24h Motos
17/05/2021 - 17:00

24 Heures Motos – Robin Mulhauser (Moto Ain) : « Notre objectif est clairement le podium »

La 44e édition des 24 Heures Motos (12-13 juin) marquera la première course en catégorie Formula EWC pour Moto Ain. Le pilote suisse Robin Mulhauser qui fera équipe avec Roberto Rolfo et Randy de Puniet se verrait bien monter sur le podium de la classique mancelle.
24 Heures Motos – Robin Mulhauser (Moto Ain) : « Notre objectif est clairement le podium »

Après avoir remporté la Coupe du Monde FIM Superstock à deux reprises, Moto Ain s’apprête à passer à la catégorie supérieure. Comment est-ce que l’équipe aborde-t-elle ce changement ?

« Elle l’aborde comme un nouveau défi à relever. Nous avons eu le temps de bien nous préparer matériellement. Nous avons aussi multiplié les séances d’essais car cela implique de nombreux changements. Nous sommes prêts et nous comptons bien aller chercher les équipes officielles pour notre première saison en Formula EWC. »

Lors des essais Pré-Mans, vous avez réalisé le 20e temps en 1’37’’797 et bouclé 194 tours du circuit Bugatti. Quel bilan dressez-vous de ces deux journées d’essais ?

« Il faisait assez chaud et nous avons rencontré quelques soucis mécaniques qui nous ont bloqué dans le stand et empêchés de réaliser un meilleur chrono. J’ai également connu une grosse chute. A chaque moment où la piste était rapide, nous n’avons pas pu l’exploiter. Nous n’étions pas rapides sur le plan de la vitesse pure. En revanche, nous avons effectué de bonnes séances de travail. Les ennuis que nous avons connus, nous ne les rencontrerons plus à l’avenir. Ça va nous aider pour la suite. C’est là qu’on remarque que passer en Formula EWC ne se résume pas seulement à préparer une moto. »

Vous ferez équipe avec Roberto Rolfo et Randy de Puniet. En quoi, l’arrivée de ce dernier peut-il être bénéfique pour votre équipe ?

« Nous avons tout à apprendre en Formula EWC. J’ai déjà évolué dans cette catégorie avec le Team Bolliger Switzerland mais la préparation de la moto était vraiment maison. Avoir Randy dans l’équipe, ça va nous permettre d’apprendre plus vite car il a l’expérience des motos officielles en MotoGP et en Endurance. C’est aussi un pilote très rapide. Roberto et moi avons beaucoup à apprendre de lui. Nous voulons nous imprégner de son vécu comme des éponges. Sa présence va tirer toute l’équipe vers le haut. Il ne faudra pas se mettre une pression trop négative car il est plus expérimenté. Si nous travaillons dans le bon sens, ça va donner quelque chose d’intéressant. »

Nous voulons avoir une moto aboutie d’entrée de jeu et qui soit fiable. Voici notre défi
Robin Mulhauser, Moto Ain

Votre moto sera équipée de pneumatiques Dunlop en lieu et place des Michelin que vous utilisiez la saison dernière. Quelle différence cela fait ?

« Ça change beaucoup de choses. Il nous fallait des pneumatiques performants pour accompagner notre passage en Formula EWC. Je pense que nous avons fait le bon choix. La Yamaha R1 fonctionne très bien avec ces gommes. Nous devons encore comprendre leur fonctionnement. Les chutes dont nous avons été victimes lors des essais Pré-Mans font partie de cet apprentissage. »

Selon vous à quel résultat pouvez-vous prétendre aux 24 Heures Motos ?

« Il ne faut pas dire non à la victoire car aux 24 Heures Motos, ce n’est pas forcément la vitesse pure qui prime. En performance, nous savons que nous serons situés derrière les équipes qui utilisent des pneumatiques Bridgestone. Toutefois, durant la course, il se passer beaucoup de choses. Par exemple, le YART-Yamaha est souvent très rapide mais ils ne parviennent pas à concrétiser. Notre objectif est clairement le podium. Nous voulons avoir une moto aboutie d’entrée de jeu et qui soit fiable. Voici notre défi. »

Vous êtes présent en Endurance depuis 2017. Quel jugement portez-vous sur votre trajectoire dans cette discipline ?

« L’Endurance a été un coup de foudre pour moi. J’ai terminé sur le podium de la catégorie Superstock lors de mes premières 24 Heures Motos et j’ai vécu une des courses les plus émotionnelles de ma carrière. Ensuite, j’ai tenté l’aventure dans une équipe suisse. Ça a été plus difficile car je pense que la Kawasaki ne correspondait peut-être pas à mon style de pilotage. Par conséquent, je suis revenu à mes premiers amours en réintégrant Moto Ain. Je m’épanouis dans cette discipline. Je me prépare à de longues courses cette saison. »

PHOTO : La Yamaha R1 #96 de Moto Ain pilotée par Robin Mulhauser lors des essais Pré-Mans des 24 Heures Motos.