24h Le Mans
Le 09/01/2018 16:00

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (2) - La révolution du téléphone

Passionnés, venus du monde entier, toujours prêts... Les commissaires de piste sont autant témoins qu'acteurs de la légende des 24 Heures du Mans. Cette saga leur rend un hommage mérité, des pionniers de 1906 aux Slow Zones d'aujourd'hui. Leur activité a bien sûr considérablement évolué avec le temps, avec notamment l'intégration du téléphone après la Deuxième guerre mondiale, première révolution technique qui en appellera d'autres.

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (2) - La révolution du téléphone

En 1951, la pose par l’armée d’un réseau de 100 kilomètres de câble téléphonique reliant par 7 centraux les soixante postes de commissaires autour des 13,492 km du circuit change l’efficacité du système. Désormais, la direction de course est informée en temps réel de ce qui se passe,  car un doublage par un second câble échappant à un central relie la direction de course.

Les postes de commissaires sont dotés d’une tente à deux couchettes, de matériel de dépannage, d’un central à 12 directions et d’un poste de radio. En 1956, un second câble téléphonique privé est mis en place par l’Automobile Club de l'Ouest pour relier les postes de commissaires et le chronométrage à la direction de course. Les postes reçoivent une dotation de balais, des cordes munies de grappins pour tirer les voitures, du sable pour absorber l’huile et bien sûr les drapeaux ainsi que des lampes à positionner sur les voitures accidentées.

Lors de sa venue au Mans en 1967, Henry Ford offre à l’ACO cinq camions "Transit" avec remorque, coiffés de gyrophares, équipés pour la lutte contre l’incendie avec du matériel suédois  Ansul et un kit de désincarcération. Dans un premier temps, ce sont les pompiers qui les arment puis les commissaires.
La grande innovation pour les commissaires est la pose en 1969 de rails de sécurité autour du circuit. Dès lors mieux protégés, ils sont répartis en quinconces, en particulier sur les Hunaudières. La poudre absorbante (argile microfinée) remplace le sable, les plaquettes réfléchissantes mises au point avec 3M complètent la panoplie du commissaire, bientôt dotés de coupe-sangles pour les ceintures de sécurité et d’extincteurs en grand nombre, à eau pulvérisée ou poudre polyvalente.

Pour protéger les commissaires des intempéries, l’ACO les dote d'une tenue de pluie, tels les marins, mais avec bandes  réfléchissantes qui leur valent le surnom de "vers luisants". Si à la courbe des Hunaudières (poste 61) c’est Raymond Théroux, le chef de poste au caractère bien trempé, à Mulsanne (poste 76),  c’est le curé de Changé qui est chef de poste assisté d’un polytechnicien ; à Maison Blanche, c’est Marcel Seery qui est le patron et en 1969 il n’hésite pas, avec ses deux modestes drapeaux jaunes, à arrêter la moitié de la meute à l’issue du premier tour, posté au milieu de la piste obstruée par la Porsche 917 coupée en deux du malheureux John Woolfe. Ces héros désintéressés ont parfois payé leur passion de leur vie, dans les Hunaudières, au Tertre Rouge, au ralentisseur Ford, lors de la sortie de route de Jacky Ickx en 1970.


Actualités associées


Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (4) - Les anges-gardiens des pilotes

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (4) - Les anges-gardiens des pilotes

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (3) - De nouveaux outils de communication

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (3) - De nouveaux outils de communication

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (1) - Les pionniers

Les commissaires de piste des 24 Heures du Mans (1) - Les pionniers

News history Dernières actualités