24h Le Mans
Le 09/11/2017 12:00

Les pionniers de Ferrari 1949-1965 (3) - Jacques Swaters, l'ami belge

En 2017, Ferrari fête ses 70 ans. Les premiers chapitres de sa fabuleuse légende se sont écrits aux 24 Heures du Mans, avec une première victoire dès 1949. Alors que Luigi Chinetti, victorieux cette année-là, devient l'homme de confiance de Ferrari aux Etats-Unis, le Belge Jacques Swaters (1926-2010) devient le premier grand importateur de la marque en Europe. Avec également une belle histoire en compétition, notamment aux 24 Heures du Mans 1965 face à... Luigi Chinetti. Une vie de passion Ferrari, revisitée ici en quatre chapitres.

Les pionniers de Ferrari 1949-1965 (3) - Jacques Swaters, l'ami belge

Du Jaguar au Cheval Cabré - Après un brillant parcours sarthois en tant que pilote (troisième en 1955 et quatrième en 1954 et 1956 sur Jaguar), c'est à l'issue d'un déjeuner sur le Salon Automobile de Bruxelles en compagnie de Girolami Gardini, bras droit d'Enzo Ferrari, et de Ronnie Hoare, futur importateur de la marque au Royaume-Uni sous l'égide de Maranello Concessionaires, que Jacques Swaters devient officiellement, après Chinetti, le deuxième importateur de Ferrari. En compétition, le jaune des voitures de son Ecurie Francorchamps devient aussi célèbre que le "rosso corsa", le rouge des Ferrari d'usine. Avec en point d'orgue les 24 Heures du Mans 1965, où Jacques Swaters passe tout près de la victoire.

Le Mans 1965, un duel d'importateurs - Cette année-là, après les soucis des Ferrari d'usine, la Ferrari 250 LM de Jacques Swaters, pilotée par Pierre Dumay et Gustave Gosselin, mène devant celle de Jochen Rindt et Masten Gregory. Engagée par le North American Racing Team (NART) de Luigi Chinetti, cette dernière est revenue du fin fond du peloton, après des soucis en début de course. Deux responsables de Ferrari, Gaetano Florini et Mauro Forghieri, viennent alors trouver Jacques Swaters et Luigi Chinetti pour leur proposer de geler les positions et assurer un doublé. Le premier marque son accord, mais le second refuse, bien décidé à jouer sa chance pour la victoire. La course poursuite continue donc à un train d'enfer jusqu'à ce que, le dimanche en fin de matinée, la 250 LM jaune déchappe son pneu arrière droit. Le temps de réparer le capot arrière et de changer de pneus, Rindt et Gregory passent en tête et remportent la course, tandis que Dumay et Gosselin terminent deuxièmes.

1970, des Ferrari pour "Le Mans" - Pendant les 24 Heures 1970, Steve McQueen tourne les prises de vue en course pour son "film" Le Mans pendant les 24 Heures. A cette époque, nous sommes au coeur du duel entre la Porsche 917 et la Ferrari 512. Le scénario prévoyant la victoire de la 917, Enzo Ferrari refuse toute implication. Ainsi, l'Ecurie Francorchamps gère le parc de 512 devant participer au film. Jacques Swaters doit notamment négocier l'achat d'une voiture supplémentaire. Pour cela, le jet privé de Solar, la société de production de Steve McQueen, l'emmène à Modène à l'usine Ferrari. Il en repart avec un châssis 512 posé sur le toit d'un taxi Mercedes, qu'il convoie ainsi jusqu'au Mans ! Cette négociation de haute volée lui permet de renflouer les caisses de l'Ecurie Francorchamps, qui cessera finalement ses activités en 1982.

Une 166 MM à New York - Jusqu'à sa disparition, survenue le 10 décembre 2010, Jacques Swaters aura également été l'un des plus précieux gardiens de la mémoire de Ferrari. Une passion de la mémoire que ne goûtait guère Enzo Ferrari : "ce que j'ai fait hier ne m'intéresse  en rien, ce qui m'intéresse, c'est ce que je vais faire demain", disait-il avec son sens toujours acéré de la formule. Jacques Swaters est ainsi régulièrement sollicité par le constructeur italien lors de la création de Ferrari Classiche, le département dédié à la restauration et à la certification officielle des Ferrari anciennes. Il connaît également l'immense bonheur de voir son exemplaire personnel de la 166 MM, la première Ferrari victorieuse aux 24 Heures en 1949, exposée au Musée d'Art Moderne de New York. Une magnifique consécration de sa passion pour la légende Ferrari, qu'il a largement contribué à écrire grâce à sa chère Ecurie Francorchamps.

 

Cliquez ci-dessous pour en savoir plus sur les pionniers de l'histoire de Ferrari au Mans :

Les pionniers de Ferrari 1949-1965 (1) - Luigi Chinetti 1949, la première victoire

Les pionniers de Ferrari 1949-1965 (2) - Luigi Chinetti et le NART, victoire et souvenirs

 

Photo (D.R. / Archives ACO) : L'aile arrière droite de la Ferrari 250 LM de Pierre Dumay et Gustave Gosselin porte les stigmates du déchappage qui lui a coûté la victoire aux 24 Heures du Mans 1965. 

News history Dernières actualités