24h Le Mans
Le 03/09/2017 12:00

Quand les pilotes sud-américains pimentent les 24 Heures (3) : 2017, fortunes diverses

Outre huit Brésiliens, on comptait également trois Mexicains et un Argentin au départ de la 85e édition des 24 Heures du Mans les 17 et 18 juin derniers. Deux d'entre eux ont reçu le drapeau à damier : les Mexicains Memo Rojas et Jose Gutierrez, associés au Japonais Ryo Hirakawa au volant de l'ORECA n°22 de G-Drive Racing.

Quand les pilotes sud-américains pimentent les 24 Heures (3) : 2017, fortunes diverses

Avant de découvrir, à 35 ans, les 24 Heures du Mans en 2016 chez Greaves Motorsport, déjà en catégorie LMP2, Memo Rojas a conquis un beau palmarès outre-Atlantique, s'imposant dans les deux grands rendez-vous de l'endurance américaine, les 12 Heures de Sebring (victoire en 2014) et les 24 Heures de Daytona (trois victoires en 2008, 2011 et 2013). Son compatriote Jose Gutierrez (21 ans), lui aussi venu des formules de promotion et de l'endurance américaines, a disputé en 2017 ses premières 24 Heures.

Associé au Suisse Simon Trummer et au Russe Vitaly Petrov au volant de l'ORECA n°25 de l'écurie CEFC Manor TRS Racing, Roberto Gonzalez (41 ans) a lui aussi découvert la Sarthe en 2017, mais son nom figure déjà au palmarès des 24 Heures grâce à son frère cadet Ricardo. Vainqueur LMP2 en 2013 chez OAK Racing, ce dernier a terminé dans le top 10 de cette catégorie les quatre éditions des 24 Heures auxquelles il a participé. Si Ricardo était absent en 2017, Roberto a malheureusement été contraint à l'abandon.

Terminons ce tour d'horizon latino-américain 2017 avec l'Argentin José Maria Lopez. Triple Champion du Monde en titre WTCC (Championnat du Monde FIA des Voitures de Tourisme), il se lance un double défi en 2017, avec l'endurance chez Toyota et la Formule e chez DS Virgin. Coéquipier du Britannique Mike Conway et du Japonais Kamui Kobayashi au volant de la Toyota TS050 HYBRID n°7 en Championnat du Monde d'Endurance, il passe pour les 24 Heures du Mans sur la n°9, associé au Français Nicolas Lapierre et au Japonais Yuji Kunimoto. Le trio est contraint à l'abandon pendant la nuit, après un début d'incendie provoqué par un contact avec une autre voiture. Si José Maria Lopez a connu un début de saison difficile en endurance (accident à Silverstone, forfait à Spa-Francorchamps), il a signé en juillet dernier son premier podium lors des 6 Heures du Nürburgring, la quatrième manche du Championnat du Monde 2017.

 

Cliquez ci-dessous pour retrouver le premier épisode de ces histoire sud-américaines :

Quand les pilotes sud-américains pimentent les 24 Heures (1) - Premières et pionniers

Quand les pilotes sud-américains pimentent les 24 Heures (2) - 2017, le Brésil en pointe

 

Photo : Pour ce nouveau défi de l'endurance chez Toyota Gazoo Racing, Jose Maria Lopez s'est fixé un objectif majeur : rejoindre au palmarès des 24 Heures du Mans son compatriot Jose Froilan Gonzalez, seul pilote argentin victorieux dans la Sarthe (1954).

News history Dernières actualités