24h Le Mans
13/09/2019 - 09:00

Les 24 Heures du Mans au rendez-vous du Goodwood Revival

Deuxième grand rendez-vous historique du circuit de Goodwood après le Festival of Speed, le Goodwood Revival, qui se déroule ce week-end (13-15 septembre) verra la présence de dix anciens vainqueurs des 24 Heures du Mans, cumulant pas moins de trente victoires dans la Sarthe.
Les 24 Heures du Mans au rendez-vous du Goodwood Revival

On retrouvera ainsi sur le circuit britannique tracé sur le site d’un ancien aérodrome militaire de la Seconde Guerre Mondiale Richard Attwood, Derek Bell, Romain Dumas, Marcel Fässler, Brendon Hartley, Neel Jani, Tom Kristensen, Jochen Mass, Emanuele Pirro et Benoît Tréluyer.

Si l’on se penche de plus près sur leur parcours manceau, ces dix pilotes ont écrit quelques beaux chapitres de l’histoire des 24 Heures. Parmi eux figurent notamment l’actuel détenteur du record de victoires (Tom Kristensen avec neuf succès), le premier Suisse à inscrire son nom au palmarès des 24 Heures (Marcel Fässler), le Britannique et l’Italien les plus victorieux dans la Sarthe (Derek Bell et Emanuele Pirro), l’un des hommes (Richard Attwood) qui a signé le premier des 19 succès de Porsche au général, ou encore deux des trois derniers pilotes français vainqueurs (Benoît Tréluyer et Romain Dumas).

Outre ces dix vainqueurs du général, saluons également la présence au Goodwood Revival de deux pilotes qui ont brillé dans les catégories GT : l’Autrichien Karl Wendlinger, qui a fait triompher deux années de suite la Chrysler Viper il y a tout juste vingt ans (1999 et 2000), et le Britannique Darren Turner, qui a largement contribué au retour d’Aston Martin dans la Sarthe avec trois victoires (2007, 2008 et 2017).

PHOTO – LE MANS (SARTHE, FRANCE), 24 HEURES DU MANS, JUIN 2019. Au fil des années 2010, Marcel Fässler (en haut) et Neel Jani (ci-dessus), tous deux présents ce week-end à Goodwood, ont fait entrer la Suisse dans le livre d’or des 24 Heures : trois victoires (2011-2012-2014) pour le premier et une (2016) pour le second, auxquels il faut ajouter les deux succès consécutifs de Sébastien Buemi en 2018 et 2019.