24h Le Mans
22/01/2020 - 13:00

Ford et Ferrari entre Daytona et Le Mans (1/2) - 1966

Brièvement évoquées dans Le Mans 66, candidat à l’Oscar du Meilleur Film et également au cœur d’une exposition au Musée des 24 Heures, les 24 Heures de Daytona ont, comme les 24 Heures du Mans, été un terrain privilégié du grand duel Ford-Ferrari. Retour sur quatre rendez-vous majeurs entre Sarthe et Floride en 1966 et 67, à quelques jours de l’édition 2020 des 24 Heures de Daytona (25-26 janvier). Dans ce premier chapitre, Ford connaît en 1966 ses premières consécrations sur les courses de longue distance.
Ford et Ferrari entre Daytona et Le Mans (1/2) - 1966

D’abord courue sur trois heures (en 1962 et 63) puis 2000 kilomètres (en 1964 et 65), la course d’endurance du Daytona International Speedway se dispute en 1966 pour la première fois sur un format de 24 heures.

Déjà victorieux en 1965, Ken Miles offre à Ford en 1966 sa première victoire sur une course de 24 heures. Comme l’année précédente, il est associé à l’Américain Lloyd Ruby, l’un des spécialistes des circuits ovales (18 participations aux 500 miles d’Indianapolis) recrutés par Ford dans le cadre de son offensive mancelle face à Ferrari.

C’est même un triomphe pour la marque à l’ovale bleu, avec quatre voitures dans le top 5 : les vainqueurs Miles-Ruby, Dan Gurney-Jerry Grant (2e), Walt Hansgen-Mark Donohue (3e) et les futurs vainqueurs des 24 Heures du Mans Chris Amon-Bruce McLaren (5e).

L’équipe d’usine Ferrari est absente en Floride, mais le North American Racing Team (NART) de Luigi Chinetti place deux voitures dans le top 10, avec la 365 P2 de Mario Andretti-Pedro Rodriguez (4e) et la 250 LM de Bob Bondurant-Jochen Rindt (10e). Chez Ford, s'ajoutent à la satisfaction de la victoire de gros progrès techniques, notamment du côté de la consommation de son V8 7 litres.

Pour les 24 Heures du Mans, Ferrari compte sur la légèreté des nouveaux prototypes 330 P3 (dont le poids descend sous la tonne, à l’inverse des Ford) et sur une expérience inestimable (neuf victoires depuis 1949, dont six consécutives de 1960 à 1965) pour contrer Ford. Mais des soucis logistiques liés à des grèves en Italie, le départ brutal de John Surtees pendant les essais et les moyens quasi illimités de Ford ont raison de la détermination du constructeur italien. Alors qu’aucune des trois 330 P3 engagées n’atteint l’arrivée, trois Ford Mk II terminent aux trois premières places, avec dans l’ordre Chris Amon-Bruce McLaren, Denny Hulme-Ken Miles et Ronnie Bucknum-Dick Hutcherson.

Enzo Ferrari a salué à sa manière le succès de son adversaire : « Je savais qu’ils avaient de l’argent, mais je ne pensais pas qu’ils avaient la foi ». La revanche de Ferrari est ainsi espérée en 1967… et les courses de Daytona et du Mans seront à la hauteur des attentes. Un rendez-vous avec la légende à suivre dans le deuxième épisode de cette série.

PHOTO (D.R. / ARCHIVES ACO) : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS, SAMEDI 18 JUIN 1966, DEPART. Deuxième de cette 34e édition, la Ford Mk II de Ken Miles (n°1) avait déjà remporté en 1966 les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring. Associé à l'Américain Lloyd Ruby sur ces deux courses, Ken Miles dispute les 24 Heures 1966 avec un nouveau coéquipier, le Néo-Zélandais Denny Hulme.