Tony-Vortex de l’équipe La Manche Kart mag battent un record de la distance qui tient encore aujourd’hui.

2008 : La nouvelle génération des propulseurs « KF » (125 cm3 2 temps avec embrayage et démarreur), réputés plus fiables, débarque en force. Le règlement fixe la limite à deux moteurs par équipage contre trois pour les 100cc. C’est pourtant cette technologie « old school » qui a le dernier mot avec le Birel de Cotentin Intermarché. La célèbre marque de châssis italienne renforce son record avec ce neuvième succès. L’épreuve est marquée par un déluge qui contraint les officiels à interrompre la course plus d’une heure au petit matin.

2010 : Souvent frôlé, le chiffre maximum de 40 engagés est atteint pour la première fois. Bien que moins puissant (30 chevaux environ contre 34 pour les KF), un Rotax Max du groupe 2 se classe 2ème au général.
 

2012 : Les concurrents de cette 27ème édition, intégrée à la Fête de l'ACO, ont l'honneur de clore un chapitre important de l’histoire de la discipline. En 2013, cette épreuve délaissera en effet les 1 200 mètres du Circuit Alain Prost pour s’installer quelques dizaines de mètres plus loin sur un nouveau complexe. C'est l'équipage Abbasse/Fiault/Lepesqueux/Poulain qui remporte l'épreuve au volant du kart de l’écurie Sarthe-RTKF.
 

2013 : Une nouvelle page de l’histoire des 24 Heures de Karting, l’ACO inaugure son nouveau circuit international à côté de l’ancien. Anthony Abbasse, Charles Fiault, Antoine Poulain et Antoine Lepesqueux en sont les vainqueurs avec un record de distance de 1519 tours soit 2119 km.