24h Le Mans
19/06/2019 - 18:00

Maman fait les 24 Heures du Mans

Trois femmes ont pris le départ de cette 87e édition des 24 Heures du Mans : Manuela Gostner (Italie), Rahel Frey (Suisse) et Michelle Gatting (Danemark). Réunies au volant d’une Ferrari 488 GTE #83 de l’écurie Kessel Racing, elles ont suscité admiration et intérêt des médias et des spectateurs. Elles voulaient prouver que piloter est l'affaire de tous et de toutes, que l'on peut être mère de deux fillettes et disputer les 24 Heures du Mans.
Maman fait les 24 Heures du Mans

Le trio 100% féminin, composé de Rahel Frey, Michelle Gatting et Manuela Gostner, a suscité curiosité et admiration lors de la 87e édition des 24 Heures du Mans. Et pour cause, depuis 1977, aucun équipage 100% féminin n’avait bouclé le double tour d'horloge manceau. Voilà neuf ans déjà, un trio exclusivement féminin s'était bien présenté au départ de la plus grande course d'endurance mais sans rallier l'arrivée. Parmi les pilotes qui composaient cet équipage à l'époque, la suissesse Rahel Frey. Cette dernière pilotait en juin 2010, une Ford GT #61 de l’écurie Matech Competition, avec Natacha Gachnang et Cyndie Allemann. L’expérience mancelle s'était malheureusement avérée très brève en raison d'une motorisation défaillante. 

 

Etre mère de famille et pilote

Neuf ans plus tard, Rahel Frey était de retour au Mans avec de nouvelles co-équipières : Michelle Gatting et Manuela Gostner, toutes les deux débutantes ou rookies au Mans. L'aventure de ce trio a débuté en ELMS (European Le Mans Series) à l'entame de la saison 2019. L'équipage s’empare de la deuxième marche du podium au classement LMGTE dès la première manche du championnat en avril dernier, au Castellet.

Les trois pilotes, qui ne se connaissaient pas avant d’être associées par Kessel Racing, se sont épanouies durant ces 24 Heures de compétition, tant sur la piste que dans le paddock. "Ca a tojours été un rêve pour moi de courir au Mans, j'y pense depuis que je suis toute petite" avouait Michelle Gatting, la plus jeune du trio.  Sa partenaire italienne, Manuela Gostner, poursuit "être ici, c'est une opportunité rêvée. L'ambiance, le circuit, notre équipe... tout est incroyable !" Leur objectif était de finir la course. La mission a été accomplie. Elles, qui après 24 heures et quatre minutes passées sur le circuit et 330 tours, ont terminé à la 39e place au classement général et neuvième dans la catégorie LMGTE Am. Une prouesse pour ces novices. L'iniative, portée par Déborah Meyer, manageuse de Kessel Racing, porte ses fruits. L'équipage a su trouver et prouver sa place à ce niveau de compétition.

Le trio est très vite soutenu par Women In Motorsport, la Commission de la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile), présidée par Michèle Mouton, vice championne du monde des rallyes, concurrente elle aussi aux 24 Heures du Mans. "Le sport automobile n’est pas réservé aux hommes. Les jeunes filles peuvent s’y engager et connaître ce plaisir. Sous le casque, au volant d'une voiture, il n'y a aucune différence entre les sexes”, explique Manuela Gostner. Elle poursuit : “On veut prouver qu’on peut être une mère de deux petites filles, gérer notre maison et être sur la ligne de départ des 24 Heures du Mans.

 

23E ÉQUIPAGE 100% FÉMININ AU MANS

Depuis 1923, date de création des 24 Heures du Mans, le trio #83 de Kessel Racing est le 23e équipage 100% féminin à s'engager. Faisons un point sur l'histoire des femmes dans la course... Sept ans après la création de l'épreuve, en 1930, deux femmes prennent le départ des 24 Heures du Mans pour la première fois :  Odette Siko et Marguerite Mareuse. Au volant d'une Bugatti 40, elles terminent à la septième place du classement final. Odette Siko, aussi déterminée que compétitrice, s'engage deux ans plus tard avec une Alfa Roméo 6C aux côtés de Jean "Sabipa". Elle décroche une quatrième place, performance jamais égalée depuis.