24h Motos
10/06/2021 - 16:00

24 Heures Motos – Randy de Puniet veut placer Moto Ain aux avant-postes

Et si la Yamaha R1 #96 de l’équipe Moto Ain, nouvelle venue en catégorie Formula EWC, bousculait la hiérarchie des 24 Heures Motos ? L’ancien pilote du championnat du monde MotoGP sait bien qu’en endurance, ce n’est pas toujours l’équipe qui dispose de la machine la plus rapide qui décroche la victoire.
24 Heures Motos – Randy de Puniet veut placer Moto Ain aux avant-postes

Après avoir piloté pour le Team SRC Kawasaki, Honda Endurance Racing, ERC Endurance Ducati, vous voici au guidon de la Yamaha R1 #96 de Moto Ain. Qu’est-ce qui guide votre parcours en endurance ?

« L’endurance m’offre la possibilité de continuer à piloter et à me faire plaisir. J’ai 40 ans, je suis consultant MotoGP pour Canal+ et je sais que les championnats du monde MotoGP et Superbike ne me sont plus accessibles. Je me sens vraiment bien en endurance. »

Moto Ain est une équipe privée aux moyens limités. Qu’est-ce qui vous motive dans ce projet ?

« Je connais Pierre Chapuis, team manager de l’équipe, depuis 20 ans. Un jour il m’a dit qu’il serait ravi que je rejoigne son équipe. Cet hiver, il a décidé de s’engager en Formula EWC après avoir brillé en Superstock et m’a consulté pour la préparation de la Yamaha. Ensuite, nous avons effectué des essais qui se sont bien déroulés et j’ai alors décidé de m’engager avec l’équipe pour la saison. Je crois à ce projet car j’ai envie de placer une machine privée aux avant-postes »

Est-il possible de comparer la Yamaha R1 aux machines que vous avez précédemment pilotées aux 24 Heures Motos ?

« C’est difficile de comparer car toutes ces machines sont différentes. Jusque-là je n’avais jamais piloté une Yamaha et j’avais envie d’essayer cette machine. Ce qui m’a surpris, c’est qu’elle est facile à piloter et à manier. Son point faible, selon moi, c’est qu’elle manque de puissance pure. Toutefois, nous savons qu’en endurance, disposer de 15 chevaux supplémentaires peut mettre la fiabilité de la machine en péril. »

Il faut que les pilotes et les membres de l’équipe donnent le maximum pour n’avoir rien à se rapprocher
Randy de Puniet, Moto Ain

Votre stratégie favorite c’est d’attaquer jusqu’au bout de la course. Pensez-vous pouvoir appliquer cette stratégie durant la course ?

« Je vais donner le meilleur de moi-même. Cette année, le niveau est très élevé. Nos adversaires disposent d’un meilleur matériel que nous. Malgré ça, par le passé, nous avons vu que des équipes ont remporté la course alors qu’elles n’étaient pas favorites. Il faut que les pilotes et les membres de l’équipe donnent le maximum pour n’avoir rien à se rapprocher. »

Vous dites que vos adversaires disposent d’un meilleur matériel que vous. Dans quels domaines aimeriez-vous voir votre moto progresser ?

« Lors des essais pré-Mans qui se sont déroulés sur le circuit Bugatti en mars, nous avions une moto très saine du point de vue du châssis. Nous n’avons pas retrouvé les mêmes sensations lors des essais privés de mardi. L’équipe a monté de nouvelles pièces car la moto est en constante évolution et ça a peut-être déstabilisé cet équilibre. Cependant, nous ne sommes pas largués et tout va rentrer dans l’ordre au gré des séances d’essais. Je suis confiant. »

Vous détenez le record de la piste en 1’35’’7. Si vous perdiez ce record du tour, quel sentiment éprouveriez-vous ?

« Ça me serait égal. Je dirais même qu’il serait temps que ce record soit battu car les motos ont beaucoup progressé depuis 2017 et le but c’est d’aller de plus en plus vite. Lors des essais pré-Mans, la BMW #37 a réalisé un chrono de 1’35’’1. Ce temps n’est pas pris en compte car il s’agissait d’essais non officiels. Or, au regard de la chaleur, je ne pense pas qu’ils pourront reproduire cette performance. »

Rappelons que Randy de Puniet partagera le guidon de la Yamaha #96 avec Roberto Rolfo et Robin Mulhauser.

>> Retrouvez notre guide pratique des 24 Heures Motos pour suivre la course à distance et de façon ludique <<