24h Le Mans
09/06/2020 - 20:00

Le guide complet des 24 Heures du Mans Virtuelles

Vous êtes néophyte de l’esports et avez envie de comprendre comment les 24 Heures du Mans Virtuelles vont se dérouler ces 13 et 14 juin, date initialement retenue pour la 88e édition des 24 Heures du Mans, reprogrammée les 19 et 20 septembre. Ne cherchez pas plus loin, nous avons ici toutes les réponses à vos questions !
Le guide complet des 24 Heures du Mans Virtuelles

LES ENGAGES

Comment décide-t-on des engagements ?
Pour cette course, la sélection n’est en aucun cas liée à celle des véritables 24 Heures du Mans. Ces 24 Heures Virtuelles rassemblent le meilleur des écuries de compétition et des équipes esports. Cette sélection a été effectuée par un comité représentant à la fois le sport automobile et l’esports.

Comment les équipages sont-ils constitués ?
Chaque équipage se compose de quatre pilotes. Chacun doit comprendre au moins deux pilotes professionnels titulaires d’une Licence Internationale FIA ou équivalent. Les deux autres peuvent être soit sim racers, soit pilotes professionnels.

Comme pour les 24 Heures du monde réel, les pilotes ne sont pas autorisés à conduire plus d’une voiture.
 

Pourquoi seulement 50 voitures ?
Un plateau de 50 voitures permettra de maintenir un service en ligne aussi stable que possible. Des voitures supplémentaires ajouteraient un risque inutile pour une épreuve déjà complexe. Nous aurons en course avec 200 pilotes du monde entier, il faut donc minimiser tout risque de perturbation.
 

Quelles sont les voitures disponibles pour cette course ?
Deux catégories de voitures sont en course : LMP et GTE. Avec un seul modèle LMP basé sur l’ORECA 07 (catégorie LMP2) et quatre modèles GTE : Aston Martin Vantage, Corvette C7.R, Ferrari 488 GTE et Porsche 911 RSR.

Les numéros de course sont compris entre 1 et 50 pour la catégorie LMP et de 51 à 99 pour la catégorie GTE.
 

Les écuries peuvent-elles choisir la décoration de leur(s) voiture(s) ?
Comme pour le sport automobile du monde réel, les équipes sont libres de concevoir leurs propres livrées, avec certains endroits laissés à la disposition des partenaires officiels, comme le bandeau de pare-brise.

LA COMPETITION

Sur quelle plate-forme la course se déroulera-t-elle ?
Cette course sera disputée sur la plate-forme rFactor 2, qui offre plusieurs avantages : changements de pilotes, passage des conditions diurnes aux nocturnes, et course à catégories multiples (LMP et GTE).

De combien de temps d’essais disposeront les écuries et pilotes ? 
Chaque pilote doit prendre part à au moins une des trois courses test (qui ont lieu dans les deux semaines précédant l’épreuve) afin de se familiariser avec le jeu, le règlement et les procédures. Pendant une séance d’essais officiels ou une course test, les pilotes doivent couvrir au minimum 10 tours (dont un minimum de 5 tours chronométrés, tandis que les 5 autres peuvent être des essais d’entrée et de sortie des stands).

Quatre séances d’essais libres se dérouleront entre les 9 et 12 juin, mais celles-ci ne sont pas obligatoires. Ce sont des séances où la voie des stands est ouverte, et une où personne par équipe peut prendre la piste lorsque la voie des stands est ouverte.

Comment les qualifications fonctionnent-elles ?
Une séance qualificatives de 20 minutes aura lieu exclusivement pour les GTE le vendredi 12 juin de 18h10 à 18h30, puis une autre séance de 20 minutes sera réservée aux prototypes LMP de 18h40 à 19h00. L’écurie avec le chrono le moins élevé partira depuis la pole position et le plus élevé de la dernière. La grille de départ sera divisée par catégorie : la GTE la plus rapide partira ainsi derrière le dernier prototype LMP qualifié.

Les équipes ont comme seule obligation d’engager un pilote en qualifications, mais elles peuvent choisir à discrétion de changer de pilote, alors il vous faudra être attentif pour voir lequel sera le plus rapide !

Y aura-t-il une Hyperpole ?
Aucune Hyperpole ne sera en jeu. Les fans devront attendre septembre et les véritables 24 Heures du Mans pour découvrir la première Hyperpole en piste 

Les écuries peuvent-elles travailler sur la mise au point ?
Absolument ! Les logiciels permettent aux équipes d’optimiser les réglages de leur(s) voiture(s) comme les suspensions, les niveaux d’appui et les rapports de boîte. Quasiment tout ce qu’elles sont susceptibles de modifier dans le monde du sport automobile est simulé dans le cadre du jeu

Les GTE ont-elles toutes le même niveau de performance ?
Les voitures courant en catégorie GTE sont basées sur des modèles de production présentant des différences fondamentales les unes par rapport aux autres. Afin de créer un plateau plus équilibré, la catégorie GTE bénéficie d’une BoP (Balance de Performances) appliquée par les développeurs de rFactor 2.

LA COURSE 

Combien de temps chaque pilote peut-il passer derrière son volant / sur son simulateur pendant les 24 Heures ?
La course se dispute sur 24 heures non stop, mais le règlement concernant le temps de conduite est très strict, afin de prévenir la fatigue et une baisse de performance. C’est au Team Manager de chaque équipe de veiller à respecter le règlement et à ce que le pilote en charge du prochain relais soit bien réveillé et prêt à rentrer en piste !

Le temps de piste minimum par pilote en course sera de 4 heures (240 minutes), et le maximum de 7 heures (420 minutes). Les pilotes ne peuvent pas conduire plus de 3 heures dans le cadre d’une période de 5 heures. Le non-respect des temps de conduite minimum et maximum aura pour conséquence une pénalité infligée par les officiels.

Y aura-t-il des variations de la lumière du jour pendant la course ?
Comme dans les 24 Heures en conditions réelles, les pilotes rouleront de jour, au crépuscule, de nuit, à l’aube et à nouveau de jour. Toutes ces conditions seront simulées.

Comment les changements pilotes fonctionnent-ils ?

Un système paramétré dans le jeu facilite les changements de pilote et, exactement comme dans la vie réelle, les pilotes doivent rentrer au stand et y stopper la voiture pour effectuer ce changement. Ce qui donnera le contrôle de la voiture à l’autre pilote.

Comment les arrêts au stand fonctionnent-ils ?
Les pilotes auront pour obligation de s’arrêter au stand pour ravitailler, monter de nouveaux pneus Michelin et effectuer le changement de pilote. Si la voiture subit des dégâts, ceux-ci affecteront ses performances, mais une réparation peut être effectuée au stand. La voiture pourra ainsi être pilotée mais ne pas être aussi performante qu’au départ de la course.

Y aura-t-il un Safety Car ?
Il y aura un Safety Car (le prototype électrique hydrogène LMPH2G de MissionH24) contrôlé par un (ou plusieurs) pilote(s) désigné(s) par les organisateurs (Olivier Lombard et Aurélien Mallet). Un Safety Car peut entrer en piste à tout moment, à la discrétion de la Direction de Course. Les concurrents en seront informés par une liaison en chat vocal

Le système de signalisation par drapeaux sera-t-il en vigueur ?
Comme dans la vraie course, les drapeaux signaleront une voiture plus lente et les drapeaux jaunes seront déployés pour les incidents sur une zone spécifique du circuit. La Direction de Course pourra également instaurer une neutralisation « Full Course Yellow », qui ralentira les voitures sur une portion du circuit, afin de permettre la résolution d’un incident ou d’effectuer une remise en état du circuit. A ce moment, les pilotes auront l’obligation de réduire leur vitesse à 60 km/h (par utilisation du limiteur de vitesse d’entrée dans la voie des stands) jusqu’à ce qu’ils soient prévenus de la relance par la Direction de Course.

Quel niveau de dégâts peut être simulé pendant la course ?
Les voitures peuvent subir des dommages significatifs pendant la course, qui affecteront ses performances. Ceux-ci peuvent être réparés si la voiture parvient à regagner la voie des stands

Y aura-t-il un Directeur de Course ?
Oui. Directeur de Course officiel du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC), Eduardo Freitas veillera au bon déroulement de l’épreuve comme il le fait dans les 24 Heures du Mans réelles. Il travaillera avec une équipe d’assistants pour garder l’œil sur le comportement des pilotes en piste

Comment le comportement des pilotes sera-t-il observé ?
Tous les pilotes doivent connaître le règlement sportif, y compris le Code de Conduite, ainsi que le briefing de course écrit les officiels. Il y aura également un briefing vidéo obligatoire qui aura lieu le jour précédant la course. Un point important à rappeler est qu’il s’agit d’un(e) COURSE / JEU D’EQUIPE… Le fait pour un pilote de commettre une faute ou d’encourir une pénalité est susceptible de porter préjudice non seulement à ses propres chances de victoire, mais aussi à celles de ses coéquipiers

Quelles sont les pénalités applicables ?
Les pénalités sont variables : réprimande, drive-through, stop-and-go, pénalité en temps (appliquée après la course), jusqu’à la disqualification. Ces pénalités infligées par les officiels ne peuvent faire l’objet d’appel

Que se passe-t-il en cas de défaillance technique du système pendant la course ?
Nous regardons un certain nombre de solutions pour minimiser l’impact de toute défaillance technique. Si tel est pourtant le cas, nous pouvons par exemple utiliser le Safety Car. Nous travaillons également en relation étroite avec tous nos partenaires pour disposer d’une panoplie de solutions.

Dans le cas où une équipe est déconnectée du serveur, la voiture sera ramenée au stand avec une pénalité de 5 minutes. En cas de changement de pilote, cette pénalité sera de 6 minutes. Le ravitaillement en carburant et le changement de pneus ne peuvent être effectués lors de la reconnexion au serveur.

COMMUNICATION ET VISIBILITE

Comment les pilotes communiqueront-ils avec les organisateurs ?
Il y a plusieurs manières de communiquer. Nous disposerons d’un serveur vocal « Team Speak » qui permet aux organisateurs et à la Direction de Course de communiquer directement avec toutes les écuries et tous les pilotes. Pendant la course proprement dite, nous serons également en contact sur Skype pour les interviews et les réactions

Les pilotes peuvent-ils parler entre eux pendant la course ?
Les pilotes pourront communiquer avec leur équipe par l’intermédiaire d’un canal Team Speak privé, comme ils pourraient le faire pendant la course réelle. Ils ne seront pas en contact avec les équipages adverses

Comment s’assurer de l’identité des pilotes en piste pendant la course ?
Tous les pilotes doivent être connectés au système de vidéoconférence en streaming de Zoom. Lorsqu’ils seront en piste, leur visage devra être clairement identifiable à l’image, sans aucun obstacle visuel

Les pilotes seront-ils filmés pendant la course ?
Cela sera variable d’une équipe à l’autre. Deux équipes courront depuis le studio dans un environnement distancié, et celles-ci seront filmées. Les autres écuries pourront avoir le choix entre filmer leurs pilotes ou diffuser leurs images individuelles depuis leur propre simulateur

Leur système audio sera-t-il activé ?
Les pilotes sont autorisés à couper leur micro lorsqu’ils sont en piste

Les fans pourront-ils voir des caméras embarquées pendant la course ou n’y aura-t-il qu’un seul flux d’images disponible ?
Le flux principal comportera des caméras embarquées ainsi que des caméras de diffusion. Toutefois, ils seront nombreux parmi les écuries et les pilotes à diffuser leurs propres évolutions au cœur de la course pour le plus grand plaisir des fans

Où et comment puis-je suivre la course ?
La course et les programmes télévisés autour des 24 Heures du Mans Virtuelles bénéficieront d’une large diffusion sur la télévision terrestre / linéaire ainsi que sur les chaînes numériques. (La programmation TV sera officialisée le 10 juin)

INFORMATION : LES 24 HEURES DU MANS REPORTÉES AUX 19 ET 20 SEPTEMBRE 2020