24h Motos
Le 08/04/2016 12:10

Les deux passions de Kévin Rousseau

Kevin Rousseau, 23 ans, est un Manceau heureux. Cet homme qui joue le

Les deux passions de Kévin Rousseau

Quel a été votre parcours en side-car ?
« J'ai commencé en 2014 et, pour cette première saison, nous sommes devenus Champions de France avec Sébastien Delannoy. Nous avons également participé à deux courses du Championnat du Monde : au Mans et à Assen, avec deux 3è places à la clé.. En 2015, nous avons une nouvelle fois été sacrés Champions de France avec également une course aux Pays-Bas à Assen où nous finissons 2è.
Cette année, nous avons essayé de trouver un peu plus de budget pour participer à l'intégralité du Championnat du Monde Side-Car FIM. Nous sommes soutenus par la Fédération Française de Motocyclisme (FFM) et par de nombreux partenaires. Je vais donc attaquer ma troisième année dans cette discipline. »

Allez-vous de nouveau disputer le Championnat de France de side-car en parallèle ?
« Oui, effectivement, le but est d’avoir le plus de roulage possible cette saison. »

Pourquoi avez-vous choisi la place du « singe » dans le side-Car ?
« Cela s'est fait un peu bizarrement. En 2013, je ne roulais qu'en moto et, à un moment donné, il m’a manqué une pièce. Malheureusement, dans le parc moto, personne ne l’avait. Un pilote m'a dit de me renseigner auprés des pilotes de Side-Cars. J’ai rencontré Sébastien Delannoy par hasard. Il m'a dépanné et est même venu me donner un coup de main pour remonter ma machine. Ensuite, à chaque course, il venait me "provoquer"  : «Quand est-ce que je t'emmène faire un tour dans le panier ? » Je lui répondais que sur une journée d'entraînement, ce serait avec plaisir. Lors de l'avant-dernière course de la saison 2013, à Dijon Prenois, il est venu me voir en début de week-end. Il voulait me parler. Le week-end se terminant, je suis allé le voir et il m’a demandé ce que je comptais faire la saison suivante. Je lui ai répondu que je souhaitais refaire le Trophée Pirelli 600. Il m’a alors proposé de faire le singe en Side-Car. Je lui ai dit OK, mais que je souhaitais en parallèle poursuivre en moto. Nous avons fait des essais au mois de novembre à Alès. Cela s'est très bien passé. Je n’avais jamais fait de Side-Car, l’ancien passager de Sébastien m'avait montré un petit peu les positions mais sans plus. Nous avons disputé notre première course au Mans fin mars et c'était parti ! Les victoires se sont enchaînées, puis ce fut le titre à la fin de la saison. »

Vous continuez les deux activités : la moto d'un côté et le side-car de l'autre. Est-ce par passion ou est ce que ce sont des choses complémentaires ?
« Premièrement, c'est une passion et c'est vrai que cela permet de beaucoup rouler sur les week-ends de course. »

Pouvez-vous me décrire laes spécificités d’un side-car ? Comment cela fonctionne ?
« C’est un moteur de moto GSXR. Ce sont vraiment des prototypes avec un châssis poutre qui est acheté. Ensuite, nous faisons tout nous-mêmes. »

Quelle est la puissance du moteur ? Quelle est la vitesse de pointe du side-car?
« Cela fait 200 chevaux et on atteint les 270 km/h »

Quels sont vos objectifs cette année en Championnat du Monde side-car FIM ?
« Le niveau en Championnat du Monde de side-car est très relevé. Cette année, nous visons le top 3 en permanence et, si tout se passe bien, et que la chance est avec nous, nous espérons décrocher le titre. »

David Bristol / Anthony Drevet / ACO

News history Dernières actualités