24h Motos
11/09/2019 - 12:00

Martin Renaudin avec le Junior Team Le Mans Sud Suzuki pour « continuer à progresser »

Agé de 20 ans, Martin Renaudin s’apprête à rejoindre le Junior Team Le Mans Sud Suzuki afin de disputer la 83e édition du Bol d’Or, première manche du FIM EWC 2019-2020. Le pilote manceau compte bien s’aguerrir aux courses d’Endurance et espère être au départ de la 43e édition des 24 Heures Motos (16-19 avril 2020), une course qui le fait rêver depuis son enfance.
Martin Renaudin avec le Junior Team Le Mans Sud Suzuki pour « continuer à progresser »

Vous vous apprêtez à rejoindre le Junior Team Le mans Sud Suzuki pour la 83e édition du Bol d’Or (21-22 septembre 2019), première manche du Championnat du Monde d’Endurance FIM EWC. Comment vivez-vous cette opportunité ?

« Je me dis que j’ai de la chance. Cela fait quelques années que mes parents et moi travaillons pour parvenir à intégrer ce type d’équipe. C’est une bonne opportunité et il faut prendre les choses calmement. Au Bol d’Or, mon objectif va être de progresser tout au long de la semaine pour arriver à faire quelque chose de bien. »

Que représente cette équipe pour vous ?

« Etant manceau, le Junior Team Le Mans Sud est une équipe particulière pour moi. Elle fait partie des grands acteurs de la catégorie Superstock. Cela va me permettre d’avoir de bonnes bases en Endurance, de prendre beaucoup d’expérience sur des paramètres que je ne connais pas encore. Si tout se passe bien, je peux me faire remarquer auprès des autres équipes. Le principal c’est de ne pas chuter, d’effectuer de bons relais et être solide. Je vais faire équipe avec Guillaume Raymond qui participe au Championnat de France Supersport et avec Matthieu Thibault engagé en Promosport 1000. »

J’ai véritablement goûté aux galères de l’Endurance néanmoins ça m’a plu et c’était très enrichissant
Martin Renaudin

Vous comptez déjà une participation aux 24 Heures Motos. C’était en 2018 au guidon de la Metiss. Malgré un abandon, comment avez-vous vécu cette première expérience ?

« Il s’agissait d’une nouvelle Metiss. L’objectif de l’équipe était de faire rouler la moto et apprendre. J’ai abordé la course de la même manière car je n’avais aucune expérience en Endurance. J’ai donc découvert la discipline et ses spécificités comme le pilotage de nuit ou partager la piste avec des pilotes de premier plan. J’ai rencontré une panne mécanique lors d’un de mes relais, j’ai dû ramener la moto au stand. J’ai doublé des relais durant la nuit. J’ai véritablement goûté aux galères de l’Endurance néanmoins ça m’a plu et c’était très enrichissant. »

Que représentent les 24 Heures Motos pour vous ?

« Je suis passionné par cette course depuis tout petit. Elle me fait rêver. En 2018, j’avais du mal à me rendre compte que je participais aux 24 Heures Motos car je montais sur la moto et j’étais concentré sur mon pilotage. L’Endurance est une discipline qui me captive car c’est avant tout une aventure humaine avec toute une équipe. Ça me correspond bien car je suis quelqu’un de sociable et j’aime rigoler avec les gens. Malgré ça je reste humble et je souhaite progresser. »

Vous avez déjà connu la victoire sur le circuit Bugatti puisqu’en avril dernier vous avez remporté la course 1 lors de la manche d’ouverture du Championnat de France Supersport. Quelles sensations vous a procuré cette victoire à domicile ?

« D’abord ça a beaucoup fait pleurer de joie mon papa (rires). C’était un plaisir immense parce que c’était à domicile et que j’avais réalisé de superbes chronos. Je ne pouvais pas rêver mieux. Toutefois lorsque j’étais sur le podium, je n’ai pas réellement profité car rapidement après je devais participer à la deuxième course et il fallait rester concentré. En revanche, j’y repense souvent. »

La 43e édition des 24 Heures Motos, troisième manche de la saison 2019-2020 du Championnat du Monde d’Endurance, se déroulera du 16 au 19 avril 2020.