24h Le Mans
06/07/2019 - 10:00

Pierre Fillon: les 24 Heures du Mans, la course, l'histoire, le style

Pierre Fillon , président de l'Automobile Club de l'Ouest, est coutumier d'épreuves où le juge pour déterminer le vainqueur est le drapeau à damier ou le chrono. A Chantilly, dimanche dernier, lors du somptueux et raffiné concours d'élégance, ''Chantilly Arts et Elegance Richard Mille'', il était membre du jury du concours d'état. L'occasion de parler palmarès, histoire et belles lignes, alors que ce week-end se déroulent les Classic Days au Bugatti, au Mans et le Festival Of Speed de Goodwood, en Grande-Bretagne, deux événements qui subliment les voitures de course anciennes et contemporaines.
Pierre Fillon: les 24 Heures du Mans, la course, l'histoire, le style

Quelques jours après avoir participé à une conférence dédiée aux Art Cars de BMW, organisée par le Musée des 24 Heures, au Mans, qui consacre à la thématique une exposition intitulée ''BMW, l'Art et la Victoire'' (jusqu'au 6 octobre), Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest, officiait comme membre du jury du concours d'état, dans la catégorie spécifique des McLaren de compétition, lors de ''Chantilly Arts et élégance Richard Mille''. Sur les pelouses du chateau, de nombreuses machines (ou modèles) ayant évolué voire gagné pour certaines sur le mythique circuit de 24 Heures, étaient exposées, dont la Porsche 917 LH (pour Longue Queue) 1971, propriété du Musée des 24 Heures. L'esthétique, l'historique, la technique sont des thèmes chers au président de l'ACO, concurrent assidu du Mans Classic ( les 3-4-5 juillet 2020 )

"Voilà trois semaines, le drapeau à damier des 24 Heures du Mans 2019 jugeait du vainqueur de la 87e édition de la classique mancelle (Toyota TS050 #8). Lors d'un concours d'élégance, comment un jury peut-il désigner le gagnant ?

- Nous disposons d'une grille de critères, qui peuvent paraître évidents : esthétique, palmarès, authenticité, originalité, état de roulage, présentation par le propriétaire du véhicule. Chaque jury met une note. Pour cette édition 2019 à Chantilly, nous avons facilement obtenu l'unanimité sur les machines, les McLaren de course. Trois autos étaient éligibles : une McLaren M3 A/2 (1966) McLaren M8C DFV (1970) et une McLaren 650 S GT3 (2015). La première a appartenu à une pilote femme, Patsy Burt, qui disputait et gagnait des courses de côte (photo ci dessous). La gagnante est la M8C DFV, une voiture unique, au palmarès en amérique du sud notamment. Cette mission de jury est agérable, elle s'opère plus facilement que celle d'un comité de sélection pour les 24 Heures du Mans, où tous les dossiers sont de plus en plus ardus à départager.  

-Vous participez à de nombreux événements historiques ou consacrés à l'ésthétisme des voitures. On dit toujours en compétition qu'une belle auto est une auto qui va vite, qui gagne. Est-ce vrai selon vous? 

-Je ne dirais pas cela de façon systématique. Par exemple, de nombreuses voitures ont couru Le Mans, n'ont pas gagné les 24 Heures, n'étaient pas les plus rapides, et pourtant étaient très belles. Je dois avouer un faible pour la Ferrari 512 M des 24 Heures du Mans 1971 (elle se classe 3e).

Pour parler plus précisément de Chantilly, les Facel Vega, certaines Alfa Romeo, les Matra mais aussi les Voisins présntes étaient originales et jolies. Notre Porsche 917 du Musée des 24 Heures du Mans (de 1971) procure toujours son petit effet bien sûr auprès des passionnés et du grand public lors de grands concours d'élégance. "

Photos: (Louis Monnier / ACO) : CHANTILLY, ARTS ET ELEGANCE RICHARD MILLE, 30 JUIN 2019. La Porsche 917 LH du Musée des 24 Heures, un modèle de la McLaren F1 GTR victorieuse aux 24 Heures du Mans 1995, ou encore la McLaren de Patsy Burt, que Pierre Fillon, jury, scrute, sont trois des multiples autos-objets d'art exposés à Chantilly.