Club
19/01/2022 - 12:00

Automobile : ce qui change en 2022

Depuis le 1er janvier 2022, le secteur de l’automobile a enregistré plusieurs changements de réglementation. Voici les nouvelles mesures de 2022 qui ont un impact sur le quotidien des automobilistes.
Automobile : ce qui change en 2022

Malus CO2

Le niveau de déclenchement du malus automobile est revu à la baisse. Depuis le 1er janvier 2022, cette pénalité entre en application à partir de 128 grammes de CO2 par kilomètre contre 133 en 2021. À partir de ce niveau, la voiture est taxée d’une pénalité forfaitaire de 50 €. Au-delà, plus l’auto pollue, plus le montant de malus est important. Chaque gramme d’émission en plus est pris en compte. Dès 151 grammes, on atteint le palier des 1 000 € de pénalité contre 156 en 2021. Le montant du malus maximum passe de 30 000 € à 40 000 €.

Un malus au poids a également fait son apparition. Cette taxe sur la masse en ordre de marche peut se cumuler avec le malus CO2. Elle s’applique sur les véhicules de tourisme neufs pesant plus de 1 800 kg, avec un tarif unitaire de 10 € par kilo supplémentaire. À noter que les véhicules électriques, à hydrogène, hybrides rechargeables avec une autonomie supérieure à 50 km et ceux acquis par un titulaire d’une carte mobilité inclusion en sont exonérés.

Radars

2022 marque la privatisation généralisée des voitures radars. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur qui n’étaient pas encore concernées par ce dispositif vont « accueillir » environ 170 voitures radar privées.
La présence des radars antibruit va augmenter. Ils vont donner lieu aux premières verbalisations.
Le nombre de radars tourelles et urbains va également croître.

Péages

Les tarifs des péages devraient connaître une augmentation d’environ 2 %, en moyenne, au 1er février. Rappelons qu’ils avaient augmenté de 0,44 %, en moyenne, début 2021. Le réseau ASF (le plus important de France, NDLR) devrait accroître ses tarifs de 2,19%. De son côté, le réseau APRR prévoit une augmentation de 2,05 %. Précisons que les contrats qui lient les sociétés d’autoroute à l’État prévoient une augmentation automatique des tarifs des péages, tous les ans au 1er février, en fonction de l’inflation et des chantiers entrepris sur le réseau.

Zones à faibles émissions

Six nouvelles ZFE (Zones à faibles émissions) vont être mises en place cette année en plus de celles déjà existantes (Paris et Grand Paris, Grenoble, Lyon, Rouen et Toulouse). Ces nouveaux territoires qui restreignent l’accès aux véhicules les plus polluants sont : Eurométropole de Strasbourg, Aix-Marseille-Provence, Lille Métropole, Saint-Étienne Métropole et Grand Reims. À noter que la loi Climat & résilience inscrit la création d’une ZFE pour toutes les villes de plus de 150 000 habitants au 31 décembre 2024.

30 km/h

L’an passé, les villes de Clermont-Ferrand, Montpellier et Paris ont basculé la vitesse maximale à 30 km/h dans leurs rues. Bordeaux et Toulouse ont suivi le mouvement et il en sera de même à Lyon à partir du printemps. 

Parmi les autres mesures qui auront un impact sur le quotidien des automobilistes et qui vont entrer en vigueur en 2022, il y a aussi : le stationnement payant pour les 2 roues à Paris à partir du 1er juillet puis l’installation d’un limiteur de vitesse « intelligent » dans les véhicules neufs dès le 1er juillet 2022.