24h Le Mans
Le 03/06/2017 10:00

Les équipes LMGTE Am des 24 Heures du Mans 2017 - JMW Motorsport (Ferrari n°66)

Comme en 2016, la liste des invités de la 85e édition des 24 Heures du Mans comporte 60 concurrents répartis dans quatre catégories : deux pour les prototypes (LMP1 et LMP2) et deux pour les GT (LMGTE Pro et LMGTE Am). D'ici la course, qui se déroulera les 17 et 18 juin, nous allons vous présenter le parcours de chaque écurie en détail.

Les équipes LMGTE Am des 24 Heures du Mans 2017 - JMW Motorsport (Ferrari n°66)

FERRARI 488 GTE n°66 (LMGTE Am)

Directeur : Jim Mc Whirter
Team manager : Steeve Hagger
Chef mécanicien : Davey Nicholas
Base : Colchester (GBR)
Site Internet : www.jmwmotorsport.com

 

Classement LMS 2011 : 2e championnat des équipes LMGTE Pro (46 pts).

Classement ELMS 2012 : champion des équipes LMGTE Pro (51 pts)

Classement ELMS 2013 : 5e des équipes LMGTE (18 pts)

Classement ELMS 2014 : 3e des équipes LMGTE (70 pts)

Classement ELMS 2015 : 7e des équipes LMGTE (49 pts)

Classement ELMS 2016 : 2e des équipes LMGTE (93 pts)
 

Résultats ELMS 2017 :

4 Heures de Silverstone : 28e  Fannin/Smith/Butcher (GBR/GBR/GBR) Ferrari 458 Italia n°66, (5e LMGTE).

4 Heures d’Imola :  21e  Fannin/Smith/Cocker (GBR/GBR/GBR) Ferrari 458 Italia n°66, (1e LMGTE).

Anciennement co-directeur du Virgo Motorsport, Jim McWhirter s'est séparé de Chris Warne afin de monter en 2009 une nouvelle équipe portant ses initiales : JMW Motorsport. Une écurie où l'on retrouve quelques anciens du Virgo Motorsport, emmenés par le directeur technique Steve Bunkhall, ce qui fait que cette équipe ne manque pas d'expérience. Bell-Bruni ont d'ailleurs terminé seizièmes et deuxièmes en GT2 à Barcelone pour les débuts de JMW, avant de terminer à nouveau médaille d'argent à Spa, puis de l'emporter à Portimao et Silverstone, obtenant un titre de vice-champion LMS.

Pour 2010, JMW faisait le pari d'engager une Aston Martin Vantage au lieu de sa Ferrari habituelle. Soutenue par Dunlop, l'Aston Martin bénéficiait au Mans d'une décoration inédite, fruit d'un concours organisé sur Internet. Mais cette machine, bien qu’aidée directement par le constructeur, n’allait pas bien loin en course, Miller sortant de la piste en début de soirée. La fin de saison en LMS n’était pas vraiment non plus très brillante, seule une troisième place en catégorie GT2 acquise à Silverstone venait la rehausser.

Retour chez Ferrari lors de la saison 2011 avec l’engagement d’une toute nouvelle 458 Italia et d’excellents débuts d’entrée. 

Rob Bell et James Walker gagnaient en LMGTE Pro les 6 Heures du Castellet  (quatorzième du général). Las, la deuxième course de la saison se soldait par un abandon sur ennuis de radiateur alors que cette machine se battait encore en tête de sa catégorie. Aux 24 Heures du Mans, pilotée par Bell, Sugden et Maasen, où elle arborait de nouveau une livrée - aux couleurs Dunlop - spécialement créée pour l’occasion, fruit d’un concours lancé auprès de designers, la Ferrari de JMW terminait au 24e rang et au 9e de la catégorie LMGTE Pro. Comme nombre d’autres, elle subissait l’implacable domination d’AF Corse en LMS, terminant néanmoins deuxième du championnat après avoir arraché deux victoires tout de même lors de la première manche (Le Castellet) et de la dernière (Estoril).

Programme identique pour 2012 avec un engagement aux 24 Heures du Mans et en ELMS avec cette fois-ci Johnny Cocker et James Walker comme pilotes titulaires, Roger Wills les épaulant au Mans. Une année magnifique pour cette écurie qui se terminait sur un titre européen en ELMS en catégorie LMGTE Pro (deux victoires au Castellet et à Donington) malgré la déception d’un abandon au Mans au petit matin sur bris de boîte de vitesses. 

En 2013, JMW repart en LMGTE en ELMS mais ne peut faire mieux que deux deuxièmes places au Red Bull Ring et au Castellet. Aux 24 Heures du Mans, en catégorie LMGTE Pro, JMW n’était pas non plus aux avant-postes, la voiture pilotée par Andrea Bertolini, Abdulaziz Al Faisal et Khaled Al Qubaisi ne pouvant faire mieux que 34e et 10e de sa classe.

Beaucoup de changements ont lieu en 2014 dont un passage des pneus Dunlop aux Michelin. Lors des deux premières courses de la saison ELMS, la Ferrari jaune n°66 était pilotée par le trio McKenzie/Richardson/Zampieri (3e et 5e en LMGTE). Aux 24 Heures du Mans, l’auto est confiée au Saoudien Abdulaziz Al Faisal et aux Américains Seth Neiman, team principal de l’équipe Flying Lizard absente cette année là, et Spencer Pumpelly, autre habitué de Flying Lizard. Elle se classe 27e (7e du LMGTE Am). Lors des trois dernières manches ELMS, Rob Bell apporte son soutien au Red Bull Ring ainsi que James Walker, en remplacement de Daniel Zampieri qui revient pour la finale à Estoril pour de nouveau signer une 3e place, soit le 4e podium de l’année. Sans surprise, JMW Motorpsort termine l’année à la 3e place finale du championnat équipes ELMS.

En 2015, la stratégie n’est pas changée et on retrouve l’équipe en ELMS avec une Ferrari 458 Italia. 

Un trio britannique se partage son volant : George Richardson, Robert Smith et Sam Tordoff. Cet équipage n’est pas reconduit pour les 24 Heures du Mans. On y retrouve alors Abdulaziz Al Faisal, déjà vu l’année passée, ainsi que l’américain Michael Avenatti et le polonais Kuba Giermaziak. Les trois hommes, après une course sans histoire, terminent 36e (7e en LMGTE Am). Au niveau de l’ELMS, la saison de l’écurie de Colchester est en demi-teinte avec une 2e place (Silverstone) et une 3e (Le Castellet) pour seuls bons résultats, en dépit de renforts tels que Jonny Cocker et James Calado.

2016 marque la première non-participation de JMW Motorsport aux 24 Heures du Mans, la n°76 (son numéro attribué cette année-là en Sarthe) n’occupant qu’une place de réserviste. L’équipe se concentre alors sur l’ELMS avec un équipage qui n’évoluera pas de l’année. Au volant de la Ferrari 458 Italia n°66, on trouve Andrea Bertolini, pilote d’essais officiel Ferrari, Rory Butcher et Robert Smith. Le trio effectue une superbe saison qui se traduit par trois victoires (Red Bull Ring, Le Castellet, Spa) et une 2e place au classement final ELMS. Il est dommage qu’une disqualification (splitter avant jugé non-conforme à l’article 2.2.1a par les commissaires sportifs) empêche l’écurie d’empocher les 25 points de sa victoire à Silverstone. Cependant, cette seconde place au championnat permet à JMW Motorsport de recevoir une invitation aux 24 Heures du Mans 2017.

Pour cette saison 2017, la structure est la seule à engager une Ferrari 458 Italia en ELMS. Rory Butcher, Jody Fannin et Robert Smith se relaient au volant de cette auto. A Silverstone, les trois pilotes placent la n°66 en 28e place au classement final, 5e en LMGTE. Rory Butcher est remplacé à Monza, pour la seconde manche, par Jonathan Cocker qui a été champion European Le Mans Series en 2012 (LMGTE Pro) avec l’équipe. L’alchimie est immédiate et les trois hommes remportent la course dans leur catégorie qui restera comme étant la dernière signée par une Ferrari 458 Italia, JMW Motorsport décidant de passer à un châssis 488 GTE pour les 24 Heures du Mans. 

En Sarthe, l’écurie ne changera pas que la voiture puisque ce sont deux nouveaux pilotes qui prêteront main forte à Robert Smith en la personne de Dries Vanthoor, le frère de Laurens Vanthoor (pilote officiel Porsche GT), et Will Stevens, l’homme aux 20 Grand Prix de F1 (Manor Marussia F1 Team) et qui a terminé 2e en LMP2 l’an dernier sur l’Oreca 05 Nissan de G-Drive Racing. 

Photo : PASCAL SAIVET / VISION SPORT AGENCY

News history Dernières actualités