24h Le Mans
17/08/2019 - 11:00

Aston Martin aux 24 Heures du Mans (1/5) – Les vies multiples de Carroll Shelby

Le 21 juin 1959, Aston Martin signe son unique victoire, à ce jour, aux 24 Heures du Mans, avec au volant un duo anglo-américain constitué de Roy Salvadori et Carroll Shelby. Ce dernier a connu trois vies dans la Sarthe : pilote, constructeur et patron d’écurie. Alors qu'à Silverstone, dans deux semaines, les 31 août et 1er septembre, débute la saison 8 du Championnat du Monde d'Endurance de la FIA, la marque anglaise affiche ses ambitions: le titre en catégories GTE Pro et Am. Retour en épisodes sur le succès manceau de 1959.
Aston Martin aux 24 Heures du Mans (1/5) – Les vies multiples de Carroll Shelby

Né à Leesburg (Texas) le 11 janvier 1923, Carroll Shelby débute en compétition sur MG, après avoir servi dans l’armée de l’air américaine comme pilote d’essai et instructeur de vol pendant la Seconde Guerre Mondiale puis, après le conflit, s’être lancé dans l’élevage de poulets.

Aux 24 Heures du Mans, Carroll Shelby connaît trois vies. En tant que pilote, il ne compte que deux participations, avec Aston Martin. Associé au Belge Paul Frère, il abandonne en 1954. Cinq ans plus tard, il remporte la course au volant d’une DBR1 en compagnie du Britannique Roy Salvadori. Le duo prend la tête le dimanche matin, peu avant 11 h 00, après l’abandon de la Ferrari de Phil Hill-Olivier Gendebien, leader neuf heures durant avant d’être victime d’un problème moteur.

A l’automne 1959, Carroll Shelby prend sa retraite de pilote, crée une école de pilotage et devient constructeur avec Shelby American Ltd. Il obtient à la fois l’accord de AC côté châssis et de Ford côté moteur pour la naissance de l’une des sportives les plus spectaculaires des années soixante : la Shelby Cobra. Cette machine devient au Mans l’une des adversaires les plus coriaces de Ferrari. En 1964, Bob Bondurant et Dan Gurney terminent quatrièmes du général, battant dans sa catégorie – et qui plus est dans son jardin – la mythique GTO !

Ford fait donc tout naturellement appel à Carroll Shelby dans sa grande offensive pour battre le constructeur italien dans la Sarthe. Pour cette troisième vie, il offre à la marque à l’ovale bleu ses deux premières victoires aux 24 Heures du Mans. En 1966, Shelby American Ltd signe un doublé avec les vainqueurs Chris Amon-Bruce McLaren et leurs dauphins Dennis Hulme-Ken Miles, complété par la troisième place de Ronnie Bucknum et Dick Hutcherson sous les couleurs de Holman & Moody (le film Le Mans 66 de James Mangold, qui sort en salles le 13 novembre, relate cette aventure). En 1967, le duo américain AJ Foyt-Dan Gurney s’impose en signant le premier record de la distance au-delà des 5 000 kilomètres parcourus.

Carroll Shelby a non seulement écrit quelques belles pages de la légende des 24 Heures du Mans, mais a aussi laissé une belle empreinte dans l’histoire du cinéma. On lui doit la préparation de la Ford Mustang Fastback et de la Dodge Charger utilisées dans la fameuse scène de poursuite de « Bullitt », premier film sorti en 1968 par Solar, la société de production de Steve McQueen, deux ans avant l’aventure cinématographique de « Le Mans ».

PHOTO (D.R. / ARCHIVES ACO) - LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS, DIMANCHE 21 JUIN 1959. Carroll Shelby affichait également une touche vestimentaire singulière en 1959 : sa salopette... Un lointain souvenir de ses années dans l'élevage de volaille ? Il est accompagné à l'image de la future Miss France 1960.