Le Mans
06/09/2019 - 17:00

Comment les pilotes amateurs domptent-ils le circuit Bugatti ?

Ce week-end, près de 200 pilotes sont présents sur le circuit Bugatti dans le cadre de l’Ultimate Cup. La plupart d’entre eux sont amateurs et doivent apprivoiser le tracé sur lequel se déroule les 24 Heures Motos ou le Grand Prix de France.
Comment les pilotes amateurs domptent-ils le circuit Bugatti ?

A gauche, Pierre Puechbroussou, auvergnat âgé de 27 ans, commercial et pilote de la TriumpH 675 Daytona #13 engagée en catégorie Beginner 600, une classe réservée aux pilotes débutants. A droite, Edouard Rogez, grenoblois de 35 ans, ingénieur dans l’électricité et pilote de la Yamaha R6 #5 en Supersport 600. Ces deux passionnés de moto participent à l’Ultimate Cup qui fait étape ce week-end sur le circuit Bugatti. Si ces pilotes connaissent le tracé à travers la télévision et la retransmission des 24 Heures Motos ou du Grand Prix de France, ils s’accordent pour dire qu’en piste, c’est une toute autre expérience.

Pour préparer sa course, Pierre Puechbroussou est venu s’entraîner il y a un mois à l’occasion d’une journée de roulage. « Ça m’a permis d’apprendre le tracé car je n’étais jamais venu auparavant. J’ai pu procéder aux premiers réglages de la moto. Avant même de participer aux essais, j’ai déjà des repères sur les freinages et les endroits où sont situés les postes des commissaires », explique-t-il. De son côté, Edouard Rogez a utilisé une technique plus surprenante. « J’ai regardé des vidéos de caméras embarquées de pilotes qui ont participé aux Coupes de France Promosport ici même au mois de juillet. De cette manière, j’ai une première idée sur les trajectoires à emprunter ». Pour ces pilotes amateurs, goûter aux sensations de la compétition sur un tracé où les meilleurs pilotes du monde s’affrontent est une véritable chance. « A l’issue du week-end, je vais pouvoir me dire : j’ai dompté le circuit Bugatti comme Marc Marquez ou Valentino Rossi même si nous ne faisons pas les mêmes chronos », s’amusent Edouard Rogez.

Ici il faut freiner tard et se forcer à repousser ses points de freinage. C’est le plus difficile
Edouard Rogez, pilote Supersport 600 en Ultimate Cup

Réputé comme un tracé difficile et technique, certaines portions du circuit Bugatti posent des difficultés à ces deux pilotes. La courbe Dunlop qui se négocie à haute vitesse pour Pierre Puechbroussou et le virage du Musée pour Edouard Rogez. « Ce qu’on ne voit pas sur les vidéos c’est que le circuit a beaucoup de dénivelé. Au virage du Musée on arrive un peu en aveugle et c’est très perturbant. Ici il faut freiner tard et se forcer à repousser ses points de freinage. C’est le plus difficile », fait remarquer ce dernier. Dans ce cas, les pilotes prennent conseil auprès de leurs homologues. De plus, ils ont pu effectuer un tour de circuit avec Mathieu Gines, pilote du Team ERC-BMW Motorrad Endurance qui compte huit participations aux 24 Heures Motos.

Si Pierre Puechbroussou et Edouard Rogez sont des pilotes amateurs, ils ne manquent pas d’ambitions sportives pour autant. « J’ai marqué des points sur les deux premières manches de la saison. J’espère en faire autant ici afin de poursuivre sur ma lancée et intégrer le top dix », fixe l’auvergnat. « Je m’engage en Ultimate Cup pour terminer les courses, et me faire plaisir. Je m’améliore week-end après week-end et je vise le top 15 du classement général », annonce le grenoblois. Des objectifs qu’ils pourront atteindre après avoir apprivoisé le circuit Bugatti.

Pour plus d'informations sur l'Ultimate Cup, rendez-vous sur le site officiel du championnat.

PHOTO : Pierre Puechbroussou (à gauche) et Edouard Rogez (à droite), deux pilotes qui participent à l'Ultimate Cup ce weekend sur le circuit Bugatti.