24h Le Mans
16/12/2018 - 12:00

Porsche 1948-2018, les 24 Heures en "grand huit" (4) - 1968

Alors qu'une exposition du Musée des 24 Heures (23 septembre 2018-24 février 2019) célèbre les 70 ans de Porsche, cette série propose des variations sur le chiffre 8, de 1948 à 2018. Ce nouvel épisode est consacré à l'année 1968, celle de la première pole position de Porsche au Mans.
Porsche 1948-2018, les 24 Heures en "grand huit" (4) - 1968

L'année 1968 est celle de changements majeurs. Après les records des 24 Heures 1967 et du fabuleux duel Ford-Ferrari, où a été franchi pour la première fois le cap des 5 000 kilomètres parcourus, la CSI (Commission Sportive Internationale, ancêtre de l'actuelle FIA) limite à 3 litres la cylindrée des prototypes et fixe à cinquante le nombre d'exemplaires minimum pour l'homologation en catégorie Sport (moteurs de 5 litres).

Chez Porsche, cette nouvelle donne aboutit à la naissance de la 908 3 litres. Après la génération des 906, 910 et 907 vues aux 24 Heures depuis 1966, ce prototype est le premier véritablement conçu pour la victoire au classement général. En piste, le résultat ne se fait pas attendre : en 3'35''4 (225 km/h de moyenne), Jo Siffert et sa 908 offrent à Porsche sa première pole position sarthoise.

Engagée à quatre exemplaires, la 908 effectue un véritable festival en début de course. Pendant les trois premières heures, Siffert et son coéquipier Hans Herrmann sont en tête, tandis que Rolf Stommelen s'adjuge le meilleur tour (3'38''1) à 222 km/h de moyenne. Mais divers soucis de jeunesse contrarient la marche des 908, au bénéfice de la Ford GT40 (5 litres) des futurs vainqueurs Pedro Rodriguez et Lucien Bianchi.

Porsche occupe tout de même les deuxième et troisième marches du podium final, avec dans l'ordre la 907 privée de Dieter Spoerry-Rico Steinemann et la seule 908 rescapée de Jochen Neerpasch et Rolf Stommelen. Ce dernier reçoit le premier trophée Lorenzo Bandini, créé à la mémoire du pilote italien décédé lors du Grand Prix de Monaco 1967, et remis à l'auteur du record du tour des 24 Heures.

Mais l'année 1968 voit une nouvelle modification du règlement : le nombre d'exemplaires nécessaires pour l'homologation en catégorie Sport est réduit à 25. Fin mai, alors que l'ACO décide le 30 le report de la 36e édition des 24 Heures (les nouvelles dates des 28 et 29 septembre seront annoncées le 8 juin), à la suite de l'agitation sociale et politique en France, l'avenir se prépare chez Porsche. Neveu de Ferry Porsche et patron du développement des voitures de compétition depuis 1965, Ferdinand Piëch convoque une réunion technique en vue de la création d'un moteur 5 litres. C'est la première étape de la naissance de la 917, première Porsche victorieuse des 24 Heures.

Par la suite, Porsche devient en 1976 le premier constructeur à imposer le moteur turbocompressé aux 24 Heures. Cette technologie sera au coeur de son duel avec Renault en 1978. Une histoire à découvrir dans le prochain épisode de cette série.

Photos (D.R. / Archives ACO) - En haut, troisième à l'issue de sa première participation (n°33), la 908 restera une grande animatrice des 24 Heures du Mans jusqu'à la fin des années 1970. Galerie ci-dessus (de gauche à droite) : la 908 de Jo Siffert et Hans Herrmann, partie depuis la pole position (n°31) ; la 907 deuxième du général était engagée sous les couleurs suisses de Squadra Tartaruga (n°66) ; au volant de la première 911 classée, Jean-Pierre Gaban et Roger van der Schrick terminent douzièmes et vainqueurs de la catégorie 2 litres (n°43).