24h Le Mans
Le 06/07/2018 18:30

Henri Pescarolo s'offre un baptême en prototype Pescarolo au Mans Classic

Ce week-end, Henri Pescarolo, qui fêtera ses 76 printemps en septembre, reprend le volant pour la 9e édition du Mans Classic. Si le tracé n'a plus de secret pour lui, le quadruple vainqueur des 24 Heures du Mans a vécu une première sur le grand circuit : le pilotage d'une voiture moderne, une Pescarolo !

Henri Pescarolo s'offre un baptême en prototype Pescarolo au Mans Classic

On pourrait penser qu'après 33 participations aux 24 Heures du Mans comme pilote, Henri Pescarolo a vécu toutes les expériences possibles et imaginables dans la Sarthe au volant, ou en tant que patron d'équipe sur le muret avec sa propre structure à 13 reprises. Pourtant ce week-end au Mans Classic, c'est une toute nouvelle expérience qu'a vécue le quadruple vainqueur de la classique mancelle : boucler quelques tours du grand circuit dans le baquet d'une voiture moderne. Et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit d'une auto qui porte son nom : la Pescarolo 01 de 2007 alignée à l'époque par l'équipe du champion qui a ensuite été mise en liquidation. La réunion de l'homme et de la machine a procuré une immense émotion au pilote au célèbre casque vert. D'autant plus qu'il n'était pas au bout de ses surprises !

"Comme je ne me suis jamais remis de la faillite de mon équipe, lorsque Jacques Nicolet (patron du constructeur Onroak Automotive, qui conçoit les Ligier LMP2, et qui a racheté une partie des activités de l'ex-équipe Pescarolo Sport, ndlr) m'a proposé de prendre le volant de la Pescarolo 01, j'ai hésité car j'avais peur de réveiller de mauvais souvenirs, explique Henri Pescarolo. J'ai finalement accepté car la curiosité a été la plus forte : je n'avais jamais pris le volant de cette voiture sur un circuit, je l'avais juste conduite en ligne droite sur l'aérodrome de Brétigny pour faire du développement aérodynamique. Même si la voiture date de 2007, il y avait déjà beaucoup d'aéro, elle dispose des vitesses au volant et elle va vite ! En plus, c'est une voiture ouverte comme j'aime car j'ai horreur des voitures fermées. Je ne regrette pas ma décision. J'ai pris un énorme plaisir que je n'aurais jamais imaginé. Un plaisir décuplé par le fait que ceux qui s'occupent de cette voiture proviennent en grande partie de mon ancienne équipe. L'émotion était vraiment très présente."

Un baptême qu'Henri Pescarolo, dont l'Inaltera de 1976 évolue dans le plateau 6 du Mans Classic ce week-end, conclut en un mot : fabuleux ! Aux dires d'un autre concurrent en piste avec lui à cet instant, le septuagénaire a rapidement pris ses marques. Très rapidement…

Photo (Dominique Breugnot / ACO) : Henri Pescarolo au volant de la Pescarolo 01 de 2007 lors de la première journée du Mans Classic 2018.