24h Le Mans
Le 06/08/2017 12:00

L'Aston Martin Ulster, 8e des 24 Heures du Mans 1935, à vendre à Monterey

Chaque année au mois d'août, la Monterey Car Week, en Californie, attire les passionnés de voitures historiques. Au programme : des épreuves sur le circuit de Laguna, le concours d'élégance de Pebble Beach, mais aussi des ventes aux enchères, dont celle de RM Sothebys, qui propose l'Aston Martin Ulster huitième des 24 Heures du Mans en 1935.

L'Aston Martin Ulster, 8e des 24 Heures du Mans 1935, à vendre à Monterey

Les voitures ayant disputé les 24 Heures du Mans avant la deuxième guerre mondiale offertes aux enchères sont rarissimes, pourtant, l'Aston Martin Ulster mise en vente le 18 août prochain est estimée entre 2,5 et 3 millions de dollars (entre 2,1 et 2,5 millions d'euros) "seulement" alors qu'elle est considérée outre-Manche comme l'une des voitures ayant participé au plus grand nombre de courses au cours de sa longue carrière.

Les débuts du châssis B5/549/U sont pourtant quelque peu nébuleux : le carnet de la voiture indique qu'il s'agit d'une ancienne auto d'usine construite pour E.R. Hall, ce qui ne semble pas très logique, d'autant que le numéro des châssis usine comportait le préfixe "LM", même si tous les châssis "LM" n'ont pas disputé les 24 Heures du Mans. En fait, Edward "Eddie" Hall n'aurait finalement jamais acheté l'Aston Martin Ulster. Mécontent de son résultat aux Mille Miglia, une fuite d'huile ayant contraint le pilote et son mécanicien Marsden à l'abandon, il l'aurait rendue à la marque de Gaydon, qui a apporté son soutien aux pilotes usine Maurice Falkner (qui a engagé la voiture sous son nom) et Tom Clarke aux 24 Heures du Mans 1935.

Les deux Britanniques, dont la voiture arborait le n°33, ont franchi la ligne d'arrivée en 8e position au classement général, mais au 4e rang dans la classe 1.5, remportée par l'une des quatre voitures sœurs engagées. Performance rare : toutes les Aston Martin 1 1/2 Ulster au départ passeront sous le drapeau à damier, la dernière avec une 11e place au classement général !

Le troisième événement au programme du châssis B5/549/U, la Targa Abruzzo, une épreuve de 24 heures qui se déroulait sur le circuit de Pescara, a bien mal commencé : Eddie Hall tombe malade à la dernière minute et ne peut remplir ses obligations. Autre version de l'histoire : Eddie Hall n'étant pas satisfait des conditions de logement (des bâtiments temporaires avaient été érigés pour accueillir les pilotes), il refuse de se glisser derrière le volant. En tout état de cause, son coéquipier, le comte Giovanni "Johnny" Lurani, le remplace alors par Gildo Strazza. Bonne pioche puisque le duo remporte sa catégorie !

Après une ultime apparition, sans succès, au RAC Tourist trophy, l'Ulster reçoit l'année suivante un compresseur, l'ancêtre du turbo, après avoir changé de mains, mais son nouveau propriétaire cède rapidement la voiture à Derrick Edwards, cofondateur de Morntane Engineering avec Nick Mason, le batteur de Pink Floyd. Derrick Edwards écume les circuits pendant plusieurs décennies et à sa mort, la voiture passe entre les mains de Fred Blakemore, propriétaire d'Ecurie Bertelli, spécialiste des Aston Martin d'avant-guerre.

Entretenu méticuleusement et incroyablement fiable pour son âge, le châssis B5/549/U, sans son compresseur, a participé à deux reprises à Le Mans Classic et à d'autres manifestations de voitures historiques. Déjà proposée à la vente en 2014 lors du Festival of Speed de Goodwood, l'Aston Martin Ulster n'avait pas trouvé preneur avec une estimation entre 1,8 et 2,1 millions de dollars. Cette fois, d'après RM Sothebys, le nouveau propriétaire éventuel devra débourser quelques poignées de dollars de plus…

Photo (D.R. Archives ACO) : L'Aston Martin Ulster n°33 en action aux 24 Heures du Mans 1935.

News history Dernières actualités