24h Le Mans
16/06/2016 - 00:05

Porsche décroche la pole provisoire à l'issue des 1er essais qualificatifs

Porsche a décroché le meilleur temps de la première séance d'essais qualificatifs, disputée de 22 h 00 à minuit ce mercredi 15 juin. Neel Jani est le plus rapide en 3'19''733.
Porsche décroche la pole provisoire à l'issue des 1er essais qualificatifs

22 heures, drapeau vert. Les 60 engagés prennnent la piste pour tenter de signer le meilleur temps possible. Le circuit devient rapidement très chargé. Après seulement cinq minutes dans la séance, il ne reste plus que 10 voitures aux stands. C’est le cas notamment des deux Audi R18, qui vont connaître une soirée compliquée. Tout le monde profite des premiers instants pour briller.

Stéphane Sarrazin est le premier à signer un temps de référence en 3’20’’737. Un excellent tour pour la Toyota TS050 Hybrid n°6. Après 12 minutes, Neel Jani prend le contrôle en 3’19’’733 (Porsche 919 Hybrid n°2). Un temps qui lui permet de passer en tête sans pourtant bénéficier d'un tour clair, notamment dans la ligne droite qui suit le virage du karting où il subit le trafic. Après 30 minutes d’essais, la Porsche 919 Hybrid n°1 se lance pour un tour rapide avec Mark Webber au volant… mais un drapeau rouge stoppe son élan et interrompt la séance de 22 h 32 jusqu'à 22 h 43.

Au restart, l’Audi R18 n°8 sort enfin de son box avec Oliver Jarvis au volant. Lucas Di Grassi, passé sur un vibreur lors des essais libres avait endommagé le train avant, prolongeant le séjour de l’allemande à son stand. Il salue d'ailleurs généreusement les mécaniciens un par un pour les féliciter de leur travail. Le premier tour complet est bouclé en 3’31’’934, huitième chrono, bien loin des meilleurs.

Les incidents en piste se multiplient à l’approche de la première heure d’essais. Rémi Striebig sort au niveau du ralentisseur Dunlop avec la Morgan Pesgasus Racing. Dans le même temps, Ricky Taylor tire tout droit à Mulsanne sur la Corvette C7.R officielle n°63. La direction de course décide de mettre en place des « slow zone », dans lesquelles la vitesse est limitée, plutôt que de déployer un nouveau drapeau rouge. Mais les améliorations chronométriques ne sont pas possibles dans ces conditions. La piste redevenue claire, ce sont les erreurs et les « slow zones » qui empêchent les pilotes d’améliorer leurs temps.

En LM P2, G-Drive Racing domine le classement avec l'Oreca 05 n°26, devant les deux Alpine A460 (la n°35 devant la n°36). René Rast se permet même d’améliorer le meilleur temps de sa voiture, déjà en tête, à 15 minutes du but : 3’36’’605.  

En LM GTE Pro, les choses s’animent après 15 minutes de session. Deux Ford se retrouvent en tête. La Ford GT n°67, avec Harry Tincknell, et la n°66, avec Olivier Pla. En 3’51’’590 et 3’52’’038, les américaines devancent une Ferrari. Gianmaria Bruni répond rapidement, avec un chrono de 3’51’’568 sur la 488 GTE n°51. Mais à minuit, les Ford repassent en tête ! Les Ford GT n°68 et n°69, engagées sous la bannière Chip Ganassi Team USA, sont les plus rapides.

En LM GTE Am, Emmanuel Collard reste très longtemps la référence en 3’57’’742, avec sa Ferrari 458 Italia n°83. Il est délogé par la Ferrari AF Corse (n°55), puis par Rob Bell, au volant de la Ferrari 458 Italia n°61 du Clearwater Racing. Finalement, une Aston Martin, la n°98, se glisse entre les Ferrari de tête. Les V8 Vantage sont restées discrètes toute la soirée...

Suite des essais qualificatifs dès demain à partir de 19 heures, jusqu'à 21 heures, puis ultime session nocturne de 22 heures à minuit.