24h Le Mans
Le 09/02/2018 10:00

Les 24 Heures du Mans au fil des allées de Rétromobile (1/2)

Outre le stand du Musée des 24 Heures et sa Tracta Gephi de 1928, pionnière de la traction avant, l'histoire du Mans s'offre également au regard du public du salon Rétromobile de Paris (7-11 février) sous la forme de magnifiques instantanés, d'un stand à l'autre. Revue de détail de quelques belles (re)découvertes.

Les 24 Heures du Mans au fil des allées de Rétromobile (1/2)

-Pour démarrer comme il se doit cette sélection, commençons par le stand de l'agence de presse photographique DPPI. Avec une image immortelle de l'histoire des 24 Heures : celle du dernier départ en épi où le pilote a couru vers sa voiture. Ca se passait le samedi 14 juin 1969. Deux tours d'horloge plus tard, la Ford GT40 de Jackie Oliver et Jacky Ickx s'impose dans le dernier tour de course, lorsque ce dernier double la Porsche 908 de Hans Herrmann... après avoir marché vers sa voiture lors du départ de la course !

-Nouveau Président de la Commission Endurance de la FIA, Richard Mille propose sur son stand une rétrospective McLaren : Formule 1, CanAm, GT... et aussi la F1 GTR victorieuse (dès sa première participation !) aux 24 Heures du Mans 1995, avec au volant Yannick Dalmas, JJ Lehto et Masanori Sekiya.

-Pour célébrer dignement le quarantième anniversaire de la victoire de Renault-Alpine en 1978, la marque au losange expose sur son stand les quatre voitures engagées aux 24 Heures cette année-là. La n°2 de Didier Pironi-Jean Pierre Jaussaud avait remporté la course, tandis Guy Fréquelin-José Dolhem-Jean Ragnotti-Jean Pierre Jabouille (n°4) avait terminé quatrième. Les Renault-Alpine de Patrick Depailler-Jean Pierre Jabouille (n°1) et Derek Bell-Jean Pierre Jarier (n°3) avaient été contrainte à l'abandon.

-Le Hall 3 de Rétromobile 2018 accueille un hommage au pilote français Jean-Pierre Wimille (1908-1949), deux fois victorieux au Mans sur Bugatti (1937 et 1939). Avec la présence de trois exemplaires de la voiture de route qu'il avait imaginé peu avant sa disparition, après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Celle-ci avait la particularité de présenter trois places frontales avec poste de conduite central, dont le siège est décalé vers l'avant. Une configuration identique à celle de la McLaren F1 GTR citée plus haut, près d'un demi-siècle plus tard.

-Pour son premier stand à Rétromobile, Onroak Automotive, constructeur des châssis Ligier LMP2 et LMP3, offre sur son stand deux variations sur le prototype ouvert, à près de quarante ans d'intervalle : la Morgan victorieuse de la catégorie LMP2 aux 24 Heures du Mans 2013 sous les couleurs de OAK Racing, avec au volant Bertrand Baguette, Martin Plowman et Ricardo Gonzalez. Et la Duckhams de 1972 et 1973, premier prototype conçu par l'ingénieur sud-africain Gordon Murray, concepteur de la McLaren F1 GTR victorieuse en 1995.

-On retrouve cette Duckhams en réduction sur le stand de Chrono 43, dans un diorama consacré aux 24 Heures du Mans 1973, vues à la fois du côté de la voie des stands et du paddock. Une plongée dans l'ambiance des années 1970, pour une édition qui vit la dernière participation officielle de Ferrari en prototypes, dans un duel d'anthologie face à Matra, finalement victorieux.

-Toujours côté modélisme, Profil 24 revisite le duel Ferrariste des 24 Heures du Mans 1965, qui avait opposé les 250 LM des vainqueurs Masten Gregory-Jochen Rindt (rouge, engagée par le NART de Luigi Chinetti) et de leurs dauphins et vainqueurs potentiels Pierre Dumay-Gustave Gosselin (jaune, sous les couleurs de l'Ecurie Francorchamps de Jacques Swaters). Ce fut la neuvième - et toujours dernière en date - victoire du Cheval Cabré au classement général.

 

Photo : Le stand du Musée des 24 Heures proposera également des séances de dédicaces les vendredi 9 (de 14 h 30 à 16 h 00), samedi 10 (de 14 h 30 à 16 h 00) et dimanche 11 février (de 10 h 30 à  midi puis de 14 h 00 à 16 h 30). Vous y retrouverez Christian Papazoglakis, Johannes Roussel et Denis Bernard pour la collection de Glénat BD consacrée aux 24 Heures, ainsi que les graphistes de l'agence spécialisée Archimède.