Club
28/09/2020 - 18:39

CLUB ACO – L’ACO SUR LE VENDEE ENERGIE TOUR (85)

La Toyota Mirai hydrogène de l'ACO a été présentée au public mardi 22 septembre au circuit automobile de Fontenay-le-Comte (85) dans le cadre du Vendée Énergie Tour.
CLUB ACO – L’ACO SUR LE VENDEE ENERGIE TOUR (85)

Organisé du 19 au 26 septembre 2020, par le SyDEV (syndicat d’énergie et d’équipement de Vendée) avec le soutien du Conseil Départemental de la Vendée et des collectivités locales qui accueillaient l’événement, le Vendée Energie Tour a fait la promotion d’une trilogie d’énergies alternatives : électrique, bio-GNV et hydrogène vert. A l’occasion de cette dernière thématique, l’ACO a présenté au public le mardi 22 septembre sur le circuit automobile de Fontenay-le-Comte (85) la Toyota Mirai qui incarne l’engagement du club de l'ACO dans le développement de l’hydrogène. Cet engagement s’articule autour de deux piliers : le sport bien sûr et les actions du club en tant qu’acteur de la mobilité. A cet effet, avec H2Ouest, l’ACO participe avec le SyDEV, Lhyfe, Le Mans Métropole et Vendée Energie au déploiement de l’hydrogène vert pour une mobilité décarbonée. En utilisant cette Toyota Mirai, voiture hydrogène déjà proposée aux particuliers, l’ACO veut démontrer les valeurs de l’hydrogène.  

Bernard Nonet, président de la délégation territoriale de Vendée, représentait notamment l’ACO ce 22 septembre. « La voiture a fait le buzz auprès du public ! En effet, elle était le seul véhicule hydrogène, toutes les autres machines étant électriques. » Pour se familiariser avec cette voiture hydrogène, il était possible de monter à bord voire de tenir le volant pour boucler des tours de circuit. Une cinquantaine de personnes ont ainsi pu découvrir les sensations à l’intérieur d’une automobile hydrogène !

« L’idée serait de développer ce type d’événements dans les autres départements. C’est une très bonne chose, cela montre que l’ACO est à la pointe du progrès, de la recherche et impliqué en matière d’environnement, avec son projet MissionH24 », estime Bernard Nonet.