24h Le Mans
12/12/2018 - 12:00

Porsche 1948-2018, les 24 Heures en "grand huit" (3) - 1958

Alors qu'une exposition du Musée des 24 Heures (23 septembre 2018-24 février 2019) célèbre les 70 ans de Porsche, cette série propose des variations sur le chiffre 8, de 1948 à 2018. En attendant également la conférence consacrée à Porsche prévue au Musée des 24 Heures du Mans ce mercredi 12 décembre, ce nouvel épisode revient sur l'année 1958 et une autre grande étape : le premier podium au classement général.
Porsche 1948-2018, les 24 Heures en "grand huit" (3) - 1958

A la veille de cette 26e édition des 24 Heures du Mans, Porsche a déjà remporté sept victoires de catégorie depuis 1951. Deux ans après cette première visite sarthoise, le constructeur allemand avait engagé au Mans sa mythique 550, première Porsche spécifiquement conçue pour la compétition.

Outre une très belle carrière sportive, la 550 est également entrée dans la mémoire collective des cinéphiles du monde entier : c'est à son volant que James Dean trouve la mort le 30 septembre 1955. Apparue aux 24 Heures en 1957, la 718 RSK est une évolution (notamment un poids réduit et de nouvelles suspensions) de la 550, qui va offrir à Porsche son premier podium au général.

Pour ce résultat, il aura fallu braver les éléments. En 1958, des orages intermittents s'abattent quinze heures durant sur le circuit des 24 Heures ! Malgré un "bain de siège" forcé en piste, quelques soucis de freins et une adhérence aléatoire due à la météo, Porsche réalise un superbe tir groupé dans le top 5 avec deux 718 RSK et une 550, seulement devancées par la Ferrari de Phil Hill-Olivier Gendebien (vainqueurs) et l'Aston Martin de Peter et Graham Whitehead (deuxièmes).

Sur la suggestion de Huschke von Hanstein, responsable de la compétition de Porsche et aussi homme de communication avisé, Jean Behra-Hans Herrmann (troisièmes), Edgar Barth-Paul Frère (quatrièmes) et Carel Godin de Beaufort-Herbert Linge (cinquièmes) passent en escadrille sous le drapeau à damier.

Ces trois équipages ont fière allure. On y trouve deux futurs vainqueurs des 24 Heures : Paul Frère s'impose sur Ferrari (avec Olivier Gendebien, l'un des vainqueurs de 1958) en 1960, tandis que Hans Herrmann signe en 1970 la première victoire de Porsche au général. Signalons également que Jürgen Barth, le fils d'Edgar, grand fidèle de Porsche, sera victorieux en 1977.

Avec Maurice Trintignant (vainqueur des 24 Heures 1954), Jean Behra est l'un des tout meilleurs pilotes français de l'immédiat après-guerre. En sept participations de 1956 à 1963, le gentleman-driver néerlandais Carel Godin de Beaufort pilote exclusivement des Porsche au Mans, avec comme meilleur résultat cette cinquième place de 1958.

Mécanicien devenu pilote, Herbert Linge dispute en 1958 ses premières 24 Heures, remportant par la suite cinq victoires de catégories avec Porsche. En 1970, il est également l'une des chevilles ouvrières du tournage du film "Le Mans" de Steve McQueen : associé à Jonathan Williams, il est au volant de la Porsche 908 de Solar, la société de production du comédien, équipée de trois caméras pour les prises de vues réelles pendant la course.

En 1958, Behra-Herrmann et Barth-Frère offrent à Porsche une huitième et une neuvième victoire de catégorie aux 24 Heures, respectivement en 2 et 1,5 litres. Dix ans plus tard, le constructeur allemand franchit un nouveau palier dans sa conquête de victoire au général, avec sa première pole position. Une histoire à découvrir dans le prochain épisode de cette saga.

Photos (D.R. / Archives ACO) - Outre le tir groupé dans le top 5 de Jean Behra-Hans Herrmann (n°29), Edgar Barth-Paul Frère (n°31) et Carel Godin de Beaufort-Herbert Linge (n°32), une quatrième Porsche a terminé dans le top 10 des 24 Heures du Mans 1958 : la 550 de Jacques Dewes-Jean Kerguen (n°34), dixième du général.