24h Motos
25/04/2019 - 13:00

24 Heures Motos - Seigneur Motorsport Racing (BMW) : "finir la course, notre victoire"

Vingt-neuvième du général et quatorzième de la catégorie Superstock, Seigneur Motorsport Racing a atteint son objectif: être à l'arrivée des 24 Heures Motos 2019. Après une première heure quelque peu agitée, David Henriques, Fabien Scorsone et Christophe Seigneur et leur BMW #74 ont connu une course exempte de gros soucis. Team manager de l'équipe et épouse de Christophe, Emilie Seigneur revient sur cette belle aventure humaine et sportive.
24 Heures Motos - Seigneur Motorsport Racing (BMW) : "finir la course, notre victoire"

"Finir la course, c'est notre victoire, et nous y sommes parvenus. Avant la course, en effet, si vous m'aviez demandé un pronostic, je vous aurais simplement dit : terminer la course !" Telle est, dans un éclat de rire, la première réflexion d'Emilie Seigneur à l'évocation de ces 24 Heures Motos 2019 et du premier engagement de cette équipe au Mans, avec son mari Christophe, comme pilote.

"Il ne s'est finalement pas passé grand-chose chez nous, mais pour nous, tout s'est joué pendant la première heure, poursuit-elle. C'était la première fois que Christophe prenait le départ en endurance. C'était très émouvant de le voir faire le départ et l'arrivée aussi, c'était très important pour moi. Je tenais à lui offrir ces moments-là. Effectivement, il est très bien parti, en remontant quinze places d'entrée. Mais il nous a fait un point mort, et la moto ne se dirige plus aussi facilement. Il visait le bitume, il l'a manqué de peu et il est tombé, mais sans gravité aucune. Puis David a pris le relais mais il s'est fait pousser par la Suzuki #2. Mais nous avons pu repartir et après, terminés les soucis !" 

Au fil de la course, relais et ravitaillements se poursuivent sans anicroche : "En tout et pour tout, nous avons rentré deux fois la moto dans le box. La première fois lors d'un ravitaillement pour changer les carénages pour mettre le faisceau lumineux, ce qui était plus simple pour le chrono. La seconde fois, lors d'un changement de roue, nous avons repéré de la limaille sur la roue arrière et nous avons anticipé une éventuelle rupture de la chaîne. Sinon, le reste du temps, nos mécaniciens étaient tranquilles !" (rires)

L'objectif 2019 atteint, Emilie Seigneur pense déjà à 2020. Un avenir qu'elle verrait bien se dessiner avec un jeune pilote de 21 ans, Jonathan Germany, pilote de réserve de la BMW #74. "Jonathan, c'est notre poulain, indique-t-elle avec fierté et une pointe de tendresse. Christophe s'occupe du recrutement des pilotes. Jonathan nous a contactés, Christophe m'a parlé de lui et c'est la première fois qu'il intègre notre équipe. Je n'ai pu malheureusement lui offrir que la place de pilote de réserve mais il m'a convaincue à 200 %, sur le plan sportif comme sur le plan humain. Nous étions d'accord sur le principe que si je n'avais pas de place pour lui à l'issue des qualifications, il aurait la liberté de courir pour une autre équipe, il a donc roulé sur la Metiss (en Experimental). Jonathan a un niveau très élevé et a vraiment un avenir dans ce milieu-là. Je suis certaine qu'une équipe d'usine finira par s'intéresser rapidement à lui mais je vais le garder encore un peu. Nous apporterons à Jonathan tout ce que nous pourrons, et nous serons pour lui une sorte de tremplin. Nous ne pourrons peut-être pas l'accompagner jusqu'au bout de son ascension, mais nous ne cesserons pas de le suivre."

Retrouvez également l'équipe Seigneur Motorsport Racing dans les articles ci-dessous :

Christophe Seigneur (BMW) : "même pas peur !"

Emilie Seigneur (BMW) : un ménage en course

Team Seigneur Motorsport #74 : 700 tours plus tard

 

Photo - LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT BUGATTI, 24 HEURES MOTOS, SAMEDI 20 & DIMANCHE 21 AVRIL 2019, COURSE. A l'origine, la BMW de Seigneur Motorsport Racing devait porter le numéro 77, en référence à la date de naissance (7 juillet) d'Emilie Seigneur. Mais ce numéro étant celui de la Yamaha de Wojcik Racing Team, ce sera finalement le 74... qui est aussi le département (Haute-Savoie) où est basée l'écurie.