24h Le Mans
Le 07/09/2017 17:30

Les commissaires de piste du Mans à Lohéac…

Le Mans-Lohéac, un peu plus de deux cents kilomètres séparent ces deux ‘’spots’’ phares du sport automobile, extrêmement populaires. L’endurance règne sur le premier, au début de l’été, le rallycross sur le deuxième, à la fin de l’été. Deux mondes, si loin si proche, que certains ont expérimenté, comme Sébastien Loeb, en tant que pilote, Andreas Roos, comme ingénieur avec Audi, Patrick Morisseau, comme directeur de course ou des commissaires, qui officient au Mans et à Lohéac... Tour à tour, ils nous livrent leur expérience de ces deux mythes en France.

Les commissaires de piste du Mans à Lohéac…

Le rôle des commissaires de piste est primordial pour le bon déroulement des épreuves de sport mécaniques. Ces bénévoles, passionnés par la compétition sont les premiers relais de la direction course sur le terrain. Au Mans comme à Lohéac.

Les qualités des commissaires formés au Mans et qui officient lors des 24 Heures sont reconnues internationalement, de par les formations dispensées pendant la trêve hivernale et le niveau d’excellence demandé. A Lohéac, ils représentaient ainsi 90% des effectifs commissaires du Championnat du Monde de RallyCross.

« Nous avons eu un super week-end avec du sec et du mouillé et surtout de belles bagarres en piste. En rallyCross, les pilotes se frottent, se touchent alors qu’au Mans, c’est une conduite plus propre. Il faut tenir sur la longueur. C’est différent mais tout autant plaisant. » explique Joel Esnault, Commissaire de piste, formateur et responsable des commissaires à Lohéac. Avec l’expérience de ses 32 éditions des 24 Heures du Mans dont de très nombreuses en tant que Chef de Poste, Joel gérait une équipe de 37 commissaires à Lohéac. « Etre commissaire de piste au Mans permet d’aller sur d’autres épreuves et c’est un gage de sérieux. On se retrouve sur d’autres circuits comme à Lohéac et avons l’habitude de travailler ensemble. Nous sommes les yeux de la direction course et devons intervenir très rapidement. Cela peut aller de la signalisation à la protection des pilotes en passant par récupérer des débris sur la piste ou sortir les voitures des bacs à graviers. Le maitre mot est la sécurité. Mais c’est surtout un travail d’équipe et ça reste du plaisir. »

Etait également mobilisée une équipe d’extraction. Celle-ci avait assisté à une formation unique en France organisée en février dernier et confiée aux équipes de l’Automobile Club de l’Ouest sous l’égide de la FIA. Ce stage de formation annuel a pour but de tester, mettre à niveau et certifier les compétences à extraire les pilotes de leur voiture, en cas de nécessité, à l’issue des accidents en course.

Alain Godefroy, Président de l’Association Extraction 72, secouriste depuis 1976 et membre de la première équipe d’extraction crée en 1992 aux 24 Heures du Mans, était aux commandes à Lohéac. Il précise « Nous étions quatre à Lohéac et tout s’est très bien passé. Aux 24 Heures du Mans, notre association mobilise trois équipes sur les huit qui se relaient pendant la course. Notre mission consiste à intervenir, toujours à la demande du médecin chef, pour extraire le pilote quand il ne peut pas sortir seul de sa voiture. Grace à la formation que nous suivons au Mans, nous sommes mobilisables sur tous les championnats labélisés FIA (Endurance, F1, WTCC, Formule E…) ».

Avec enthousiasme, il ajoute : « Il y a une certaine fierté à être du Mans et intervenir sur les 24 Heures du Mans. Nous sommes un peu une référence et reconnus, du coup, nous devons être irréprochables. Souvent quand nous allons sur d’autres épreuves, on entend : voilà l’équipe du Mans. »

En plus des hommes mobilisés à Lohéac pour le bon déroulement de la manche française du Championnat du Monde de RallyCross 2017, l’ACO avait envoyé deux pickups équipés du matériel de désincarcération et d’incendie utilisés lors de la grande course d’endurance Sarthoise.

Le balai de toutes ces équipes d’intervention était notamment orchestré par Patrick Morisseau, directeur de course à Lohéac et sur le double tour d’horloge sarthois.

Pour devenir commissaire Auto ou Moto :

Comme des milliers d’hommes et de femmes, il est possible de devenir commissaire dès 16 ans et de vivre sa passion des sport mécaniques au cœur de toutes les épreuves des circuits du Mans, dont les 24 Heures du Mans et ainsi prendre part à la légende.
Pour cela, rien de plus simple il suffit de prendre une licence de Commissaire de piste bénévole auto ou moto dans l’une des 14 Associations Sportives affiliées à l’ACO.

Renseignements :

  • Automobile Club de l’Ouest – Direction Sports – Service licences 
  • 02 43 40 24 28 ou 02 43 40 25 42
  • sport.licence@lemans.org

Photo : Stéphane LUSTEAU , D.R / Red Bull Content Pool, D.R / ACO

News history Dernières actualités