24h Le Mans
06/02/2020 - 10:00

Rétromobile 2020 : le Club des Pilotes des 24 Heures célèbre « l’homme du Mans »

Le rendez-vous du Club des Pilotes des 24 Heures sur le salon Rétromobile à Paris (5-9 février) a salué Henri Pescarolo dans le cadre de l’exposition « L’homme du Mans » qui lui est consacrée sur le stand de l’ACO.
Rétromobile 2020 : le Club des Pilotes des 24 Heures célèbre « l’homme du Mans »

Il y avait foule sur le stand de l’Automobile Club de l’Ouest pour le premier rendez-vous de l’année du Club des Pilotes des 24 Heures. De mémoire d’habitué, on avait rarement vu autant de monde à cette occasion… Mais sans doute la personnalité hors norme du héros du jour y est-elle pour quelque chose.

Sur le stand, il y a du vert partout, et je ne comprends pas pourquoi...
Gérard Larrousse

Après une présentation de Fabrice Bourrigaud, Directeur du Musée des 24 Heures, le Président du Club des Pilotes Gérard Larrousse  prend la parole pour une remarque souriante : « il y a du vert partout, je ne comprends pas pourquoi »… Le vert, couleur fétiche d’Henri Pescarolo, de son casque de pilote aux carrosseries des voitures de son écurie. Gérard Larrousse poursuit en rappelant le fait que lui-même et Henri Pescarolo ont débuté à la même époque, tout en ayant « abandonné l’idée de parler du palmarès » de ce dernier. Résumons-en quand même – si tant est que cela soit possible – les grandes lignes, notamment pour ce qui concerne les 24 Heures du Mans : quatre victoires (dont trois consécutives), 33 participations en tant que pilote et 12 en tant que patron d’écurie… Soit 45 années de présence dans la Sarthe, et donc plus de la moitié des 87 éditions des 24 Heures déjà disputées ! Et une popularité jamais démentie auprès des passionnés, qui fait d’Henri Pescarolo le « vainqueur de cœur » des 24 Heures, selon la formule de Pierre Fillon, Président de l’ACO.

Puis Henri Pescarolo prend le micro – à parement vert ! – à son tour, avec son humour toujours très aiguisé – et une réelle émotion dans la voix – en évoquant son « seul mérite d’être encore envie aujourd’hui » et saluant également le travail mené dernièrement par l’ACO, le Championnat du Monde d’Endurance de la FIA et l'IMSA pour « retrouver ce qu’on a connu avec Daytona, Sebring et Le Mans » avant de se voir remettre le trophée du Club des Pilotes, sculpture signée de l’ancien photographe Manou Zurini.

La passion, c'est quelque chose que l'on ressent quand on parle avec Henri Pescarolo.
Nicolas Minassian

Parmi les (nombreuses) personnes présentes figuraient Yannick Dalmas, qui partage avec Henri Pescarolo le record de victoires d’un pilote français aux 24 Heures du Mans, ainsi que quelques anciens pilotes du Henri Pescarolo patron d'écurie. Parmi eux, Nicolas Minassian, qui a disputé à quatre reprises le double tour d’horloge sarthois au sein de l’équipe de l’homme au casque vert. Du pilote à l’actuel team manager de l’écurie française IDEC Sport, titrée en 2019 dans la catégorie LMP2 de l’European Le Mans Series, sa trajectoire semble inspirée d'un certain Henri Pescarolo. « Quand Henri parle, il y a un respect personnel qui entre en jeu, et il avait aussi une manière de parler aux pilotes qui faisait qu’on arrivait à sortir plus de choses de soi-même, confie Nicolas Minassian. J’ai beaucoup appris d’Henri. Il a été pilote, et quand il nous parlait, il le faisait comme un pilote. Il sait mettre à l’aise et faire en sorte de donner l’envie d’aller rouler chez lui. C’est ce que j’ai retenu d’Henri dans mes activités actuelles de team manager : la manière de communiquer, et amener aussi la passion, car c’est aussi quelque chose que l’on ressent quand on parle avec Henri. La course automobile, c’est la passion, ce n’est pas un travail. Si on parvient à faire en sorte que tous les gens de l’équipe travaillent pour le team manager, on sort le meilleur d’eux. Et de ce point de vue, Henri avait une équipe formidable, des gens qui auraient travaillé 24 heures sur 24 pour lui parce qu’il savait donner l’envie. Pour ma part, je vais soutenir les pilotes et travailler de manière positive avec eux, mais aussi avec les ingénieurs et les mécaniciens, pour offrir au pilote la meilleure voiture possible. Tout le monde est important. »

Puis le Club des Pilotes a réservé une belle surprise… à son propre Président Gérard Larrousse, tout étonné de recevoir lui aussi la sculpture automobile de Manou Zurini ! Mais pouvait-il en être autrement, pour deux pilotes qui ont écrit ensemble une des plus belles pages du sport automobile français avec leurs deux victoires aux 24 Heures du Mans 1973 et 1974 ? C’est ainsi que ce rendez-vous placé sous le signe du respect, de l’amitié, de la mémoire et de la convivialité s’est achevé avec une belle photo du duo Henri Pescarolo-Gérard Larrousse avec leur Matra des 24 Heures 1974, exposée sur le stand.

PHOTOS (LOUIS MONNIER / ACO) : PARIS EXPO (PARIS, FRANCE), SALON RETROMOBILE, MERCREDI 5 FEVRIER 2020. En haut, Henri Pescarolo (à gauche), Gérard Larrousse et la Matra qu'ils ont menée à la victoire aux 24 Heures du Mans 1974. Au centre, le duo Larrousse-Pescarolo en compagnie de Pierre Fillon, Président de l'ACO, sous l'oeil admiratif du pilote quadri-amputé Frédéric Sausset (à droite à l'image). En bas, la photo de famille de ce premier rendez-vous de l'année du Club des Pilotes, où l'on reconnaît l'autre Français quadruple vainqueur des 24 Heures Yannick Dalmas (au premier rang, troisième en partant de la gauche) ainsi qu'Anny-Charlotte Verney (première en partant de la droite au deuxième rang), détentrice du record de participations d'une femme pilote aux 24 Heures du Mans (dix départs).

Billetterie 24 Heures du Mans 2020 - 89€