24h Le Mans
Le 10/01/2018 16:00

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (3) - De nouveaux outils de communication

Passionnés, venus du monde entier, toujours prêts... Les commissaires de piste sont autant témoins qu'acteurs de la légende des 24 Heures du Mans. Cette saga leur rend un hommage mérité, des pionniers de 1906 aux Slow Zones d'aujourd'hui. Après l'intégration du téléphone après la Deuxième guerre mondiale, la révolution de la (télé)communication suit son cours, avec l'introduction de l'équipement radio et de la télésurveillance, tandis que les commissaires eux-mêmes suivent une formation de plus en plus poussée.

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (3) - De nouveaux outils de communication

La révolution suivante vient de l’équipement radio dont se dote l’Automobile Club de l'Ouest à la fin des années 1960, avec le concours de Thomson puis de Motorola. La consommation de piles est impressionnante et les liaisons radios parfois médiocres dans les zones boisées, malgré les antennes provisoires qui sont installées.

La formation des commissaires devient une nécessité : pendant l'hiver, on s’entraine grâce à des simulations dans les espaces du circuit, on devient signaleur (avec les drapeaux) ou intervenant (avec les extincteurs). Dunlop a la bonne idée de doter les commissaires de combinaisons immaculées à bandes réflectorisées. Les "hommes en blanc" sont les "hommes du Mans", reconnus sur tous les circuits du monde pour leur très grande compétence. Paul Butler, le directeur de course du GP Moto, assure même que ce sont les seuls commissaires au monde qui s'élancent vers un pilote moto en perdition avant même que celui-ci ne soit tombé... Un bel hommage !

Les héritiers des commissaires légendaires s’appellent Daniel Blin au 123 bis (gauche du karting extérieur) ou André Thuard au poste 8 (passerelle Dunlop). Ils sont encore là aujourd’hui, transmettant leur irremplaçable expérience aux plus jeunes, et également témoins de deux nouvelles révolutions : l’arrivée de la télésurveillance et des Safety Cars. Ainsi les commissaires ne sont-ils pas surexposés au cours de leurs interventions.

Les courses de F3000 organisées sur le circuit Bugatti permettent la mise en place de la surveillance télévisée de la piste. Marcel Martin, alors directeur de course des 24 Heures et Jean-Pierre Moreau, directeur sport de l’ACO, pèsent de tout leur poids pour cet équipement sur le circuit, premier au monde à en être doté. Les caméras du circuit Bugatti sont redispatchées sur le grand circuit pour les 24 Heures du Mans et le PC opérationnel n’agit plus en aveugle, coordonnant les interventions des commissaires.

Les postes de commissaires sont alors tenus par des écuries ou des délégations étrangères. Ainsi les Bretons (écurie Armor chère à Jean-Pierre Allain) tiennent le poste 134 bis ("bis" signifiant extérieur piste), les Belges sont au 18 (Tertre Rouge) les Britanniques sont perchés sur la bosse de Mulsanne (Poste 70 pour 70 hectomètres). De nos jours, le poste 106 est très international avec le très respectable Britannique Steve Tarrant, en fauteuil roulant après avoir perdu une jambe à Goodwood, et qui vient d'annoncer une retraite bien méritée.

24 Heures du Mans 16/17 juin 2018 - billetterie


Actualités associées


Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (4) - Les anges-gardiens des pilotes

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (4) - Les anges-gardiens des pilotes

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (2) - La révolution du téléphone

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (2) - La révolution du téléphone

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (1) - Les pionniers

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (1) - Les pionniers

News history Dernières actualités