24h Le Mans
09/01/2019 - 18:00

La passion des 24 Heures du Mans en héritage

La passion des 24 Heures du Mans c’est souvent une histoire de famille. Elle se transmet fréquemment de père en fils et le virus s’attrape vite. Reportage au musée pendant les vacances scolaires.
La passion des 24 Heures du Mans en héritage

La semaine dernière, à l’occasion des vacances scolaires, une visite du Musée des 24 Heures du Mans à destination de dix enfants accompagnés de leurs parents était organisée en partenariat avec le quotidien sarthois Le Maine Libre. L’occasion de se rendre compte que les 24 Heures du Mans font partie de ces trésors à transmettre aux jeunes générations.

Les 24 Heures du Mans sont un événement extraordinaire qu’on a dans la région...Lorsqu'il sera plus grand, Killian fera comme moi, il dormira dans les tribunes
Denis, papa de Killian, 7 ans

Lorsqu’il sera plus grand et qu’on l’interrogera sur sa passion pour les 24 Heures du Mans, Ewen expliquera qu’elle lui est venue de son grand-père. Ce jeune sarthois âgé de 7 ans « bientôt 8 » insiste-t-il, rêve de devenir mécanicien : « Ce qui me plait aux 24 Heures du Mans c’est quand les voitures roulent car elles font du bruit. J’aime aussi regarder quand les mécaniciens changent les pneus des voitures ou quand ils les réparent. Je voudrais bien devenir mécanicien pour être proche des voitures et voyager sur d’autres circuits. » Stéphane, le grand-père âgé de 61 ans, est devenu fan des 24 Heures du Mans dans les années 70 lorsqu’il était étudiant et vendait des glaces sur le circuit. « J’essaie de transmettre ma passion pour l’automobile et des 24 heures à Ewen à travers ma collection de Ferrari miniatures mais aussi grâce aux deux voitures de collection que je possède. C’est important de lui montrer qu’en France, il y a un savoir faire automobile et que tout ne s’est pas construit en un claquement de doigts. Les 24 Heures du Mans sont un patrimoine local que nous avons la chance d’avoir et que nous devons transmettre », affirme-t-il.

A l’issue de la visite, les enfants présents avaient pour mission de dessiner sur papier, leur vision des futures voitures qui participeront aux 24 Heures du Mans en reprenant des formes de celles exposées dans le musée. Killian, 9 ans, a pris cette tâche très au sérieux. Comme son papa Denis, le jeune manceau avait seulement 3 ans lorsqu’il a assisté à ses premières 24 Heures du Mans. « Depuis j’ai raté une seule édition », ponctue celui qui a pour marque favorite Porsche et qui a accolé le numéro 8, le chiffre fétiche de son papa, sur la voiture née de son imagination.

Pour le papa, cette visite au musée est un moment de partage très spécial. « On peut voir comment la course s’est construite et ça c’est magnifique. On remonte dans le temps grâce aux images, aux films et aux voitures exposées ». L’occasion aussi de cimenter la passion du fiston. « C’est important pour moi de lui transmettre mon engouement pour les 24 Heures parce que durant l’épreuve on y voit des choses que l’on ne voit pas tous les jours. Au quotidien, lorsqu’on se promène dans la rue on s’arrête devant les belles voitures. On regarde aussi des programmes télévisés sur les réparations automobiles ou la restauration d’anciennes voitures. Les 24 Heures du Mans sont un événement extraordinaire qu’on a dans la région alors autant en profiter jusqu’au bout. Lorsque Killian sera plus grand, comme moi, il dormira dans les tribunes pendant la course », confie Denis. 

Retrouvez l'article du Maine Libre consacré à cette visite du Musée des 24 Heures du Mans.