24h Le Mans
Le 31/01/2019 18:00

Nathanaël Berthon (Rebellion Racing) : « Notre but c’est de défier Toyota »

Agé de 29 ans, Nathanaël Berthon intègre Rebellion Racing pour les trois dernières manches de la Super Saison du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC 2018-2019. Il pilotera la Rebellion R13-Gibson avec Thomas Laurent et Gustavo Menezes dans la catégorie phare du championnat. En rejoignant cette équipe suisse Nathanaël Berthon s’offre un challenge excitant et de réelles chances de bien figurer au classement général des 24 Heures du Mans 2019. Une épreuve à laquelle il a participé à cinq reprises au volant de prototypes de la catégorie LMP2.

Nathanaël Berthon (Rebellion Racing) : « Notre but c’est de défier Toyota »

Vous rejoignez l’équipe Rebellion Racing engagée en catégorie LMP1 du Championnat du Monde FIA WEC. On vous imagine heureux de cette opportunité. Est-ce une évolution pour vous ?

« Je suis ravi et j'esuis très fier de rejoindre Rebellion Racing. C’est formidable que l’équipe m’offre cette opportunité. Pour moi, il s'agit d'une évolution positive dans la mesure où Rebellion Racing est une des plus grosses équipes du WEC. Puis, faire partie d’un des acteurs majeurs de ce championnat c’est excitant car nous allons pouvoir nous battre pour la victoire au classement général. Je pense également aux 24 Heures du Mans qui est pour moi l’une des plus belles courses au monde. Piloter pour une équipe capable de jouer la victoire sur cette épreuve, voilà un challenge motivant. »

Rebellion Racing a remporté les 6 Heures de Silverstone cette saison. Quelles seront vos ambitions pour les trois dernières manches du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC ?

« Nous savons qu’il y a une équipe très forte, c’est Toyota Gazoo Racing. Ils ont de gros moyens et une technologie différente de la nôtre (ndlr, la Toyota TS050 Hybrid est munie d’un groupe motopropulseur électrique hybride). Notre but c’est de défier Toyota et de rester devant les autres LMP1 privées. Nous voulons également marquer le plus de points et pourquoi ne pas gagner d'autres courses ? Nous voulons toujours être aux avant-postes. »

Je m’adapte très facilement à la philosophie de l’équipe, de mes coéquipiers et de la voiture

Nathanaël Berthon, Rebellion Racing

Vous allez débuter votre collaboration avec Rebellion Racing par les 1000 Miles de Sebring (15 mars 2019), est-ce excitant ?

« C’est un circuit que je ne connais pas beaucoup. J’en ai énormément entendu parler. Il est très sélectif, très bosselé et il va falloir que je me prépare à ça. Je vais devoir faire plusieurs séances de simulation dans un simulateur afin d’être prêt. Ma préparation physique a débuté depuis un certain temps. Il est hors de question que je ne sois pas prêt pour cette première course. Mentalement je le serai également. Enfin, je fais confiance à l’équipe et à mes coéquipiers. »

La marche entre les voitures de la catégorie LMP2 et LMP1 est-elle élevée ?

« Rebellion Racing est une équipe professionnelle et ça sera différent de ce que j’ai connu en LMP2, dans le bon sens. Il y aura beaucoup de travail et c’est quelque chose que j’aime bien. Du point de vue du pilotage, je n’ai pas d’appréhension. J’ai déjà gouté au plus haut niveau de la monoplace puisque j’ai été pilote de développement pour Caterham F1 Team et que j’ai participé au championnat GP2 Series de 2012 à 2014. Comme les LMP1, il s’agit de voitures très puissantes. L’an passé aux 24 Heures du Mans, les temps des prototypes de la catégorie LMP2 étaient assez proches des LMP1. C’est pour ça que l’écart ne va pas me sauter aux yeux. Je serai dans quelque chose de connu. »

Vous ferez équipe avec Thomas Laurent et Gustavo Menezes. Quel équipage allez-vous former ?

« Rebellion Racing a choisi de constituer une première équipe de pilotes expérimentés avec la #1 et une deuxième, dont je fais partie, avec des pilotes plus jeunes, la #3. Dans les deux cas, nous n’aurons aucun complexe. Mes coéquipiers sont très performants, ils l’ont prouvé l’an passé en terminant troisièmes des 24 Heures du Mans. Notre équipage sera homogène et nous nous serrerons les coudes. En Endurance, j’ai eu des coéquipiers comme Pastor Maldonado, Karun Chandhok ou Fabien Barthez. Je m’adapte très facilement à la philosophie de l’équipe, de mes coéquipiers et de la voiture. »

Aux 24 Heures du Mans 2018, vous pilotiez l’Oreca 07-Gibson #31 de DragonSpeed. Vous avez terminé la course en 5e position de la catégorie LMP2 et à la 9e place du classement général. Quel souvenir gardez-vous de la course ?

« J’en garde un très bon souvenir parce que j’étais ravi de la voiture que j’avais. Elle était très performante et les pneumatiques Michelin étaient confortables à piloter puis efficaces. J’ai pu m’exprimer correctement sur la piste sans faire d’erreur et j’ai réalisé le meilleur temps en course de la catégorie LMP2. Nous avions la bonne voiture pour bien figurer au classement général toutefois nous avons rencontré des soucis techniques et des sorties de route de mes coéquipiers. Nous avions notre place aux avant-postes de la catégorie malgré ça nous avons plus été spectateurs. Ce sont les aléas du Mans. Toute l’équipe était assez frustrée de ne pas faire mieux avec le potentiel que nous avions. Je m’étais vraiment bien préparé et je n’ai pas eu besoin du kinésithérapeute ni de l’ostéopathe durant la course. Je me sentais vraiment très bien. Je suis vraiment content de ma préparation physique et je vais appliquer la même pour 2019. Avec les années, on apprend à se connaitre. »

PHOTO : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES DU MANS, JEUDI 14 JUIN 2018, QUALIFICATIONS. Nathanaël Berthon a participé aux 24 Heures du Mans 2018 au volant de l'Oreca 07-Gibson #31 de DragonSpeed. Ce pilote français rejoint Rebellion Racing pour les trois dernières manches de la Super Saison du Championnat du Monde d'Endurance FIA WEC 2018-2019. 

News history Dernières actualités