24h Le Mans
28/06/2019 - 08:00

"BMW, l'Art et la Victoire", confidences de Dalmas et Mignot

Lors d'une conférence dédiée à l'exposition ''BMW, l'art et la victoire'' qui se tient au Musée des 24 Heures jusqu'au 6 octobre, Yannick Dalmas, quadruple vainqueur dans la Sarthe et Marcel Mignot, pilote instructeur à l'ACO qui compte dix participations à la classique mancelle, ont raconté leur histoire avec BMW.
"BMW, l'Art et la Victoire", confidences de Dalmas et Mignot

L'exposition "BMW, l'art et la victoire'' qui se tient actuellement au Musée des 24 Heures jusqu'au 6 octobre, a fait l'objet d'une conférence publique au Welcome, dans l'enceinte du circuit du Mans, en présence de Pierre Fillon, président de l'ACO. Parmi les intervenants, Hervé Poulain, qui s'est exprimé grâce à un message audio, mais aussi Yannick Dalmas et Marcel Mignot ont livré quelques anecdotes. 

Hervé Poulain, pilote - commissaire priseur, qui a initié les Art Cars, avec BMW : "J'ai toujours été intéressé par l'histoire des 24 Heures du Mans et l'histoire de l'art. Jai commencé le sport automobile par le rallye, mais pour moi, le graal était de disputer les 24 Heures du Mans. Il me fallait trouver une idée pour y participer, mêlant mon métier, ma passion pour la vitesse et la beauté. je souhaitais donner une dimension d'action à ma vie contemplative. La course automobile m'a apporté cela. En intégrant l'art à la course, je voulais aussi l'offrir au public des 24 Heures du Mans, montrer que l'art contemporain pouvait être accessible à tout le monde. A cette époque, le travail de Calder s'y prêtait parfaitement. Il était artiste, le sculpteur qui a inventé le mouvement et il habitait en Touraine, la moitié de l'année. La difficulté était de trouver un constructeur intéressé. Jean Todt, qui était alors navigateur en rallye, m'a orienté vers BMW. Après quelques rendez vous et discussions, j'ai reçu le feu vert, je crois que j'ai manifesté ma joie en courant comme un footballeur après un but.....Il m'est difficile de choisir entre les différentes Art Cars que j'ai pilotées, mais je dois reconnaitre que la Calder, la première, emportait l'adhésion des spectateurs sur son passage, c'était très plaisant. "

Marcel Mignot, 10 participations aux 24 Heures du Mans, équipier de Hervé Poulain : " j'ai rencontré Hervé Poulain alors que je participais aux 24 Heures du Mans, il m' a fait part de son envie de les courir lui aussi. Il a eu cette idée géniale d'associer un constructeur, sa voiture et une oeuvre d'artiste contemporain. En 1977, avec la 320, la Lichtenstein, nous avions simplement l'ambition de rallier l'arrivée, surtout au regard des autres concurrents. On a pris le départ normalement et lors d'un relais vers 20 heures, je vois la pression d'huile à 0. Je rentre au stand pour en parler avec mon ingénieur qui me renvoie en piste. A certains moments, en montant les rapports, je m'apercois que la pression monte et qu'à d'autres endroits sur le circuit, cela redescend. Je décide alors de soulager le moteur, de réduire le régime, et je l'indique à Hervé lors de nos relais. Nous étions deux pilotes donc j'avais le temps de lui donner mes impressions quand je l'attachais dans la voiture. On a compensé avec le pilotage pour ne pas trop s'attarder, il y a eu un peu de pluie, et au petit jour, nous pointions en 6e place. A la fin de la course, nous sentions que la voiture devenait de plus en plus difficile avec ce manque de puissance, mais nous avons tout de même terminé 9e ! Plus tard dans l'année, lors d'une visite à Munich, notre ingénieur nous a expliqué ce qui était arrivé. Notre moteur n'a pas cassé, sans doute grâce à notre talisman sur la voiture, le soleil ! " La M1 Andy Warhol a laissé aussi quelques souvenirs à Mignot, notamment sous la pluie, le moment 'où pour aller vite, il faut prendre son temps. Cette voiture était fabuleuse, très stable. " Elle a offert une 6e place en 1979 à Mignot-Poulain-Winkelhock (Manfred). 

Pour Yannick Dalmas, le lien avec BMW date de 1999, lors de sa dernière victoire aux 24 Heures du Mans, la 4e avec un 4e constructeur différent après Peugeot, Porsche et McLaren: "Avec BMW, la magie venait de la réactivité de l'équipe face aux problèmes rencontrés sur la voiture en développement. Nous avions ainsi ajouté un troisième phare. Il se trouve aussi que je connaissais le moteur puisqu'il équipait la McLaren. Il avait un couple phénoménal. En 1999, c'est la première fois de ma carrière que je n'ai pas respecté les consignes de mon patron car, à cet instant là, ce n'était pas la bonne façon de faire. Je ne suis ni un fanfaron ni un amateur de polémiques: J'étais le leader sur ma voiture (Martini, WInkelhock) au regard de mes participations, de mes succès et Gerhard Berger (patron sportif) avait demandé que dès le départ ce soit attaque maximum. J'ai prévenu mes équipiers que nous n'allions pas faire cela. Il fallait lors des premières heures de course ''préserver'' la voiture, ne pas monter sur les vibreurs. A chaque message radio, c'était ''push push'' (pousse, pousse), or moi je ne voulais pas. L'autre voiture de notre équipe (Kristensen-Lehto-Müller) a eu des soucis, et nous, qui disposions d'un tour de plus par relais grâce au formidable travail réalisé sur la consommation, nous avons augmenté notre écart sur Toyota qui a crevé dans les dernières heures. Notre avance est donc passée à un tour, notre stratégie a ainsi été la plus payante." L'art et la manière de gagner !

Pour découvrir cette exposition "BMW, l'art et la victoire'', et revoir six Art Cars ayant participé à l’épreuve mancelle, de la 328 à la CSL en passant par la célèbre 320 I Lichtenstein, la M1 Procar, la V12 Jenny Holzer ou encore la McLaren F1 Cesar, rendez-vous au Musée des 24 Heures jusqu'au 6 octobre. > En savoir plus sur l'exposition.

LE MANS (Welcome, circuit ). Marcel Mignot, Yannick Dalmas et Fabrice Bourrigaud lors de la conférence de presse consacrée à l'exposition temporaire ''BMW, l'art et la victoire'', du Musée des 24 Heures. (photo R. Blomme)