24h Le Mans
Le 14/10/2017 10:00

Porsche 911 RSR : naissance d'une future championne

Cette année, Porsche alignait une toute nouvelle 911 RSR dans la catégorie LMGTE Pro aux 24 Heures du Mans, mais aussi en Championnat du Monde d'Endurance (WEC) et outre-Atlantique en IMSA WeatherTech SportsCar Championship, un championnat qui lui a permis de glaner ses premiers lauriers.

Porsche 911 RSR : naissance d'une future championne

Si le week-end dernier à Petit Le Mans, Porsche n'a pas réitéré sa stupéfiante victoire au classement général de 2015, bien aidé par la pluie, la 911 RSR nouvelle génération n'en a pas moins décroché ses deux premiers titres, Pilotes (Patrick Pilet et Dirk Werner) et Equipes (Porsche GT Team), avec la NAEC (North American Endurance Cup), mini-championnat dans le championnat qui regroupe les quatre courses majeures de la saison, 24 Heures de Daytona, 12 Heures de Sebring, 6 Heures de Watkins Glen et Petit Le Mans. Retour sur la genèse de la Porsche 911 RSR qui a terminé quatrième de la catégorie LMGTE Pro aux 24 Heures du Mans en juin dernier…

Le développement de la nouvelle version de la Porsche 911 RSR a commencé début 2015 avec une petite équipe chargée de… tirer les leçons du passé ! Mais aussi d'étudier les règlements technique LMGTE Pro, entré en vigueur au 1er janvier 2016, et sportif.

En parallèle, les pilotes usine ont été impliqués, pour la première fois, dès les prémices du projet avec un objectif : leur confort, tant il est vrai que l'endurance est devenue un sprint de longue distance. Rien n'a été laissé au hasard, que ce soit au niveau de la visibilité, avant et arrière (les pilotes disposent désormais d'un système anti-collision sophistiqué, y compris en cas de pluie ou de brouillard, doté d'un écran alimenté en images par une caméra placée à l'arrière qui leur indique s'ils sont suivis par un autre véhicule), ou de la position des boutons et autres interrupteurs sur le volant et le tableau de bord. Cette attention fait dire à Richard Liertz, qui a remporté la Coupe Endurance FIA des Pilotes GT en 2015, que "c'est la meilleure GT que Porsche ait jamais conçue".

Preuve supplémentaire de l'intérêt porté au retour fourni par les pilotes : tous les pilotes officiels GT ont participé au déverminage, qui s'est déroulé en mars 2016 sur la piste maison de Weissach, dans la grande banlieue de Stuttgart. Une campagne d'essais intense a alors été engagée avec un test de 50 heures sur le circuit de Sebring. Il est vrai qu'un adage courant dans le milieu de l'endurance fait dire que si une voiture franchit la ligne d'arrivée des 12 Heures de Sebring, elle est capable de rouler 24 heures sur tout autre circuit. La piste de Floride, une ancienne base d'entraînement de l'US Air Force, est atypique avec ses parties bitumées et ses portions en béton très bosselées, ce qui en fait un tracé très prisé par les constructeurs en mal de développement.

Auparavant, la Porsche 911 RSR a bénéficié, comme toute nouvelle voiture, de la CFD (Computational Fluid Dynamics), qui simule l'écoulement de l'air sur la voiture, et de plusieurs passages en soufflerie, pour concevoir la partie aérodynamique. En fait, pour la conception de l'auto, la répartition entre la simulation et les essais sur circuit est respectivement de 80% et de 20%. Le moteur de la 911, toujours atmosphérique (ce qui permet de gagner 40 kilos), contrairement à celui des Ferrari 488 GTE ou Ford GT, a aussi profité de la simulation avec de nombreux tests sur le banc d'essais, dont deux de 70 heures dans toutes les conditions météorologiques possibles et imaginables, avant que la voiture ne prenne la piste.

Enfin, outre l'efficacité aéro et mécanique, l'une des principales motivations lors du développement de la Porsche 911 RSR a été la facilité de réparation, une caractéristique chère à Audi (avant l'interdiction par le règlement, le changement de la boîte de vitesses prenait moins de dix minutes sur la R8 et une Audi repartait presque toujours, même après un retour en très mauvais état, à condition de rentrer aux stands). Ainsi, le changement d'une porte ne prend que 15 secondes et celui d'un pare-choc avant et des pièces associées moins d'une minute !

Enfin, pour les aficionados des chiffres, pas moins de 5 342 pièces composent la Porsche 911 RSR version 2017, dont 1 282 pour le moteur et 414 pour la boîte de vitesses. La pièce la plus conséquente est sans surprise le châssis tandis que la plus petite est un circlip de la poignée de porte.

Pour le moment, sept exemplaires de la 911 RSR ont été construits, trois pour les essais et quatre pour la course (deux en Championnat du Monde d'Endurance (WEC) et deux en IMSA WeatherTech SportsCar Championship). Le temps d'assemblage équivaut à quatre personnes à plein temps pendant dix jours, mais quand on aime, on ne compte pas…

Photo (D.R. Porsche AG) : Porsche a testé la 911 RSR nuit et jour...

News history Dernières actualités