24h Le Mans
Le 18/02/2018 15:00

Olivier Beretta (Ferrari) : "24 participations aux 24 Heures du Mans, ça serait pas mal !"

Olivier Beretta est certainement l'un des pilotes ayant le plus beau palmarès en endurance, en particulier aux 24 Heures du Mans. Fort de 22 participations, il a gagné six fois en catégorie GT et a même remporté les 24 Heures de Daytona au classement général en 2000. Engagé dans la Super Saison 2018/2019 du Championnat du Monde d'Endurance (FIA WEC), il devrait s'approcher de ses 24 fois Le Mans en 2019.

Olivier Beretta (Ferrari) : "24 participations aux 24 Heures du Mans, ça serait pas mal !"

Olivier Beretta se rappelle avec émotion sa première sortie en Sarthe en 1996. « Je suis venu pour la première fois en 1995, en fait, avec Courage. C’était une course que j’avais toujours suivie à la télévision et qui m’attirait, mais qui était loin de moi car j’étais concentré sur la Formule 1 (pour le compte de Larousse F1 en 1994, 10 Grand Prix disputés). Lorsque j’en suis sorti, Le Mans s’est présenté à moi. Je suis arrivé ici, je ne connaissais rien à tout ça et j’ai découvert un circuit magnifique et une petite équipe Courage Compétition qui, avec peu de moyens, faisait très bien les choses. Malheureusement, nous avons fait la pole position (avec Eric Van De Poele), mais l’auto a été disqualifiée à cause d’un souci de poids. J’ai donc disputé ma première course des 24 Heures du Mans en 1996 avec Viper (Oreca) et je les ai faites cinq fois pour eux. »

Sa carrière en Formule 1 touche à sa fin et un homme va le (re)lancer, en endurance. « Hugues de Chaunac a tout simplement sauvé ma carrière. Après la F1, il n’y avait plus rien pour moi. Un jour, je l’ai appelé, il m’a dit de venir le voir à son bureau et de là, tout a changé pour moi. Le projet Chrysler Viper Oreca m’a relancé et si, à 48 ans, je suis encore là aujourd’hui, c’est grâce à Hugues qui m’a tendu la perche. Bien sûr, il a fallu que je travaille, que je me remette en question, que je gagne sa confiance, et je pense que j’ai fait ce qu’il attendait de moi. »

Hugues de Chaunac et Oreca sont devenus une vraie famille pour le pilote monégasque. « J’ai découvert une équipe fantastique, avec des moments difficiles car, au début, la voiture était vraiment loin de ce qu’il fallait pour pouvoir gagner. Cependant, avec le travail et une équipe unie, on a réussi à faire fiaire quelque chose de fantastique. Nous avons gagné pas mal de courses dont les 24 Heures du Mans et les 24 Heures de Daytona au classement général (en 2000, ndlr). L’épopée Viper a été fantastique. Ensuite, toujours avec Oreca, il y a eu l’aventure prototypes, mais ça s’est assez vite arrêté car Chrysler a souhaité aller en Nascar. Nous avons néanmoins fait de belles courses terminant 4e et 5e ! Nous avons même été en lutte pour le podium, mais nous avons eu un souci de pompe à eau. Puis ce fut Panoz. Mes trois expériences en Proto m’ont permis de terminer trois fois dans les cinq premiers ! »  

La page LMP se ferme définitivement pour Oliver Beretta en 2003. A la fin de cette saison, il est approché par un grand constructeur américain. « Je courais contre Corvette avec Chrysler. Fin 2003, ils ont décidé de renouveler une partie de leurs pilotes, ils ont pensé à moi, j’ai pensé à eux. Ce fut une super page de ma carrière. C’est une belle équipe et 99,99 % des gens qui sont à l’intérieur ont été fantastiques. Nous avons gagné beaucoup de courses, de championnats et quatre fois les 24 Heures du Mans pour ma part. Cependant, je ne regrette pas d’être parti de chez Corvette. »

Après huit saisons passées chez Corvette, une autre grande marque du sport automobile prend contact avec le Monégasque, qui en parle avec émotion, lui qui a quelques racines italiennes. « Je suis allé chez Ferrari car c’est un mythe, la plus grande marque au monde pour moi. Travailler pour eux est une vraie chance et je sais que beaucoup d’autres pilotes aimeraient être à ma place. Quand on va à Fiorano, tout de suite on comprend que là, c’est différent. Mon aventure en LMGTE Pro s’est arrêtée par l’âge, il faut du renouveau et de jeunes pilotes arrivent. Cependant en 2015, j’ai terminé 2e de la catégorie. C’est un peu la place du perdant, mais c’est une satisfaction d’avoir fait un podium avec eux. Dommage de pas avoir gagné ! »

Au total, Olivier Beretta compte 22 participations au Mans, l’une de ses courses préférées. Avec son engagement dans la Super Saison 2018/2019 du Championnat du Monde (WEC), il devrait s'approcher de ses 24e 24 Heures du Mans. « Ca fait 22 ans que je viens au Mans et à chaque fois, c’est différent ! Il y a toujours un truc spécial, un moment différent. Je suis monté onze fois sur le podium toutes catégories confondues. Je ne me fixe pas de record. J’essaie juste de prendre un maximum de plaisir. Maintenant, il y a cette aventure en LMGTE Am qui démarre, c’est vrai que finir en 2019 sur 24 participations aux 24 Heures du Mans, ce serait pas mal ! »  

Depuis 1996, il fait équipe avec les plus grands noms de l’endurance. Alors, bien sûr, des affinités se sont créées. « Je garde des superbes souvenirs avec des gens comme « Manu » Collard qui est un gars génial, en dehors et dans la voiture. J’ai vraiment aussi apprécié Jan Magnussen qui est très rapide et franc. Je pourrais aussi citer Karl Wendlinger,  Dominique Dupuy, Pedro Lamy, Marcel Fässler ou encore Andrea Bertolini. Il y en a tellement ! J’ai vraiment eu de bonnes affinités avec eux. La seule chose que je ne supporte pas, ce sont les égos démesurés et les coups bas. »  

Désormais, il fait partie intégrante de Ferrari et c’est un homme heureux ! « Je fais du développement pour Ferrari et je roule avec le département Formule 1 Client. C’est hyper professionnel. De plus, je suis placé à la demande de Ferrari dans des équipes. L’an dernier, j’ai fait du Blancpain Endurance Series et le Mans (avec Spirit of Race, ndlr). Maintenant, je suis dans l’équipe MR Racing pour la Super Saison 2018/2019 du Championnat du Monde d’Endurance (WEC). »

Palmarès d’Olivier Beretta aux 24 Heures du Mans

1996 : Chrysler Viper GTS-R (Viper Team Oreca) avec Philippe Gache et Éric Hélary (21e, 12e en GT1)

1997 : Chrysler Viper GTS-R (Viper Team Oreca) avec Philippe Gache et Dominique Dupuy (abandon, sortie de piste)

1998 : Chrysler Viper GTS-R (Viper Team Oreca) avec Pedro Lamy et Tommy Archer (13e, 2e en GT2)

1999 : Chrysler Viper GTS-R (Viper Team Oreca) avec Karl Wendlinger et Dominique Dupuy (10e, 1er en GTS)

2000 : Chrysler Viper GTS-R (Viper Team Oreca) avec Karl Wendlinger et Dominique Dupuy (7e, 1er en GTS)

2001 : Chrysler LMP (Team PlayStation) avec Karl Wendlinger et Pedro Lamy (4e, 3e en LMP900)

2002 : Dallara SP1-Judd (PlayStation Team Oreca) avec Érik Comas et Pedro Lamy (5e, 4e LMP900)

2003 : Panoz LMP01 Evo-Élan (JML Team Panoz) avec Gunnar Jeannette et Max Papis (5e, 3e en LMP900)

2004 : Chevrolet Corvette C5-R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin et Jan Magnussen (6e, 1er en GTS)

2005 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin et Jan Magnussen (5e, 1er en GT1)

2006 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin et Jan Magnussen (4e, 1er en GT1)

2007 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin et Max Papis (abandon, transmission)

2008 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin et Max Papis (15e, 3e en GT1)

2009 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin et Marcel Fässler (abandon)

2010 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Oliver Gavin  et Emmanuel Collard (abandon, sortie de piste)

2011 : Chevrolet Corvette C6.R (Corvette Racing) avec Tommy Milner et Antonio García (11e, 1er LMGTE Pro)

2012 : Ferrari 458 Italia GTC (AF Corse) avec Andrea Bertolini et Marco Cioci (22e, 4e LMGTE Pro)

2013 : Ferrari 458 Italia GTC (AF Corse) avec Kamui Kobayashi et Toni Vilander (20e, 5e LMGTE Pro)

2014 : Ferrari 458 Italia GTC (AF Corse) avec Davide Rigon et Pierre Kaffer (abandon, moteur)

2015 : Ferrari 458 Italia GT2 (AF Corse) avec Davide Rigon et James Calado (21e, 2e en LMGTE Pro)

2017 : Ferrari 488 GTE (Spirit of Race) avecThomas Flohr et Francesco Castellacci (41e, 12e GTE Am)

Photos (Archives ACO) : Viper GTS-R 1999, première victoire d'Olivier Beretta en GTS, Dallara SP1-Judd en 2002, et première victoire avec Corvette en 2004. 

News history Dernières actualités