24h Le Mans
07/02/2020 - 13:00

Les 24 Heures du Mans à Rétromobile 2020 : une balade en dix voitures

Outre les trois voitures d’Henri Pescarolo présentes sur le stand du Musée des 24 Heures sur le salon Rétromobile de Paris (5-9 février), d’autres merveilles de l’histoire du double tour d’horloge sarthois se laissent admirer au fil des allées. En voici dix parmi tant d’autres, parfois insolites, souvent emblématiques... et toujours mythiques.
Les 24 Heures du Mans à Rétromobile 2020 : une balade en dix voitures

En 2020, Skoda fête son 125e anniversaire. Surtout connu récemment pour sa participation au Championnat du Monde des Rallyes (WRC2), le constructeur tchèque a également disputé les 24 Heures du Mans en 1950 avec cette 1101 Sport, pilotée par Vaclav Bobek et Jaroslav Netusil (abandon).

Après l’aventure DB avec René Bonnet, Charles Deutsch crée la Société d’Etudes et de Constructions CD, avec au départ des 24 Heures du Mans 1964 ces deux voitures propulsées par un moteur Panhard, très aérodynamiques. Alain Bertaut-André Guilhaudin (n°44) et Pierre Lelong-Guy Verrier (n°45) sont hélas contraints à l’abandon.

La Ferrari BB 512 a été une grande animatrice des 24 Heures du Mans de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Engagée sous les couleurs de l’écurie JMS et de l’importateur français Charles Pozzi, cette BB 512 a été pilotée en 1979 par les Français Claude Ballot-Léna et Michel Leclère, associés à l’Américain Peter Gregg, à l’époque concessionnaire… Porsche en Floride.

Premier constructeur allemand vainqueur des 24 Heures du Mans en 1952, Mercedes a dû attendre 1989 pour s’imposer à nouveau au général avec ce prototype Sauber C9, aux mains du Suédois Stanley Dickens et des Allemands Jochen Mass et Manuel Reuter. La marque à l’étoile signe cette année-là un doublé, grâce au Britannique Kenny Acheson et aux Italiens Mauro Baldi et Gianfranco Brancatelli.

En 1993, trois ans après sa septième victoire aux 24 Heures du Mans, Jaguar est au départ des 24 Heures du Mans avec trois exemplaires de cette XJ220, routière à hautes performances préfigurant les McLaren F1 GTR, Mercedes CLR et autres Toyota GT-One vues dans la Sarthe à la fin des années 1990. L’exemplaire présenté ici à Rétromobile dans le cadre de la vente aux enchères Artcurial du 7 février était piloté par Paul Belmondo, Jay Cochran et Andreas Fuchs (abandon). A noter que l’équipage de la n°50 comportait deux vainqueurs des 24 Heures : John Nielsen (sur Jaguar en 1990) et David Brabham (sur Peugeot en 2009).

Avec cette EB110, Bugatti fait son retour aux 24 Heures du Mans en 1994, 55 ans après sa dernière apparition – et sa deuxième victoire au général. Engagée à l’initiative du patron de presse français Michel Hommell, elle arrive… par la route aux vérifications techniques. Jean-Christophe Boullion, Alain Cudini et Eric Helary occupent la sixième place du général avant de connaître des problèmes moteur et d’abandonner à moins d’une heure du drapeau à damier.

La McLaren F1 GTR a été l’une des voitures les plus marquantes de la deuxième moitié des années 1990. Le stand de Richard Mille, Président de la Commission Endurance de la FIA, présente la F1 GTR dans deux décorations remarquables : celle réalisée par le sculpteur César (1995), et les couleurs bleu ciel et orange de la compagnie pétrolière Gulf, trois fois victorieuses en 1968, 69 et 75. Au volant de cette McLaren F1 GTR n°41 à l'aérodynamique largement modifée, le Suédois Anders Olofsson et les Français Jean-Marc Gounon et Pierre-Henri Raphanel ont terminé deuxièmes en 1997.

En 1998, quatre exemplaires de la Nissan R390 GT1 sont au départ des 24 Heures du Mans et terminent tous dans le top 10 du classement général. L’exemplaire présent sur le salon Rétromobile a terminé cinquième, piloté par l’Allemand Michael Krumm, le Français Franck Lagorce et le Danois John Nielsen, vainqueur en 1990. Les trois autres R390 GT1 ont terminé troisième, sixième et dixième.

Il y a tout juste vingt ans, Audi signait sa première victoire aux 24 Heures du Mans, avec un triplé de ce prototype R8. L’exemplaire présenté ici a terminé deuxième, piloté par le Français Laurent Aïello, l’Ecossais Allan McNish et le Monégasque Stéphane Ortelli. Ce trio avait remporté la course en 1998 sur Porsche 911 GTR. L’Audi R8 a signé cinq des treize succès sarthois du constructeur aux anneaux.

PHOTOS (LOUIS MONNIER / ACO) : PARIS EXPO (PARIS, FRANCE), SALON RETROMOBILE, 5-9 FEVRIER 2020.

Billetterie 24 Heures du Mans 2020 - 89€