24h Motos
01/11/2019 - 18:00

Nicolas Dussauge : « Les 24 Heures Motos sont une institution »

Nicolas Dussauge a remporté les 24 Heures Motos en 2001 avec le GMT94 puis en 2002 avec le Suzuki Endurance Racing Team. 17 ans après, il est fier d’avoir inscrit son nom au palmarès d’une épreuve qu’il qualifie de « mythique ».
Nicolas Dussauge : « Les 24 Heures Motos sont une institution »

Vous comptez dix départs en grand prix. Comment êtes-vous venu à l’Endurance ?

« Je suis arrivé en Grand Prix beaucoup trop jeune. Cela faisait seulement deux ans que je faisais de la moto. C’était mon rêve d’y accéder néanmoins je me suis trompé d’objectif car le plus difficile, c’était d’y rester. Je manquais d’expérience. Fin 1994, j’ai arrêté la moto et je suis revenu en 1996 en participant au Championnat de France 125 cc. Ça s’est plutôt bien passé mais je ne voyais pas trop d’issue. Dans le même temps, j’étais instructeur au circuit Carole avec Christophe Guyot, pilote fondateur du GMT94. Je l’ai harcelé pour intégrer son équipe. Un jour il a craqué et m’a fait participer à une séance d’essais. C’était compliqué pour moi de devenir pilote d’Endurance car j’étais un pilote de vitesse, de surcroit de petite moto et je tombais beaucoup. J’ai eu une opportunité via Honda grâce à laquelle je me suis classé sixième du Bol d’Or. Christophe a pu constater que j’avais la vitesse et l’endurance. L’année d’après j’ai intégré le GMT94 comme pilote remplaçant afin de poursuivre mon apprentissage avant de devenir titulaire. Je n’ai pas eu de problème d’adaptation en Endurance car ça me plaisait de jouer la victoire. Puis partager et travailler en équipe c’était vraiment quelque chose d’intéressant. »

Vous avez fait partie de la première victoire du GMT94 aux 24 Heures Motos 2001. Quel souvenir en gardez-vous ?

« C’était exceptionnel car il s’agissait de la première année de la nouvelle Suzuki GSX-R. Nous avons bénéficié des circonstances de la course malgré ça nous avons toujours été dans le top cinq du classement général. Nous n’avons pas cessé de pousser et les aléas de la course nous ont ouvert les portes de la victoire. Ça fait partie de l’histoire du GMT94. Avec mon coéquipier Sébastien Scarnato, nous avons participé à l’avènement de cette équipe. Nous avons fait partie de ses fondations et personne ne peut nous l’enlever alors ça a une certaine valeur. »

Un podium aux 24 Heures Motos est beaucoup plus enthousiasmant qu’en Grand Prix. Parfois, je me demande si c’est moi qui ai fait ça, j’ai du mal à réaliser
Nicolas Dussauge, double vainqueur des 24 Heures Motos

Quelle importance tiennent vos deux victoires aux 24 Heures Motos ?

« Elles sont là et elles le seront toujours. Remporter les 24 Heures du Mans, c’est l’objectif de tout pilote et quand ça arrive, c’est une récompense. C’est le fruit de beaucoup de sacrifices et de travail. L’Endurance est un sport de haut niveau dans lequel la notion de danger est permanente. On le fait pour la gloire pas pour l’argent. On ancre dans le marbre notre nom dans quelque chose de mythique. Les 24 Heures Motos sont une institution. »

Qu’est-ce qu’on ressent lorsqu’on monte sur le podium des 24 Heures Motos ?

« C’est une émotion particulière, une fierté et c’est chargé en émotion. Il s’agit d’une course intense et lorsqu’on franchit la ligne d’arrivée, on observe un grand relâchement. De ce fait, les émotions sont décuplées. Un podium aux 24 Heures Motos est beaucoup plus enthousiasmant qu’en Grand Prix. Parfois, je me demande si c’est moi qui ai fait ça, j’ai du mal à réaliser. »

Evoquons la Suzuki GSX-R avec laquelle vous avez remporté les 24 Heures Motos. Quel souvenir en gardez-vous ?

« C’était une superbe moto. Elle était facile à piloter. Ce qui a fait notre force avec le SERT, c’est plus l’équipage que nous formions avec Sébastien Gimbert et Jean-Michel Bayle que la moto en elle-même. Sébastien était la valeur montante de l’Endurance, Jean-Michel était le sage de l’histoire et moi je temporisais entre les deux pour faire en sorte que ça fonctionne. »

En 2011 et 2012, vous avez été team manager du Team BMW Motorrad France. C’était une toute autre expérience ?

« C’est Sébastien Gimbert qui m’a recommandé auprès de cette équipe et j’en suis devenu le directeur sportif. C’était génial. La tension est plus grande en tant que directeur sportif que pilote. Une course de 24 heures se vit en non-stop quand on occupe ce rôle. Il faut tout le temps prendre les bonnes décisions, observer la concurrence, les conditions de piste… Là, tu vis la course à 200%. Je me suis amusé à essayer de gagner du temps dans le stand, à établir des stratégies, à travailler avec les pilotes. Aujourd’hui, si j’avais une proposition sérieuse pour être team manager d’une équipe capable de jouer la victoire, je l’étudierais. »

Quel est votre favori à la victoire pour les 24 Heures Motos 2020 ?

« Je pense que le Suzuki Endurance Racing Team va remporter cette 43e édition. Damien Saulnier, le nouveau team manager de l’équipe, a l’expérience nécessaire et d’ailleurs il l’a prouvé lors du dernier Bol d’Or (le SERT a remporté cette première manche du FIM EWC 2019-2020, ndlr) et je suis sûr qu’il va constituer un très bon équipage. »

PHOTO : Nicolas Dussauge au guidon de la Suzuki #2 du Suzuki Endurance Racing Team avec laquelle il a remporté les 24 Heures Motos 2002. Il partageait cette machine avec Jean-Michel Bayle et Sébastien Gimbert.

INFORMATIONS PRATIQUES
24 Heures Motos 2020 - 16/19 avril 2020

Billetterie - Boutique