24h Le Mans
02/07/2019 - 17:00

Les 24 Heures du Mans 2019 de Toyota Gazoo Racing (LMP1)

43 équipes (pour 61 voitures) ont participé à la 87e édition des 24 Heures du Mans, Super Finale du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC 2018-2019. Victoires, ennuis mécaniques, abandons, toutes n’ont pas eu le même destin. Découvrez les 24 Heures du Mans de l’équipe Toyota Gazoo Racing engagée en LMP1.
Les 24 Heures du Mans 2019 de Toyota Gazoo Racing (LMP1)

Equipe : Toyota Gazoo Racing

Catégorie : LMP1

Voitures/pilotes :

Toyota TS050 Hybrid #7

  • Mike Conway (cinquième participation)
  • Kamui Kobayashi (cinquième participation)
  • José Maria Lopez (troisième participation)

C’est cette voiture qui a réalisé la pole position de la 87e édition des 24 Heures du Mans grâce à un chrono de 3’15’’497 réalisé par Kamui Kobayashi lors de la deuxième séance d’essais qualificatifs. Durant la course, la Toytota TS050 Hybrid #7 a mené une bonne partie de l’épreuve mais au 367e tour, les données de bord ont signalé une crevaison. José Maria Lopez, alors au volant, est logiquement rentré au stand mais un problème de capteur a induit une erreur d’identification du pneu en cause. Le pilote argentin est reparti avec un pneu toujours en perte de pression. Il a dû effectuer un tour à vitesse réduite pour revenir au stand on les quatre pneumatiques ont été changés, perdant ainsi la première place. Le trio Conway/Kobayashi/Lopez a franchi la ligne d’arrivée en deuxième position. « Il est extrêmement difficile et frustrant de chercher à gagner les 24 Heures du Mans, nous l’avons constaté une fois de plus. Cela fait quatre fois que je tente ma chance... Ce sera peut-être pour l’an prochain », a commenté Kamui Kobayashi.

Toyota TS050 Hybrid #8

  • Sébastien Buemi (huitième participation)
  • Kazuki Nakajima (huitième participation)
  • Fernando Alonso (deuxième participation)

La voiture victorieuse l’an passé s’est qualifiée en 2e position avec un temp de 3’15’’908 signé Kazuki Nakajima lors de la deuxième séance d’essais qualificatifs. En course, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Fernando Alonso étaient partagés entre le souhait de remporter la course et celui de devenir champions du monde d’Endurance. Toutefois, les trois pilotes n’ont pu suivre le rythme de la voiture sœur et il leur a fallu de la chance avec la crevaison qui a affecté la Toyota #7 pour glaner un deuxième succès consécutif aux 24 Heures du Mans et glaner le Championnat du Monde d’Endurance des pilotes LMP de la FIA. Ils remportent l’épreuve avec seulement 16,972 secondes d’avance sur l’autre TS050 Hybrid. « Cette année, c’est la chance qui a décidé de la victoire et non la performance. Ça a été une course difficile et le coup du sort de la #7 est à peine croyable. Pour avoir vécu un peu la même chose en 2016, nous savons ce que l’on ressent à ce moment-là et nous compatissons. Grâce à cette victoire, nous sommes aussi champions du monde et nous en sommes très fiers, après une saison longue et difficile où nous avons été souvent au coude-à-coude avec la voiture sœur », a déclaré Kazuki Nakajima.

PHOTO : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES DU MANS. Les Toyota TS050 Hybrid #7 et #8 de l’équipe japonaise Toyota Gazoo Racing.