24h Le Mans
02/06/2019 - 17:15

Les quatre équipages vainqueurs des 24 Heures du Mans 2018 sont de retour !

Ils ont remporté l'épreuve en 2018 et font maintenant figure d'épouvantails pour leurs concurrents. Ils nous livrent leurs sentiments à l'heure d'aborder une nouvelle édition des 24 Heures du Mans, un an après leurs victoires.
Les quatre équipages vainqueurs des 24 Heures du Mans 2018 sont de retour !

Fernando ALONSO (Toyota #8 Toyota Gazoo Racing, LMP1)

« Revenir ici, cela me provoque une certaine excitation, normale. C'est en endroit tout à fait magique et je suis heureux de revenir un an après. J'ai beaucoup de bons souvenirs de l'année dernière et je suis prêt à sauter dans le baquet. Je ne me pose pas vraiment la question de savoir si c'est ma dernière course ici ou pas. Par contre, c'est la dernière course du Championnat, c'est le plus important et nous aimerions terminer sur une bonne note. C'est quand même moins de pression, car en 2018, nous avions la meilleure voiture. Nous avions la pression de gagner, de produire le résultat tant attendu. On avait fait des tests en vue de cette seule course. C'était ma première participation et je découvrais beaucoup d'aspects de cette course. On avait énormément de pression, y compris pour l'équipe. On arrivait avec un vrai avantage de performance, mais Toyota n'avait jamais remporté les 24 Heures du Mans. On avait cette épée au-dessus de la tête. Cette année, Toyota est déjà assuré de remporter le Championnat du Monde, donc c'est plus une célébration. C'est la dernière manche de la saison et si on fait bien le boulot et qu'on gagne à nouveau, ce sera super pour l'équipe. Donc nous devons conserver la même approche, c'est-à-dire respecter cette compétition qui, on le sait, est très difficile du point de vue de la voiture, notamment. Il faut beaucoup y faire attention pendant 24 heures. Nous aurons une approche sécuritaire, qui consiste à finir la course d'abord. C'est vraiment important pour nous de ne pas faire un résultat nul, surtout pas en raison d'une erreur de pilotage. Il nous appartient d'éviter toute erreur. »

 

Kazuki NAKAJIMA (Toyota #8 Toyota Gazoo Racing, LMP1)

« Je ne dirais pas que je suis détendu. Mais ce n'est pas comme l'an dernier, où il régnait une atmosphère particulière car nous devions gagner cette course, absolument. C'était une grosse pression sur l'équipe. Cette année, nous devons gagner aussi, mais la première victoire est enregistrée. Nous savons ce que nous avons à faire pour cette année et ce qu'il nous faut réaliser pour gagner cette course. Et je pense que cela fait une petite différence. C'est un autre état d'esprit. »

 

Pierre THIRIET (Alpine #36 Signatech Alpine Matmut, LMP2)

« Ce qui est différent, c’est que là, nous jouons clairement le titre du Championnat du Monde, alors que l’année dernière, ce n’était pas le cas puisque c’était la 2e course. Maintenant, Le Mans est tellement à part dans un championnat, c’est tellement important de bien figurer au Mans que, forcément, on vient avec l’objectif de gagner, de reproduire l’exploit de l’année dernière. Il va falloir être patient pendant la course, et être très performant, parce qu’il y a 20 voitures dans notre catégorie. Il y en a au moins 10 qui sont capables de gagner. Il y a un très gros niveau qui nous oblige à ne pas relâcher la pression. Il va falloir bien bosser dès demain [aujourd'hui, N.D.L.R.]. Finalement, on va essayer d’aborder la course comme l’année dernière. Mais arrivant en tête du championnat, on se dit qu’on peut perdre les deux, la course et le titre. Alors on fait tout pour que cela n’arrive pas. »

 

Laurens VANTHOOR (Porsche #92 Porsche GT Team, GTE PRO)

« Certains demandent toujours si cela met plus de pression d’avoir gagné l’édition précédente ; moi je pense plutôt que c’est l’inverse. On a gagné ici l’année passée, une victoire aux 24 Heures du Mans figure sur notre palmarès à tous, c’est fait. On a prouvé qu’on est des vainqueurs ici. Et je ne pense pas qu’on attende de nous qu’on gagne deux ans d’affilée. C’est clair, si on gagne cette année, ce sera un plus et c’est le but, évidemment. Mais, à l’intérieur, il y a un peu moins de pression, je me trouve un peu plus relax. Quand le départ sera donné, ce sera la même chose : on est là pour gagner, bien sûr. Mais, personnellement, dans ma carrière, il y a des courses que je veux gagner. Le Mans en faisait partie, et c’est fait. Je me sens plus tranquille, avec peut-être plus de confiance. »

 

Christian RIED (Porsche #77 Dempsey Proton Racing, GTE AM)

« Ce n’est pas vraiment différent, vous savez. C’est toujours génial de venir ici et de prendre le départ. C’est difficile à dire, cela reste un très gros défi. On est ici longtemps avant la course, on est impatient de prendre le départ et puis une fois que c’est parti, c’est simplement incroyable. A la fin, comme l’an dernier, on aimerait bien attaquer et gagner encore, mais ce n’est aussi facile que de le dire. »

PHOTO : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES DU MANS, (COURSE) 2018. Les quatre équipages vainqueurs des quatre catégories en 2018, sont à nouveau engagés pour cette 87e édition des 24 Heures du Mans. Parmi eux, Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakajima et leur Toyota TS050 Hybrid #8.

Retrouvez le dossier spécial Ouest France 24 Heures du Mans