24h Le Mans
Le 10/02/2018 10:00

Les 24 Heures du Mans au fil des allées de Rétromobile (2/2)

Outre le stand du Musée des 24 Heures et sa Tracta Gephi de 1928, pionnière de la traction avant, l'histoire du Mans s'offre également au regard du public du salon Rétromobile de Paris (7-11 février) sous la forme de magnifiques instantanés, d'un stand à l'autre. Revue de détail de quelques autres belles (re)découvertes.

Les 24 Heures du Mans au fil des allées de Rétromobile (2/2)

Avant de reprendre le cours de cette sélection, rappelons que le stand du Musée des 24 Heures propose des séances de dédicaces les vendredi 9 (de 14 h 30 à 16 h 00), samedi 10 (de 14 h 30 à 16 h 00) et dimanche 11 février (de 10 h 30 à midi puis de 14 h 00 à 16 h 30). Vous y retrouverez Christian Papazoglakis, Johannes Roussel et Denis Bernard pour la collection de Glénat BD consacrée aux 24 Heures, ainsi que les graphistes de l'agence spécialisée Archimède.

- Ouvrons cette deuxième partie par un arrêt "au stand" qui s'impose à la boutique Chapal, spécialisée dans le prêt-à-porter de luxe en cuir. La boutique présente à Rétromobile reproduit à l'identique les stands Ferrari des 24 Heures du Mans des années 1960. Un clin d'oeil familial de la part de son PDG Jean-François Bardinon : sa famille est l'une des plus réputées dans le monde des collectionneurs de Ferrari, avec la création du circuit du Mas du Clos (Creuse). Rappelons également ici que Ferrari a remporté six de ses neuf victoires sarthoises sans interruption de 1960 à 1965.

- Comme toujours, le Cheval Cabré est bien représenté dans le grand rendez-vous parisien de la voiture de collection. Le stand Cartique by Mechatronik fait admirer la Ferrari 512 M quatrième des 24 Heures du Mans 1971 aux mains du duo anglo-américain Chris Craft-David Weir.

- Sur ce même stand figure l'unique exemplaire homologué pour la route de la Porsche 935 K3, victorieuse des 24 Heures du Mans 1979 avec Klaus Ludwig et les frères Don et Bill Whittington. Cette 935 K3 "routière" était la propriété du milliardaire austro-canadien Walter Wolf, dont la WR1 signa trois victoires lors de la saison de Formule 1 1977.

- La mémoire du Manceau Jean Rondeau, seul pilote constructeur vainqueur des 24 Heures, est également saluée sur le stand Atlantic Racing, avec la voiture qui termina troisième en 1980, piloté par le Britannique Gordon Spice et les frères belges Jean-Michel et Philippe Martin. A noter que ce châssis affiche un total impressionnant de neuf participations aux 24 Heures !

- Le stand William I'Anson salue également l'épopée Alpine au Mans, avec l'Alpine A220 pilotée par Jean Guichet (vainqueur en 1964 sur Ferrari)-Jean Pierre Jabouille en 1968 (abandon) puis Jean Pierre Nicolas-Jean Luc Thérier en 1969 (abandon).

- Quarante après le premier titre mondial en Formule 1 d'une monoplace à effet de sol (la Lotus 79 de Mario Andretti), le stand Ascot Collection propose plusieurs variations sur cette technologie appliquée aux prototypes des 24 Heures du Mans, avec notamment une Toyota 88C de 1988 (24e), une Spice victorieuse de la catégorie Groupe C2 en 1990 et une Lola-Porsche T600 de 1981.

- Comme le veut la tradition, c'est à Rétromobile qu'a été présenté Le Mans Classic, qui verra du 6 au 8 juillet prochains sa neuvième édition. Outre la présence déjà confirmée de cinq anciens vainqueurs (Derek Bell, Jochen Mass, Stéphane Ortelli, Henri Pescarolo et Marco Werner) et les plateaux habituels, Le Mans Classic verra également une course de Jaguar historiques (modèles acceptés jusqu'à la Type E née en 1961), ainsi qu'une concentration de 70 Porsche pour les 70 ans de la marque la plus victorieuse aux 24 Heures (19 succès au classement général).

 

Cliquez ci-dessous pour d'autres découvertes des 24 Heures du Mans sur le salon Rétromobile :

Les 24 Heures du Mans au fil des allées de Rétromobile (1/2)


Photo : Vainqueur des 24 Heures du Mans à neuf reprises entre 1949 et 1965, Ferrari occupe toujours une place de choix dans les allées de Rétromobile. Ici à l'image, la 512 M quatrième de l'édition 1971.